Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 22 septembre 2008

L'eau à la bouche...



Pfff... juillet 2009... ça va être long pour Ice Age 3: Dawn of the Dinosaurs ... Heureusement, d'ici là (novembre 2008 ?) il y aura Madagascar 2: Escape to Africa... qui m'a l'air très prometteur :)

mercredi 17 septembre 2008

L'Homme au Masque de Fer

J'avais gardé un bon souvenir de ce film, c'est vous dire si j'ai été d'autant plus surprise, pire, choquée en me retrouvant nez à nez avec Depardieu dès les premières minutes. Je déteste Depardieu. Depardieu me dégoûte. Voilà, c'est dit. Et il me rebute d'autant plus quand il joue le rôle d'un type qui ne fait guère que péter, roter, jurer, se plaindre et trousser les femmes, toutes les femmes, qui ont en plus l'air folles de lui. Tout ce que je déteste.

Mais bon, une fois cette mauvaise surprise passée, le film est quand même plutôt agréable. J'y ai entrevu un Hugh Laurie à la perruque frisottante, et surtout admiré un Jeremy Irons plus mystérieux que jamais, John Malkovitch terriblement séduisant lorsqu'il est fou de colère ou de douleur, et Leonardo Di Caprio à qui le look cheveux longs va plutôt bien.

L'histoire voit les célèbres Quatre Mousquetaires, bien -ou mal- vieillis, tenter de remplacer sur le trône Louis, qu'ils désespèrent voir devenir un bon roi, par Philippe, son frère jumeau enfermé dans une prison, le visage emprisonné dans un masque qui cache sa ressemblance trait pour trait avec son frère aîné.


Tous droits réservés

C'est un film d'action comme je les aime, bien rythmé, avec des hommes qui ont des c******* et du panache à revendre, sans compter l'honneur. Et puis une jolie histoire d'amour, aussi... voire plusieurs.

D'Artagnan: No. If anyone sees... it is death.
Queen Anne: If I don't kiss you, I'll die anyway.


Réalisé par Randall Wallace. Avec Leonardo DiCaprio, Jeremy Irons, John Malkovich. Sorti le 01 Avril 2008.

mercredi 10 septembre 2008

Les Infiltrés

Je commence toujours par dire que je ne suis pas fan de Di Caprio (c'est vrai), mais au fil du film, il finit toujours par me séduire, ce gars-là. C'est comme Matt Damon. A priori c'est pas mon genre, et puis hop, finalement, en regardant bien, il est quand même très mignon ;) Et puis bon, y'a aussi Alec Baldwin, que j'aime beaucoup (c'est pas une nouveauté !).

L'histoire de ce film, c'est celle de deux hommes qui travaillent sous couverture. L'un est flic et se fait passer pour un bandit. L'autre est un bandit qui se fait passer pour un flic. Tous les deux sont sous la protection des mêmes hommes, officiellement et officieusement, et bien évidemment, chacun ignore l'identité de l'autre, même s’ils savent qu’ils existent respectivement.

Finalement, l’un comme l’autre sont aux prises avec des situations qu’ils ne maîtrisent pas tout à fait, toujours sur la corde raide, à essayer de maintenir un équilibre plus que précaire entre les apparences et leurs activités réelles.



Je dois avouer que l'histoire est plutôt prenante, et que l’on se demande comment chacun va pouvoir s’extraire de situations qui deviennent de plus en plus difficile avec le temps... Malgré tout, au-delà du côté "mafieux", je dois avouer que j'ai surtout aimé voir la psychologue, compagne à la ville du flic qui est en réalité un bandit, craquer complètement pour ce bandit bouleversant qui est en réalité un flic. Heureusement qu'elle est psychologue, parce qu'elle va en avoir bien besoin !

Réalisé par Martin Scorsese. Avec Leonardo DiCaprio, Matt Damon, Jack Nicholson, Alec Baldwin, Martin Sheen. Sorti le 29 Novembre 2006.

samedi 06 septembre 2008

Collision

Je crois que ça y est, c'est officiel, j'en ai soupé des films dont les séquences ne sont pas dans le bon ordre. Surtout qu'il y a Sandra Bullock dedans, et que la demoiselle, j'en ai un tout petit peu marre de son jeu linéaire. Surtout quand elle joue la femme au foyer névrosée d'un politicard aux dents longues, je ne l'ai pas trouvée crédible une minute. Bref.

Mais bon, même si je fais abstraction de la demoiselle, je n'ai pas accroché au visionnage....Certaines scènes m'ont fait frémir, d'autres m'ont tenue en haleine, mais elles sont noyées dans une histoire faite de bribes de vie des uns et des autres, montées dans le désordre, vous l'avez compris. Mais malgré cela, je dois dire que depuis que je l'ai regardé, j'ai quand même largement cogité sur ce film.

La première chose qui m'a interpellée, c'est le racisme dont les protagonistes sont à la fois victimes et coupables. Et je ne parle pas seulement de racisme entre les noirs et les chinois, les arabes et les porto-ricains, les bouddhistes et les chrétiens, ceux qui parlent anglais et ceux qui le baragouinent seulement. J'étendrais volontiers le racisme à la hargne et la jalousie entre la femme au foyer et celle qui travaille. Entre celui qui peut se payer un docteur du privé et celui qui ne peut pas. Celui dont les affaires sont florissantes et celui qui ne pourrait tomber plus bas.

Le second point intéressant, c'est de voir à quel point rien ni personne n'est entièrement blanc ou entièrement noir. Le flic qui profite d'un contrôle de routine pour abuser de son autorité et caresser une femme n'hésite pas un instant à mettre sa vie en jeu pour sauver une autre vie. Le petit gars décidé à faire le bien autour de lui peut être amené à tuer et à camoufler le meurtre. Le malfrat endurci peut trouver sa rédemption de la manière la plus inattendue qu'il soit. Le malheureux homme renversé par une voiture et laissé pour mort est peut être un trafiquant d'esclaves. En bref, les apparences sont souvent trompeuses... personne dans ce film n'est celui qu'il semble être.

Outre ses lenteurs, le point faible du film (je suis persuadée que d'autres penseront volontiers qu'il s'agit d'un point fort !) c'est qu'il ne s'agit finalement que de tranches de vies... j'ai attendu en vain un "dix ans plus tard..." avant le générique, et je suis restée sur ma faim: l'avenir de ces personnages, c'est à nous de l'imaginer.

Et enfin, c'est vrai que certaines passages sont bouleversants, je pense en particulier à la petite fille porto-ricaine... dans ce film relativement noir, on s'attend à tout, et l'on entretient guère d'espoir pour les personnages; c'est difficile d'être optimiste et d'entrevoir la lumière qui les attend au bout du tunnel. Et pourtant, parfois il y a effectivement de la lumière. Trop rarement, sans doutes.

Réalisé par Paul Haggis. Avec Sandra Bullock, Don Cheadle, Matt Dillon. Sorti le 14 Septembre 2005.

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .