Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 29 septembre 2007

Congo par Michael Crichton

Bon, je viens de terminer ce livre, et même si j'aime beaucoup Crichton, celui-là, si vous ne l'avez pas encore lu, vous pouvez vous en passer, il a bien mal vieilli. Et non seulement il est un peu dépassé (action située en 1979, avec une grande part d'accordée à des technologies qui devaient sembler surréalistes à l'époque), mais en plus ce doit être un roman de jeunesse.

Crichton a l'habitude de fonder ses livres sur une base scientifique réelle, et le techno-blabla est dans celui-ci plus présent que jamais, et c'est fichtrement dommage parce que les scènes d'action sont très bien menées. Mais elles sont noyées à la fois dans des soucis de miniaturisation pour fabriquer des PCs plus petits et plus performants, le récit exhaustif des tentatives d'apprentissage du language chez les singes, l'extraction du diamant, les possibilités de communication offertes par les satellites, la situation politique (instable) du Congo, les moeurs des différentes ethnies (cannibalisme compris) et même une éruption solaire. Crichton réussit l'exploit de créditer les ouvrages de 59 personnes dans la bibliographie à la fin de son livre, et je peux vous garantir qu'ils ont tous largement été évoqués. Et si c'est ça qui fait la qualité des thrillers de Crichton, c'est aussi un de ses gros défauts quand son souci de la précision factuelle l'emporte sur le rythme de la fiction.

Bref, j'ai vu le film il y a des années (vérification faite sur Allociné, il est sorti en 1995, j'aurais dit plus longtemps) et je pense que le film, débarrassé des longues explications technologiques, est certainement plus comestible que le livre. D'un autre côté, je n'en ai pas gardé un franc souvenir, c'est plutôt mauvais signe :(

J'oubliais presque, l'histoire, c'est celle d'une équipe (composée de scientifiques, de mercenaires et d'un gorille qui parle la langue des signes) à la recherche d'une cité mythique et de la fabuleuse mine de diamants qui s'y trouve... vous l'avez sûrement deviné, mais si la civilisation qui a construit cette cité a disparu, ses défenses sont toujours actives...

mardi 18 septembre 2007

The Camel Club (Le Camel Club) par David Baldacci

Excellent suspense de Baldacci, qui navigue entre la protection du Président des États-Unis (l’un de ses sujets favoris), les Services Secrets américains, le terrorisme international et la situation au Proche-Orient. Très dense, très documenté, très inquiétant également, et en même temps, cette fiction aborde le terrorisme islamique avec un regard neuf.

L’histoire… 4 hommes un peu marginaux ont fondé le Camel Club et se sont donné pour mission de surveiller la démocratie américaine afin d’en déjouer ses conspirations. L’un d’entre eux, Oliver Stone campe même devant la Maison Blanche pour surveiller les allées et venues du Président Brennan et du directeur de l’Intelligence Américaine, Carter Grey. Le club est témoin lors d’une de leurs réunions clandestines du meurtre d’un agent du NIC, maquillé en suicide par deux agents du NIC… Repérés par les assassins, ils se lancent dans l’enquête, partant du principe qu’il vaut mieux chasser qu’être chassé. Alex, membre des Services Secrets, est chargé de l’enquête par la Maison Blanche aux côtés des Agents du FBI et de ceux du NIC. Réprimandé par ses supérieurs pour sa ténacité, Alex se retrouve envoyé en éclaireur pour préparer la venue du Président dans son village natal. Les membres du Camel Club, eux, sont sous surveillance et menacés de mort s’ils parlent… mais leurs adversaires ne savent pas qu'Oliver Stone était 30 ans plus tôt l’arme la plus efficace de la CIA... et qu'il n'est pas décidé à se laisser faire. Pendant ce temps, un groupe de musulmans prépare un attentat suicide de très grande envergure… menés par un américain qui espère inciter le monde à la paix par ses revendications.

C’est réellement un très bon livre, une formidable galerie de portraits d’hommes et de femmes qui croient tous agir pour le bien de leur nation et plus largement de la planète, et acceptent les pertes humaines nécessaires pour arriver à leur objectif. Y compris lorsqu’il s’agit de leur vie. Les rebondissements et les surprises sont réguliers, les scènes d’action également et font de ce livre une lecture très agréable, malgré le sujet… difficile. Je vous le conseille vivement.

mercredi 12 septembre 2007

La Cuisine des Desperate Housewives

Allez, une fois n’est pas coutume, celui-là je ne l’ai pas lu, mais je l’ai feuilleté ce midi, et j’ai trouvé l’idée sympathique. Belles photos, style agréable… bon, gros inconvénient, c’est un livre de cuisine. Mais c’est le genre de livre qui pourrait (je dis bien pourrait !) m’inciter à passer du temps aux fourneaux. Ludique, vous avez dit?

La cuisine des Desperate Housewives, donc. Cinq grandes parties pour ce livre de recettes, chacune introduite par un profil « cuisine » de la femme au foyer désespérée en question. J’ai lu celui de Susan, et je dois avouer qu’il m’a fait sourire, et qu’il vise juste ! Chacune ses spécialités, et pour Susan, forcément, on cause café, cocktails et recettes inratables… Pour les autres, perfectionnisme, séduction, simplicité et piment sont au menu, je vous laisse deviner à qui s’applique chacun de ces styles ;)

lundi 10 septembre 2007

Fatal Tide (Marée Fatale) par Iris Johansen

Je découvre Iris Johansen avec ce livre, et je ne peux pas dire que j'ai été tout à fait convaincue... disons que c'est un peu comme du Mary Higgins Clark... ça fait appel à des ressorts assez classiques, l'intrigue est cousue de fil blanc, mais si Clark sait créer 20 personnages et leur donner une personnalité et une histoire, Johansen, elle, n'en crée que 4 ou 5, dont 2 seulement réellement développés. C'est loin d'être suffisant pour noyer le poisson, et du coup le résultat est assez creux.

Il n'y a pas non plus de réel crescendo dans le suspense, et ça manque terriblement de réalisme. Quand je vois combien c'est compliqué de faire voyager un chat, organiser en 24 heures le transport par avion de deux dauphins et leur accueil en bassins ouverts sur la mer à l'arrivée... faut p'têt pas pousser le bouchon du haricot. Idem pour les plongées bouteille... non, on ne peut pas nager pendant des heures en oscillant entre 5 et 60 mètres. Mais bon, admettons.

L'histoire, c'est celle de Melis, une jeune femme qui vit aux Antilles avec pour seule compagnie deux dauphins qu'elle a un jour ramené de Méditerranée. Traumatisée par son passé, inexplicablement lié à une civilisation engloutie par les eaux, Marinth, Melis va pourtant devoir l'affronter pour venir en aide à son père adoptif, Phil Lontana. Confiée aux soins d'un riche et beau océanographe, Jed Kelby, qui ne songe qu'à retrouver Marinth, Melis va se retrouvée confrontée à un ennemi prêt à tout pour mettre la main sur une des recherches de Phil, qui pourrait être détournée et devenir une arme écolo-dévastatrice.

Au final, si ce bouquin ne m'a pas terriblement convaincue, c'est aussi parce que certains ressorts ont déjà été développés par Mary Higgins Clark, Michael Crichton, et à peu prés un millier d'auteurs qui se sont plongés dans le mythe de l'Atlantide...

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .