Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 31 décembre 2008

Transformers

Je n'aurais jamais imaginé dire ça un jour (les préjugés ont la vie dure), mais j'ai passé un bon moment devant Transformers. Si, sérieux. L'intrigue ne casse pas trois pattes à un canard, mais c'est plutôt drôle, plein de bons sentiments, et les personnages sont savoureux sans sombrer dans la caricature (même si ce n'est pas passé loin). Les effets spéciaux sont parfaits, et j'ai adoré en particulier les petits robots râleurs et belliqueux ;)

Une race de robots capable de se transformer en redoutables mécaniques débarquent donc sur Terre pour retrouver une paire de lunettes... portée par l'aïeul de Sam lorsqu'il a fait la découverte du siècle en cherchant à atteindre le Pôle Nord: un (méchant) robot et un cube source d'énergie vitale emprisonnés sous la glace. Malheureusement, si le groupe des gentils Transformers (les Autobots) est décidé à protéger la Terre de manière générale, et Sam en particulier, les méchants (les Decepticons), eux, préféreraient dévaster la Terre. S'ensuit donc une bataille du Bien contre le Mal :)

transformers
Tous droits réservés

Je sais, dis comme ça, vous êtes comme moi, vous n'avez pas du tout envie de regarder... et vous avez tort. Parce que les dialogues sont vraiment bien écrits, parce qu'il y a une très jolie blonde et une très jolie brune, toutes deux intelligentes et courageuses... et puis des marines intelligents et courageux... et des politiques intelligents et courageux... et des robots intelligents et courageux... bref, beaucoup d'intelligence et de courage. Et puis ils sont drôles, aussi. Bref, faut le voir, d'autant plus que vous vous sentirez beaucoup moins largué ensuite devant les catalogues de jouets... et la suite qui doit sortir en 2009 :)

Réalisé par Michael Bay. Avec Shia LaBeouf, Megan Fox, Josh Duhamel. Sorti le 25 Juillet 2007.


lundi 29 décembre 2008

StarGate Atlantis 5x19: Végas

J'attends toujours avec une certaine curiosité les épisodes qui nous emmènent à la rencontre de nos héros tels qu'ils sont dans une réalité parallèle, ou alternative. C'est un artifice, pas de doutes, mais ça permet de les entrainer sur des chemins qu'ils ne prendraient pas habituellement. Tout comme de proposer une bande son incroyablement moderne, et une réalisation également hors de l'ordinaire, à la manière d'une série qui cartonne... Les Experts.

L'on retrouve donc Sheppard, simple flic, en train d'enquêter sur un tueur en série dont les victimes sont larguées dans le désert au large de Las Végas... En enquêtant sur les traces de radiations détectées sur les victimes, le voilà qui met la main sur son coupable lors d'une partie de poker dans un Casino, pour découvrir à ses dépends la force surhumaine du... Wraith. Alors qu'il a la ferme intention de mettre les voiles avec l'argent qu'il a découvert sur la scène du dernier crime, c'est pourtant lui qui va découvrir la nouvelle cachette du Wraith, et empêcher celui-ci de transmettre les coordonnées de la Terre à ses petits copains de Pégase.

stargate atlantis vegas john sheppard
Tous droits réservés

J'ai donc beaucoup aimé cet épisode, même si c'est vrai que cela ne fait pas avancer le schmilblick alors qu'il s'agit de l'une des dernières intrigues de la série... J'ai adoré voir Sheppard au volant de son vieux cabriolet, cow-boy moderne mais tout aussi solitaire, rattrappé par ses démons alors que dans notre réalité il leur fait face. J'ai beaucoup aimé également cette idée du Wraith qui s'identifie au mouvement gothique et au Heavy Metal pour se fondre dans la masse humaine sous son maquillage, utilisant à son avantage ce qu'il ne peut dissimuler... y compris sa voix. Un peu moins enthousiaste par contre à l'idée que les agissements de cette réalité vont avoir des répercussions... sur la notre.

Bref, tout à fait convaincue... malgré quelques WTF au début, avant de me laisser porter par l'intrigue, les découvertes et les clins-d'oeil :)

mardi 23 décembre 2008

Goldeneye

Déçue par les deux derniers James Bond, j'ai eu envie de me replonger dans une valeur sûre, et j'ai choisi Goldeneye... non pas parce que je me souvenais bien de l'histoire, mais à la base, parce que j'adore la chanson titre du film... composée par Bono de U2, et sublimement chantée par Tina Turner. Dès les premières notes, je suis conquise, d'autant que le générique, chaud à souhait, donne tout de suite le ton !

Goldeneye, c'est une arme révolutionnaire qui neutralise tout ce qui est électrique ou électronique dans un rayon de cent kilomètres... et dans les mains d'un homme qui en veut à la couronne britannique, c'est évidemment une arme redoutable. James va faire équipe avec la seule technicienne rescapée du premier tir de l'arme, tandis que parmi ses ennemis... il aura à faire avec une sulfureuse brune qui prend un plaisir tout particulier à liquider ses adversaires.

C'est du grand James Bond, avec un mégalomane intelligent et déterminé, bien décidé à changer la face du monde... les courses poursuites sont fantastiques, en particulier celle qui se déroule dans Moscou, au volant d'un char, même si j'ai un faible pour la toute première, pendant laquelle James court un lièvre pendant qu'il en chasse un autre :) Quant au train (dont l'avant me rappelle un centurion cylon... un manque de BSG ?), j'aime toujours autant ce genre de détails raffinés... idem pour Janus, le nom du code du méchant, qui est dans la mythologie romaine un dieu représenté avec deux visages.



C'est un film plein d'humour et d'action, très chaud également, dans la lignée des James Bond originels... avec Pierce Brosnan qui endorse pour la première fois le rôle de 007. Avec brio, et pourtant, j'adore Sean Connery. Quant à Sean Bean... il est parfait.

Réalisé par Martin Campbell. Avec Pierce Brosnan, Sean Bean, Izabella Scorupco. Date de sortie : 20 Décembre 1995.

dimanche 21 décembre 2008

Quantum of Solace

Je n'avais pas accroché à Casino Royale, je n'ai pas plus aimé celui-là... Je n'ai rien contre Daniel Craig (il est moins blond, non, d'ailleurs ?), mais je n'aime pas ce personnage de James. Je n'aime pas le voir tourmenté, revenchard, pince-sans-rire... je n'aime pas qu'il se retienne de sauter sur les femmes qui passent entre ses mains... je n'aime pas qu'il tue d'abord et pose les questions ensuite. Pour ma part, je ne retrouve rien de ce que j'aime normalement dans les James Bond, rien de ce qui fait le charme de James, et franchement, ça ne m'amuse pas particulièrement d'explorer ainsi ses débuts d'agent secret auquel M ne fait pas confiance.

L'histoire, c'est celle d'un grand méchant, Dominic Green, qui favorise par des moyens plus ou moins licites l'accès au gouvernement des personnes qui l'intéressent. En échange, et sous couvert de raisons écologiques, il négocie d'immenses étendues de terres... en vue de s'approprier les ressources qu'elles renferment, et/ou d'obtenir les concessions d'exploitation. James va se retrouver à faire équipe avec une jeune femme qui cherche à assouvir une vengeance personnelle, et franchement, qu'il puisse la regarder paternellement, ça me dépasse (où va t-on s'il se met à avoir des scrupules avant de séduire une femme ?). Mais bon, on nous fait bien comprendre qu'il ne s'est pas encore remis du malencontreux décés de Vesper... je n'imagine que trop bien Ian Fleming se retourner dans sa tombe !



En résumé, le scénario n'est pas extraordinaire, James manque grandement de charme, et la réalisation est douteuse. La course hippique, l'Opéra... une fois c'est bien, deux fois la même astuce de montage, c'est p'têt un peu lourd. Elle est où la pétition pour qu'on nous rende notre James d'antan ? Genre, celui de Goldeneye... par exemple.

Réalisé par Marc Forster. Avec Daniel Craig, Olga Kurylenko, Mathieu Amalric. Sorti le 31 Octobre 2008.

mardi 09 décembre 2008

Firefox

Penchée sur ma vidéothèque, j'ai pensé que du Clint Eastwood avec un soupçon d'avion de chasse ultra perfectionné, ça ne pourrait qu'être un super film. J'avais tort, je me suis terriblement ennuyée... Déjà, d'un point de vue histoire, la Guerre Froide a quand même plutôt mal vieilli, et quand en plus il s'agit des aventures d'un vétéran de la Guerre du Vietnam, hanté par les atrocités vues là-bas... ça n'allège pas la sauce. Qui ne prends pas (il n'y avait vraiment personne d'autre, pour cette mission ?).

Nous avons donc un vétéran qui est introduit sous couverture en URSS pour aller voler un prototype de MiG-31, avec un système d'armement révolutionnaire puisqu'il suffit de penser à une arme et à un objectif pour atteindre l'objectif avec l'arme sus-citée. Trop fort. Ceci dit, on ne voit guère l'avion que pendant le dernier quart du film, après d'interminables trajets en voiture et autres courses-poursuites à pied. La musique, destinée sans doute à nous faire dresser les cheveux sur la tête, est soporifique à souhait, presque autant que les transes du vétéran.

Pour résumer... c'est long (2h17 !), c'est lent, et ça n'a aucun intérêt, même si comme moi, on aime bien la silhouette du (vrai) MiG-31. Et puis pour être franche, je ne supporte pas que parfois Clint (enfin, Mitchell Gant) parle en Russe avec le KGB alors qu'entre eux les officiers du KGB parle anglais... on finit par ne plus savoir qui est qui parmi les militaires.

Firefox Clint Eastwood
Tous droits réservés

Réalisé par Clint Eastwood. Avec Clint Eastwood, Freddie Jones, David Huffman. Sorti le 17 Décembre 1992.

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .