Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 28 décembre 2009

Arthur et les Minimoys: La Revanche de Maltazard

Je n'avais pas été enthousiasmée par le premier opus, et pour le coup, je suis sérieusement déçue par celui-là, ne serait-ce parce que comme vous avez pu le lire par ailleurs, il s'agit d'un épisode en deux parties... qui laisse d'autant plus sur la faim qu'il aurait sans doute pu tenir en deux heures. Parce qu'une fois supprimées toutes les scènes qui s'éternisent histoire de laisser le temps aux infographistes de prendre leur pied, les moments qui font avancer le schmilblick se comptent sur les doigts d'une main.

Je pourrais aussi râler sur les courses-poursuites aériennes, d'abord en coccinelle puis en papillon, qui servent juste de publicité grandeur nature à l'attraction du Futuroscope. Ou sur tous les décors qui sont un copier-coller de 1001 Pattes ou de Fourmiz. Ou sur tous les flashbacks probablement placés là pour tenter de nous faire oublier qu'il ne se passe rien, mais alors, rien du tout (Sélénia fait du sport, Sélénia apprend à chanter, Sélénia se fait belle...).



Pour ma part, le vrai point positif du film, qui autorise quelques bons moments... ce sont les acteurs en chair et en os, et je ne suis pas sûre que ce soit très logique!

Réalisé par Luc Besson. Avec Freddie Highmore, Penny Balfour, Robert Stanton. Sorti le 2 décembre 2009.

jeudi 24 décembre 2009

Stardust, le Mystère de l'Etoile

Quelques mots sur ce joli film, mi-aventure, mi-comédie romantique, mi-fantastique. Ne protestez pas, je sais que ça fait beaucoup de moitiés, mais c'est vraiment ce mélange des genres qui fait la saveur de cette histoire à destination des grands enfants, expression à prendre au sens propre et au sens figuré!

L'histoire commence par une brèche dans une muraille entre deux mondes... entre un tranquille village anglais et un royaume magique dont le roi se meurt. Pour lui succéder, il suffira à un membre de la famille royale de rapporter le rubis que le vieux roi a envoyé ricocher sur une étoile... Et c'est le début d'une quête où tous les coups sont permis entre les fils du Roi, une sorcière à la quête de la jeunesse éternelle, et Tristan, un anglais à la recherche d'un gage d'amour à offrir à la jeune fille de ses rêves...



Je ne vous dirai rien de plus sur l'histoire, qui réserve de jolies surprises en termes de rires et de rebondissements, mais le film est surtout très bien servi par un Robert De Niro qui campe un surprenant pirate, une Michelle Pfeiffer à couper le souffle, et une très touchante Claire Danes qui fait une bien belle étoile. Quant au candide Tristan, c'est Charlie Cox qui s'y colle, non sans rappeler le personnage joué par Orlando Bloom dans les Pirates des Caraïbes.

stardust Charlie Cox, Claire Danes, Robert De Niro A voir, définitivement!

Réalisé par Matthew Vaughn. Avec Charlie Cox, Claire Danes, Robert De Niro. Sorti le 24 octobre 2007.

jeudi 10 décembre 2009

Calendrier de l'Avent

Si vous ne l'avez pas encore confectionné/acheté, c'est que vous êtes encore plus en retard que moi. Remarquez, les enfants étaient bien contents du coup d'ouvrir dix petites cases d'un coup, la patience n'est pas leur fort!

Pour notre part, c'est la police qui est à l'honneur... j'ai finalement acheté le Playmobil ref 4157, et je ne suis quand même pas super convaincue. Il me fait un peu l'effet d'un fourre-tout, en fait. La plupart des pièces sont largement utilisées dans d'autres boites (talkie-walkie, grappin, valises, lampe torche, trousseau de clefs...) et je ne parlerai même pas des pièces d'or directement issues des thèmes chevaliers/pirates, alors qu'il existe des billets de banque, qui seraient quand même plus crédibles à notre époque. Au final, les seuls éléments intéressants, ce sont les trois bonshommes, la moto et le vélo. Rien de transcendant, ni d'inédit (à part les toilettes, mais bon...).

Et puis bon, en ce qui concerne le montage, le changement de système n'est pas une grande réussite... Souvenez-vous, avant, il fallait confectionner 24 petites boites que l'on insérait dans le support, ce qui prenait un peu de temps, certes, mais il ne restait plus à l'enfant qu'à enlever la petite boite pour découvrir son jouet. Là, il faut constituer une grille à l'intérieur de la boite d'emballage, et les enfants doivent ouvrir les fenêtres pour accéder aux cases. Qui sont profondes et parfois très étroites, ce qui se termine fatalement par un secouage en règle du calendrier pour faire tomber le bidule dehors. Avec transfert des bricoles d'une case à une autre, il fallait bien que ça arrive...

Allez, je termine sur une note positive, le décor est plutôt chouette, c'est d'ailleurs un véritable support de jeu qui plaît bien aux petiots.

vendredi 04 décembre 2009

Shaun of the Dead

Je peux l'avouer, j'ai eu énormément de mal à regarder jusqu'au bout ce film mi-comédie, mi-épouvante (enfin, on va dire que c'est de l'épouvante pour faire rire), qui pourrait difficilement être plus anglais. Reprenons. Si vous aimez les films de zombies, vous rirez probablement devant le côté parodique de Shaun of the Dead, qui joue sur tous les ressorts du genre. Le film ne se gêne pas pour exploiter tous les clichés, et il le fait plutôt bien. Si vous aimez l'humour anglais, vous pouvez foncer également. Pour tous les autres...

L'histoire, c'est celle de Shaun, qui mène une petite vie sans intérêt. Son beau-père le méprise, ses (jeunes) collègues n'ont aucun respect pour lui, il est tiraillé entre ses deux colocataires, et sa petite amie en a marre que l'idée de sortir se résume à aller au pub du coin boire des bières. C'est alors que toute la population alentour se transforme peu à peu en zombies, et que Shaun prend les commandes de sa petite troupe de survivants. Dont il ne restera que peu de survivants à la fin de l'histoire.

shaun of the dead
Tous droits réservés

Je ne dis pas que c'est mauvais, il y a même quelques passages qui prêtent à sourire, mais dans l'ensemble, c'est quand même un film qui n'a pas grand intérêt, sauf pour les afficionados du genre. Je ne vois pas très bien qui, mais il doit y en avoir :)

Réalisé par Edgar Wright. Avec Simon Pegg, Nick Frost, Dylan Moran. Sorti le 27 juillet 2005.

mardi 01 décembre 2009

Le paquet

C'est tout sauf fin, mais je n'avais pas autant ri depuis longtemps... et franchement, ça fait du bien. Bigard n'épargne personne, surtout pas lui-même, et c'est un délice de l'écouter épingler avec justesse hommes et femmes, souvent de manière terriblement vulgaire, c'est vrai, mais surtout infiniment drôle. Et c'est dur de s'offusquer alors qu'on rit de si bon cœur!


Mais s'il met le paquet en dessous de la ceinture (je n'ose même pas penser aux divers degrés de ma phrase!), il n'hésite pas non plus à rendre un bel hommage à Robert Lamoureux avec un magnifique texte en alexandrins sur la fatigue. A écouter, vraiment...


ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .