Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 30 août 2008

La Serre aux Papillons (La-Queue-les-Yvelines)

La Serre aux Papillons à La-Queue-les-Yvelines

Un bon point pour cette serre, qui, contrairement à celle que nous avions visité près d'Angers, a effectivement des papillons à montrer aux visiteurs. Et des chrysalides, et des chenilles, et des poussins de caille (ne me demandez pas pourquoi).

La Serre aux Papillons à La-Queue-les-Yvelines

Par contre, j'étais tellement occupée à surveiller les trois loustics (âgés de 3 ans et demi à 5 ans et demi) qui alignaient les bêtises que je serais bien en peine de dire si le nom des papillons figurait quelque part (mais je le suppose). Clairement, Pitchoun #2 était trop jeune pour savoir se retenir de courrir après les papillons qui volettent dans tous les sens, ou même éviter de crier avec enthousiasme à chaque fois qu'il en voyait un (souvent, donc, vous l'avez compris...). Heureusement nous étions les seuls visiteurs ;)

La Serre aux Papillons à La-Queue-les-Yvelines

Pour prendre de belles photos, deux conseils:
(1) C'est une serre tropicale humide... prévoyez du temps pour que votre appareil s'habitue à la température, il va d'abord être couvert de condensation, ce qui ne contribue pas à la netteté des photos ;)
(2) Choisissez un jour très ensoleillé sous peine de faire comme moi, et de jeter au final les trois quarts des photos que vous aurez prises...

La Serre aux Papillons à La-Queue-les-Yvelines

Site de la Serre aux Papillons (Jardinerie Poullain)

vendredi 29 août 2008

Grande Galerie de l'Evolution (Musée National d'Histoire Naturelle de Paris)

Grande Galerie de l'Evolution Musée National d'Histoire Naturelle de Paris

Pas de doutes à avoir, cette galerie rénovée il y a une quinzaine d'années est absolument magnifique. Les animaux naturalisés sont superbes, et témoignent parfaitement de la diversité des espèces en matière de taille, couleur, morphologie et particularismes. L'architecture intérieure est magnifique, et la rénovation a préservé la beauté historique du site, qu'il s'agisse des vitrines en bois ou des balustrades art-déco. La mise en scène est impeccable, on est bien loin des présentations statiques façon papier mâché que l'on peut encore voir dans certains musées. L'éclairage d'ambiance contribue évidemment à la magie du lieu, et même si j'ai pesté en matière de photographie (1600 ISO mini, et que personne ne bouge ! Et puis pourquoi diable interdire les trépieds ?), j'ai trouvé l'ensemble superbe.

Calamar Géant Grande Galerie de l'Evolution Musée National d'Histoire Naturelle de Paris
Calamar Géant

Toujours accompagnés des trois Pitchouns (âgés de 3 ans et demi à 5 ans et demi), nous avons parcouru le niveau consacré à la vie sous-marine, et effleuré le troupeau central avant de faire le tour des galeries qui courrent le long de la grande salle. Partout de belles vitrines, des présentations interactives, des fiches de lecture pour en apprendre plus sur un sujet, des explications très détaillées sur une variété de sujets tels que la génétique, l'impact de l'homme sur l'environnement ou les espèces en voie de disparition. Clairement, il y a de quoi revenir régulièrement pour aborder des sujets précis avec les enfants au fur et à mesure qu'ils les évoquent à l'école, ou qu'ils font l'actualité.

Grande Galerie de l'Evolution Musée National d'Histoire Naturelle de Paris

Nous avons goûté sur place, de gaufres et de glaces, servis de manière charmante. Un bémol pour les pommes, définitivement pas régionales (Nouvelle Zélande, si mes souvenirs sont bons). Pichoun #2 s'est même vu offrir la figurine en plastique, vous savez, celles qui contiennent habituellement de la glace pour les enfants, fin de série et modèle d'exposition. On a également testé la gentillesse et l'amabilité du service de sécurité, puisque mes enfants, perdus (leur mère était honteusement en train de bricoler son appareil photo, pour changer...) sont allés se réfugier à l'accueil... Nous les avons retrouvés en train de déambuler accompagnés par deux sympathiques gardiens non moralisateurs... remarquez, vu la luminosité ambiante, je crois que les miens n'étaient pas les premiers de la journée à s'être échoués en leur compagnie.

Site internet de la Grande Galerie

Squellette Baleine Grande Galerie de l'Evolution Musée National d'Histoire Naturelle de Paris

mardi 26 août 2008

Exposition: Le Mystère Lapérouse (Musée de la Marine, Paris)

Superbe exposition au sous-sol du Musée de la Marine... vous avez encore jusqu'au 20 octobre, profitez-en ! Comme pour toute cette escapade parisienne, je suis accompagnée par trois joyeux lurons, âgés de 3 ans et demi à 5 ans et demi.


Tous droits réservés

Pour ceux dont la mémoire serait défaillante (!), Lapérouse, c'est l'explorateur parti avec deux navires, l'Astrolabe et la Boussole pour refaire les voyages du Capitaine Cook. L'expédition était à la fois scientifique et d'exploration, mais surtout une aventure humaine (et un échappatoire au mariage pour Lapérouse, également, bref !). Les deux vaisseaux ont sombré en 1788 dans le Pacifique Sud, et c'est toute l'histoire de l'expédition qui est retracée au moyen des objets retrouvés lors des fouilles sous-marines, des lettres envoyées aux familles, à tout ce qui a été laissé dans tel ou tel port d'escale à l'époque...

Tout est fort bien présenté, l'audio-guide (la narration est faite par un marin disparu lors du naufrage) ne manque pas d'humour, et plusieurs films de quelques minutes montrent des temps forts, qu'il s'agissent de reconstitution (les petiots sont restés scotchés longuement devant celle du naufrage, je crois qu'on l'a vue 6 ou 7 fois) ou d'images tournées lors des fouilles. On admire les animaux naturalisés, les instruments de mesure, de cuisine, de médecine, les armes, les optiques, la verroterie, les objets personnels, ceux dont on ignore l'utilité... et même un squelette humain, accompagné d'un film qui explique comment a été reconstitué le visage qu'on lui prête sur le buste également exposé (fichtre, ça leur couperait presque la parole !). Un petit détour par une reconstitution des fonds marins, et nous voilà dehors.

Les petiots ont été fascinés par tout cela, depuis le naufrage ("Pourquoi il n'y avait pas de phare pour prévenir qu'il y avait des rochers ?") à l'archéologie sous-marine. Je ne dis pas qu'ils ont tout compris, loin de là, mais je n'ai aucun doute sur le fait que ça ait ouvert leurs horizons. Évidemment je regrette un peu d'avoir surtout lu (très rapidement) les explications pour répondre à leurs questions incessantes, et de ne pas avoir pu promener à ma guise en compagnie du fantôme. Mais même dans ces conditions, l'exposition est passionnante !

Site Internet de l'exposition

lundi 25 août 2008

Galerie de Paléontologie (Musée National d'Histoire Naturelle de Paris)

Petit tour par la Galerie de Paléontologie avec les trois Pitchouns (âgés de 3 ans et demi à 5 ans et demi) pour enfin, enfin !, voir des squelettes de dinosaures pour de vrai.

galerie paléontologie paris allosaure
Allosaure

galerie paléontologie paris iguanodon
Iguanodon

Légère déception, il n'y a que trois "grands" dinosaures présentés complets: un diplodocus, un allosaure, et un iguanodon. Ceci dit, on déniche également (c'est pas difficile, vous me direz, vu la taille !) un crâne de T-Rex, et un autre de Tricératops... et il y a foison d'autres dinosaures moins célébres, des petits comme des plus grands. Les Pitchouns parcourrent la salle une première fois au pas de course, de l'ère primaire jusqu'au quaternaire, et on prend un peu plus de temps au retour pour regarder dans le détail les bestioles.

galerie paléontologie paris tricératops
Tricératops

Le quaternaire me plonge dans la saga de Jean Auel, Les Enfants de la Terre... ours des cavernes, mammouths, et surtout le mégacéros. Je crois qu'il n'y manque que le Lion des cavernes, que j'ai peut être raté. On a par contre bien repéré Diego, le Tigre à Dents de Sabre de l'Âge de Glace.

galerie paléontologie paris megaceros
Mégaceros

galerie paléontologie paris mammouth
Mammouth

Parce que c'est un peu le souci de cette galerie, c'est que tout est resté dans son jus, ou presque. La galerie a été construite pour l'Exposition Universelle de 1900, et on a l'impression en la parcourant que peu de choses y ont été changées depuis, y compris pas les illustrations à la plume qui sont bien loin de ce que l'on trouve aujourd'hui dans les livres. Quelques noms communs aideraient certainement également ! Ceci dit, cette désuétude a également beaucoup de charme, on imagine sans peine l'émerveillement qu'a du susciter cette présentation au public au début du 20ème siècle alors que la paléontologie devait encore être une science très élitiste. On se demande même si la poussière sur le dessus des squelettes n'est pas d'époque, elle aussi ;)

Après notre passage par la Grande Galerie de l'Évolution, on s'est dit que pas de doutes, il y aurait moyen de faire quelque chose de superbe avec les collections présentés à la Paléontologie, non seulement les squelettes mais également les invertébrés, présentés dans des vitrines horizontales hors de portée des enfants. Ceci dit, même dans l'état actuel, c'est une visite qui vaut le coup d'oeil, ne serait-ce que pour réaliser la taille démesurée de la plupart des spécimens...

galerie paléontologie paris diplodocus
Diplodocus

Site internet de la galerie

dimanche 24 août 2008

Le Musée de la Marine (Paris)

Cap avec les trois pitchouns vers le Musée de la Marine, situé au Trocadéro. C'est le mois d'août, je me gare à 100 mètres à peine de l'entrée, le stationnement est gratuit, j'adore Paris dans ces conditions (et avec un GPS, sans GPS, je ne vois même pas comment on peut faire pour s'y retrouver).

Le Musée de la Marine, donc, c'est surtout des maquettes. De superbes maquettes, anciennes ou récentes, de bateaux eux-même anciens ou récents. La plupart font plusieurs mètres de long, avec un souci du détail qui laisse rêveur, sans compter que l'éclairage d'ambiance est parfait (un peu juste pour les photos, par contre !).

musée de la marine paris

Les petiots ont également beaucoup aimé voir quantité de tableaux retraçant de grandes batailles navales, avec les bateaux en flammes. Les tempêtes ont également la côte, surtout quand les bateaux sont en train de se briser sur les récifs... peu de compassion à cet âge là, mais ils repèrent quand même bien quand des rescapés sont visibles, accrochés à des tonneaux ou dans les canots de sauvetage, ouf !

Outre les maquettes historiques, les salles remplies de figures de proue où les retrouve également des décorations de poupe et de bouteille (j'ai tout bien retenu !), les maquettes et le film liés à l'Ifremer, il y a également l'histoire de la marine de guerre, depuis les premiers cuirassés à nos jours, ainsi qu'un assortiment de maquettes de bateaux de toutes sorte, depuis les cargos aux paquebots en passant par les porte-containers. Bref, on en a pris plein les yeux. On passe dans la salle réservée à Éric Tabarly, devant un trophée Jules Verne, une optique de phare, d'anciens cordages...

musée de la marine paris

Au final, tout cela a bien parlé aux Pitchouns, qui se sont extasiés régulièrement et m'ont posé des tas de questions diverses et variées. Il n'y avait pas d'autres enfants, mais je n'ai vu que des regards bienveillants dans leur direction, sans compter les personnes qui se sont spontanément adressées à eux pour leur faire remarquer tel ou tel détail.

musée de la marine paris

Pour terminer, très jolie boutique, avec plein de choses pour les enfants (livres, maquettes, bateaux en bois...) et également de plus belles pièces (euh, plus chères aussi !) pour les grands que la marine passionne. La boutique est accessible sans payer l'entrée, pensez-y si vous avez des cadeaux à faire ;) Et enfin, le vestiaire est obligatoire et gratuit, et ça, c'est très appréciable.

Site Internet du Musée

samedi 23 août 2008

La Cité des Enfants 2/7 ans (Cité des Sciences)

Pour notre escapade parisienne, je mets le cap avec les Pitchouns vers la Cité des Enfants... pour évacuer tout de suite l'aspect pratique, notez qu'il s'agit bien de séances d'1h30, pour lesquelles on peut réserver son billet par internet. A l'heure dite, nous pénétrons donc dans un vaste espace dédié à l'apprentissage et à la découverte par le jeu, direction le chantier des petits, où les enfant doivent s'entraider pour construire une maison: amener les briques dans des chariots, charger et manoeuvrer une grue, assembler les murs... tout cela c'est très bien, le seul bémol, c'est qu'une fois que tout ce petit monde a revêtu la tenue obligatoire, gilet de chantier rouge et casque jaune, c'est super difficile de repèrer ses enfants. Surtout 3 :)

Quand les petiots se lassent, on change de zone... On parcourt en entier la zone "Je me découvre" (je ne suis pas super convaincue, mais les petiots s'amusent visiblement), on commence à peine "Je sais faire", on fait en entier "J'expérimente", où les enfants patouillent joyeusement avec de l'eau, cette fois ci tous couverts d'un tablier bleu bien couvrant. Entre temps on a assisté au spectacle à propos de l'air, et je dois dire que c'est ce qui m'a le plus convaincue. Dans le ton de l'émission "C'est pas sorcier...", l'animatrice démontre les capacités de l'air au moyen d'expériences simples, ludiques, auxquelles les enfants sont invités à participer en donnant leur avis.

En effet, si le côté ludique des ateliers n'est pas à prouver, je veux dire par là que les enfants touchent à tout, appuient sur tous les boutons, manipulent facilement tout ce qui est à leur portée, d'un autre côté, toutes les instructions sont écrites, et sans un adulte pour lire, expliquer et éventuellement montrer, les petiots ne sont pas prêts de comprendre réellement le but de chaque expérience. Ceci dit, c'est ludique.

Concrètement, en 1h30, on a pas fait la moitié des zones, et encore moins passé du temps sur chaque atelier... je suppose qu'avec l'habitude on peut repèrer ce qui est le plus intéressant et y aller directement, à moins qu'il ne faille préparer la visite grâce au site internet plus sérieusement que je ne l'avais fait. En tous les cas, ce n'est pas le jour même, avec trois enfants à surveiller qu'on peut prendre le temps de jeter un oeil sur les animations environnantes !

Dans l'ensemble, c'est plutôt bien fait, même si les séances d'1h30 sont certainement trop courtes... et même si les accompagnateurs sont fortement mis à contribution, y compris pour ranger les zones d'activité à la fin de la session !

N'oubliez pas de passer à la boutique de la Cité des Sciences, tout ce qui y est proposé m'a semblé fort intéressant. J'ai repéré d'immenses squelettes de dinosaures à monter soi-même :) sans compter les livres, le rayon astronomie, le rayon entomologie... bref, une vraie caverne d'Ali-Baba.

Et enfin, nous avons copieusement déjeuné au restaurant Le Hublot, assis à une table avec vue directe sur les poissons de l'aquarium... Je vous le recommande, service aimable, rapide, dans une salle aux tables bien séparées les unes des autres, ce qui n'est pas négligeable quand les enfants parlent fort et gesticulent beaucoup ;)

samedi 09 août 2008

Le Château de Fort La Latte (Côtes d'Armor)

fort la latte

Beaucoup de plaisir pour petits et grands à visiter ce château -ou devrais-je dire ce fort- remarquablement restauré, et qui offre un panorama splendide sur les environs du haut de ses fortifications.

fort la latte

Coup de chance, nous le visitons lors d'un week-end d'animations, et croisons au cours de notre promenade nombre de paysans et de gardes en costume d'époque. Mise à feu des canons, entraînement de la garde, préparation d'un pot-au-feu de poisson, les cinq sens des adultes ne perdent pas une miette du spectacle, et ceux des petiots non plus.

fort la latte

fort la latte

Point fort de la visite pour moi, la périlleuse montée (et la non moins périlleuse descente) en haut du toit du donjon. Et quel point de vue depuis là-haut !

fort la latte

fort la latte

fort la latte

fort la latte
Four pour rougir les boulets de canon (ils ne plaisantaient pas, à l'époque !)

Je terminerai par des remerciements chaleureux à P'tit Mousse, notre dévoué guide, qui nous a conté l'histoire des lieux au fil de nos pérégrinations... Vous qui voulez en savoir plus, il ne vous reste qu'à jeter un oeil sur Wikipédia !

J'oubliais, à 4 enfants et 4 adultes, nous avons déjeuné tout à côté de Fort La Latte, à la crêperie La Ribote, route de Cap Fréhel à Plévenon. Carte variée (galettes, pommes de terre garnies, salades...), accueil chaleureux, service rapide, pour un tarif tout à fait raisonnable. Faites-y étape :)

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .