Pas de photo potable de ce lieu plein de mystères et de magie, je dois avouer que ces derniers jours à Paris ont été assez Rock n' Roll pour ma part... Disons que vu mon état général il aurait fallu que je passe mes journées assise sous une couette avec un bon bouquin et une provision de mouchoirs à proximité. Ce n'était pourtant pas mon but en montant à Paris, et vu que je ne voulais surtout pas priver mes enfants de la joie de crapahuter dans les rues de la capitale, j'ai fait de mon mieux. Ceci dit j'avais pris le chargeur de mon vieux Nikon au lieu de celui de mon réflex, que j'ai donc à peine utilisé, et je n'avais pas suffisamment mes esprits pour me servir correctement de mon compact (c'est là que l'on se rend compte que l'appareil ne fait pas tout le travail!). Il aurait fallu que j'arrive à connecter quelques neurones supplémentaires, et je plains d'ailleurs de tout cœur ceux qui m'ont accueillie, je n'ai pas été une hôte idéale, loin de là, entre ma crève et le travail à faire... bref, revenons-en à nos moutons, donc.

Ou plutôt au Musée des Arts Forains, qui ne se contente pas d'exposer vieux manèges et jeux de foire en tous genres, puisque le public est vivement convié à prendre part à la fête. Tenez, le manège avec les vélos, par exemple, si les adultes ne se portaient pas volontaires pour pédaler de toutes leurs forces, il serait évidemment beaucoup moins drôle pour les plus petits, qui profitent de la balade sans faire le moindre effort! Les plus grands (5 ans et 6 ans 1/2) y ont pris beaucoup de plaisir, il faut dire que ça tourne très vite, surtout au début. Ensuite... eh bien ensuite, comme dans les galères, il faudrait quelqu'un pour donner le rythme, j'en ai vu qui faiblissaient rapidement :) La plus jeune (3 ans et quelques mois) n'a pas osé s'y frotter, mais elle a du coup largement profité du carrousel de chevaux de bois. Il y avait pas mal d'autres jeux à disposition, mais plutôt à destination des plus grands, puisqu'ils nécessitaient adresse et précision. Pour résumer, pour peu que vous ayez gardé une âme d'enfant, si vous avez envie de plonger dans une ambiance chaleureuse faite de tentures rouges et d'éclairage feutré, je crois que vous pouvez y aller entre adultes.

Le spectacle de magie m'a beaucoup plu, tout comme aux enfants... le manipulateur était excellent, et j'ai beaucoup aimé son discours à l'attention autant des enfants que des parents. Il a révélé quelques uns de ses trucs aux enfants, sauf qu'évidemment, il s'agissait à chaque fois de l'explication la plus simple, la plus grossière, dirais-je même. Les enfants étaient implacables, n'hésitant pas à le huer, et nous, parents, étions bluffés lorsqu'il passait la vitesse supérieure en mettant en œuvre tout son talent de manipulation. Je dois dire que je ne me suis pas remise du verre de vin disparu littéralement sous mes yeux avec son contenu, et réapparu d'on-ne-sait-où quelques minutes plus tard, toujours sous mes yeux, contenu y compris. Fichtre.

Les Pavillons de Bercy