J'aime beaucoup les mondes magiques de Barbara Hambly, et même si l'on est parfois effaré de leur noirceur, l'impression est fugace tant ses personnages sont dépeints avec tendresse.

John Aversin est le dernier chasseur de dragon du royaume, le dernier Fendragon, et veille sur les Territoires du Nord, délaissés depuis longtemps par le roi. Loin de l'image d'Épinal des chevaliers qui galopent vers le dragon épée à la main, John a usé de la ruse et des talents de Jenny, guérisseuse et sorcière, pour venir, dix ans plus tôt, à bout du plus bel animal que Jenny ait vu. Beau, mais mortel.

Jusqu'au jour où un messager du Roi, Gareth, vient chercher John parce qu'un dragon, Morkeleb, s'est installé sur les Terres du Sud, et terrorise, tue, vole, sème la zizanie entre les hommes et les goblins... et amène la famine. John et Jenny prennent la route du sud sur leurs chevaux, et se trouvent mêlés aux intrigues de la cour, au sein de laquelle sévit une sulfureuse sorcière, avant de faire la rencontre de Morkeleb. Et si John blesse mortellement le dragon, il est également mortellement blessé. Et pour sauver John, Jenny va sauver Morkeleb, et en faire son débiteur. Tous ensemble, ils vont tenter de ramener la paix au sein du royaume... Et si les talents de magicienne de Jenny vont s'accroître au contact de Morkeleb, celui-ci va surtout lui donner, par amour pour elle sans doute, la puissance de se changer en dragon, et l'opportunité de vivre loin des basses préoccupations des hommes.

Je dois avouer que j'ai beaucoup aimé Morkeleb, et qu'à la lecture du livre, c'est extrèmement tentant de partager la fascination de Jenny pour les dragons... dont la magie est si belle, malgré l'horreur de leurs actes à nos yeux d'humains.

(Saphira me manque!)