Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 16 août 2008

Can You Keep a Secret, par Sophie Kinsella

Voilà de la "chick lit" (littérature de fille !) comme je l'aime... drôle, inspirée, légère, sans pathos d'aucune sorte.

L'histoire, c'est celle d'Emma, qui révèle par inadvertance tous ses secrets à son voisin de siège lors d'un vol en avion un p'tit peu mouvementé. Tout ce qu'elle aime, tout ce qu'elle déteste, tout ce qu'elle cache... rien de bien important, mais il y a quand même deux ou trois révélations un peu gênantes à propos de ses sous-vêtements, et peut-être aussi de sa vie sexuelle et amoureuse. Mais après réflexion, ce n'est pas bien grave, ce n'est pas comme si elle allait le revoir. Ou comme si il était le riche président-fondateur de la boite pour laquelle elle travaille. Ou comme s'il avait lui aussi un secret dont elle se retrouve dépositaire. Et encore moins comme s'ils avaient eu le coup de foudre.


jeudi 14 août 2008

Chasing Harry Winston, par Lauren Weisberger

En voilà un à côté duquel je suis complètement passée... je ne sais pas si je n'étais pas d'humeur ou s'il est vraiment mauvais, mais je me suis ennuyée ferme en lisant les aventures de ces trois trentenaires New-Yorkaises. Qu'elles sont insipides ! Les femmes, et les aventures. Les hommes aussi, d'ailleurs, heureusement qu'il y a une ou deux scènes croustillantes pour réveiller quelques minutes l'intérêt du lecteur.

L'histoire, c'est celle de trois trentenaires qui se donnent une année pour changer un point précis de leur vie. Il y a Emmy, celle qui n'a eu que trois hommes dans sa vie, et qui vient de se faire larguer par le dernier, un crétin fini, au bout de 5 ans. Et puis Adriana, la bombe sexuelle brésilienne qui collectionne les hommes et n'a jamais travaillé de sa vie. Et enfin, Leigh à la vie de rêve... un travail valorisant, un super appart', et le petit ami idéal.

Emmy se donne pour objectif d'avoir une aventure sans lendemain avec un homme de chaque continent. Adriana d'avoir une relation monogame, durable et le plus gros diamant possible sur sa bague de fiançailles. Quant à Leigh... c'est d'être enfin séduite par son fiançé riche, célèbre, fidèle, et fou amoureux d'elle.

Le pitch était relativement alléchant, le problème, c'est que c'est écrit avec une extrème platitude, que les aventures de nos héroïnes sont très convenues, qu'il manque des passages essentiels, et que par contre moult détails sont complètement inutiles. Il me fait l'effet d'un livre commandé pour surfer sur la vague de célébrité qu'a connue Lauren Weisberger, et bâclé le plus rapidement possible.


dimanche 10 août 2008

Shopaholic, par Sophie Kinsella

Je m'étais sélectionnée cette série pour mes vacances, et je dois avouer que depuis que je suis rentrée de la plage, il y a 48 heures, j'ai quand même réussi l'exploit de lire les trois derniers. J'avais lu le premier non pas sur le sable (pas le temps) mais aux petites heures de l'aube quand les enfants dorment encore (Dieu merci !), qu'il fait suffisamment clair pour lire sans allumer (pour ne pas gêner l'Homme qui sommeille), et qu'il est encore trop tôt pour risquer de réveiller le reste de la maisonnée en se levant (surtout les enfants, vous l'aurez compris !).

Et figurez-vous que c'est pas mal du tout. Lecture pour fille, pas de doutes, à lire de préférence en vacances, il faut bien reconnaître que les seules choses que l'on y apprend, c'est tout un éventail de marques plus prestigieuses les unes que les autres, qu'il s'agisse de maquillage, de chaussures, de vêtements, de baggagerie... la faune féminine jure par les mêmes enseignes que les héroïnes de Lauren Weisberger (Le Diable s'habille en Prada, etc.)

L'histoire, c'est celle de Becky, un chouia irresponsable, très enfant-gâtée, peut être un peu égoïste, et certainement obsédée par le shopping. Becky est incapable de résister lorsqu'il s'agit de shopping. Ce qui évidemment va la mettre dans des situations un peu délicates, d'autant plus que son salaire n'est pas tout à fait cohérent avec ses envies. Mais Becky a des idées, des amis... et de la ressource, surtout quand elle se décide à prendre les choses en main.

N'étant pas obsédée moi même par le shopping (non, sérieux, pourquoi ça en fait rire certains ?), j'ai eu un peu de mal au début à accrocher. Je me suis dit que sérieusement, la Becky, elle était quand même un peu trop caricaturale pour être crédible, d'ailleurs, on lui mettrait parfois volontiers quelques baffes. Et je le pense toujours. Mais finalement, on a tous une obsession pour laquelle on ne se montre pas raisonnable (évidemment, sinon, ce ne serait pas une obsession). Et du coup, c'est vrai qu'en transposant un p'tit peu, je crois qu'on peut tous (enfin, toutes, au moins) se retrouver en Becky... On a tous mis la tête dans le sable un jour avec l'espoir que si on ignore les problèmes, ils vont disparaître. Becky, elle, jette ses factures dans une benne. Trempe dans la sauce les relevés du compte-joint. Efface ses messages sans les écouter. Et même si je n'en suis jamais arrivée là (je touche du bois !), je la comprends très bien.

5 tomes existent, mais à ma connaissance, seuls les 4 premiers sont pour l'instant édités au format poche... ils sont suffisamment bien écrits pour pouvoir être lus indépendamment les uns des autres, et je dois avouer une préférence pour le 4ème... Shopaholic & Sister.


ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .