Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 18 juillet 2012

La Tentation, l'Eau de Pluie et les Rosalies des Alpes

Depuis maintenant 3 ans, le Domaine du Closel est un passage obligé pour ré-approvisionnement en rosé avant l'été (et non, vu la météo, nous ne sommes pas en retard!). Niché au coeur de Savennières, l'on y trouve également de délicieux blancs secs ou moelleux!

IMG_6371_domaine du closel

IMG_6376_domaine du closel

IMG_6385_domaine du closel

IMG_6397_domaine du closel

IMG_6398_domaine du closel

Somptueuse dégustation des vins donc après une balade dans les vignes... Les petiots n'ont pas boudé leur plaisir, et ont dégusté avec sérieux les deux jus de raisin, noir et blanc, qui leur ont été présentés!



Dernière surprise en chargeant les vins dans la voiture (quelques caisses de Tentation et d'Eau de Pluie...), le tas de bois voisin abrite de curieux cerambyx cerdo d'une couleur inhabituelle. Renseignements pris dans nos bouquins en rentrant, il s'agit en fait de superbes Rosalies des Alpes (!). Pitchoun #2 tenait absolument à en ramener, mais vu les dégats qu'ils peuvent potentiellement causer dans le bois... nous les avons laissés au domaine!

IMG_6400_rosalie des alpes

IMG_6401_rosalie des alpes

samedi 14 juillet 2012

Le Cap Blanc Nez et le Cap Gris Nez (Nord/Pas de Calais, France)

De retour dans le Nord pour quelques jours, j'ai emmené les petiots au Cap Blanc Nez, où je me souvenais avoir fait des virées dans ma jeunesse pour ramasser de la marcassite et des fossiles. Nous sommes revenus bredouille, mais que la Côte d'Opale est belle!

A noter que point de vue météo, nous étions prévenus: 18°C et 35 kms/h de vent... heureusement, seulement quelques gouttes!


Agrandir le plan

Un premier coup d'oeil sur les côtes anglaises...

IMG_6203_Cap Blanc Nez

IMG_6205_Cap Blanc Nez

... avant de descendre à la plage...

IMG_6211_Cap Blanc Nez

IMG_6217_Cap Blanc Nez

IMG_6223_Cap Blanc Nez

IMG_6231_Cap Blanc Nez

IMG_6236_Cap Blanc Nez

IMG_6237_Cap Blanc Nez

IMG_6254_Cap Blanc Nez

IMG_6245_Cap Blanc Nez

IMG_6257_Cap Blanc Nez

IMG_6218_Cap Blanc Nez

Direction Wissant ensuite, par la petite route côtière...

IMG_6259_Cap Blanc Nez

IMG_6265_Cap Blanc Nez

Après un excellent déjeuner à La Sirène, avec vue sur la plage (l'alignement de baies vitrées, là, sur la photo...), nous descendons patauger dans les eaux du Cap Gris Nez!

IMG_6274_Cap Gris Nez

IMG_6273_Cap Gris Nez

IMG_6290_Cap Gris Nez

IMG_6291_Cap Gris Nez

Les petiots finiront par se baigner tant la marée haute est tentante, malgré une température qui doit avoisiner les 15°C! Un dernier regard vers le Cap Blanc Nez et nous reprenons la route...

IMG_6310_Cap Gris Nez

IMG_6314_Cap Gris Nez


Agrandir le plan

dimanche 29 janvier 2012

Las Vegas, J7: Survol du Strip & voyage retour

Notre avion quitte Las Vegas à 8 heures du matin, pas de grasse matinée donc pour ce dernier jour... Après un dernier regard aux bandits manchots de l'Excalibur, nous trainons nos valises jusqu'à un taxi... A l'aéroport, le visage de notre chauffeur s'éclaire visiblement lorsque je lui donne notre dernier billet de $20 pour régler la course et lui précise de garder la monnaie. Voilà des dollars que nous ne jouerons pas en attendant le départ, mais il ont fait un heureux ;)

Nous prenons notre petit déjeuner, acheté au Starbucks de l'aéroport, devant d'immenses baies vitrées donnant sur le Strip. Quelques nuages dans le ciel aujourd'hui, c'est la première fois depuis une semaine que nous en voyons!

IMG_4601_The Strip Las Vegas

Les avions décollent en direction du Strip, et jusqu'au moment où nous mettons les pieds dans l'avion, nous nous demandons si nous sommes à droite ou à gauche de l'appareil... Hourra, nous sommes à droite, et la vue est imprenable! L'avion décolle avec le Strip à sa droite, et fait demi-tour au-dessus de la ville avant de partir vers l'est...

IMG_4610_The Strip Las Vegas

IMG_4611_The Strip Las Vegas

IMG_4612_The Strip Las Vegas

IMG_4614_The Strip Las Vegas

IMG_4615_The Strip Las Vegas

IMG_4618_The Strip Las Vegas

IMG_4625_The Strip Las Vegas

IMG_4628_The Strip Las Vegas

IMG_4630_The Strip Las Vegas

IMG_4637_The Strip Las Vegas

Sous nos yeux, le Colorado, Lake Mead et le Hoover Dam... notre pilote est bavard, et durant tout le trajet, il nous tiendra informé des points d'intérêt que nous survolons. Je l'en remercie en sortant, j'ai toujours du mal à décoller mon nez du hublot, et je trouve ça très frustrant de ne pas savoir ce que l'on survole!

IMG_4640_Colorado

IMG_4641_Lake Mead Colorado

IMG_4643_Lake Mead Hoover Dam

Le Grand Canyon est sous les nuages, nous n'en verrons qu'un tout petit morceau...

IMG_4649_Grand Canyon

Les Rocheuses...

IMG_4656_Rocky Mountains

Les Grandes Plaines...

IMG_4657_Great plains

IMG_4659_Great plains

Le Mississipi...

IMG_4661_Mississipi

Les Appalaches...

IMG_4669_Appalachians

Et nous voilà à Charlotte, où nous prenons le temps d'un dernier burger et d'une pause chez Cinnamon avant d'embarquer vers la France.

Ce sera le premier vol où il reste des places disponibles dans l'avion, et nous avons le choix entre 4 sièges au centre pour nous deux... ou un hublot. La fatigue aidant, nous choisissons le confort - et boules Quiès fermement enfoncées dans les oreilles, je dors - voyager sans les enfants, ça a quand même de bons côtés! (J'y pense d'autant plus qu'une dizaine de rangs derrière nous, une petite d'environ 2 ans va hurler à intervalles réguliers jusqu'à s'étouffer... pauvres parents!)

Nous attendons nos valises une éternité à Paris, mais elles sont bien là toutes les deux. La voiture est toujours au parking de l'aéroport, enfouie sous une bonne couche de givre... et elle démarre! 3h30 plus tard nous sommes à la maison, où il nous faudra encore attendre 16h30 pour aller chercher les petiots à l'école...

mardi 24 janvier 2012

Las Vegas, J6: Le Strip et le Titanic

Dernière journée à Las Vegas, et le programme est chargé! Après être passé chercher le p'tit dej chez Starbucks, nous filons prendre le tramway jusqu'au Luxor. Alors le Louxor... comment dire...

Luxor Hotel and Casino

Luxor Hotel and Casino

Luxor Hotel and Casino

Luxor Hotel and Casino

J'avais bien lu il y a quelques mois le Sookie Stackhouse (Sookie Stackhouse Novels de Charlaine Harris) qui se passe à Las Vegas, mais sans réaliser qu'il y a POUR DE VRAI des chambres dans la pyramide. Je pensais bêtement que c'était un accommodement avec la réalité, parce que c'était sympa de faire loger les vampires dans une pyramide. Zut.

Luxor Hotel and Casino

Luxor Hotel and Casino

Luxor Hotel and Casino

Luxor Hotel and Casino

Du Louxor, nous filons au Mandalay Bay via une galerie marchande... Stratégiquement, ce n'est pas le moment rêvé pour acheter des souvenirs puisqu'il va falloir les porter un p'tit moment, mais le "Welcome to Fabulous Las Vegas Gift Shop" nous fait de l'oeil! Nous ressortons avec des jetons de poker siglés Las Vegas, un mélangeur de cartes automatique, des dés et des jeux de cartes usagés (qui ont servi pour de vrai à des tables de casino!), des dés truqués, une décoration de Noêl (oui, encore)... et une navette spatiale. (Cherchez l'intrus!)

Mandalay Hotel and Casino

Nous sommes venus au Mandalay Bay pour voir l'aquarium, qui doit être situé tout à l'extrémité de l'hôtel.

Mandalay Hotel and Casino

Je n'avais pas réalisé qu'il était payant, mais vu que nous venons de marcher environ 12 kilomètres pour arriver jusque là, on ne va donc pas repartir bredouille! L'aquarium est très beau... et nous voyons quelques espèces de requins peu communes, voire jamais vues dans les aquariums visités en France et en Floride. A noter aussi les pangassius - nous en avons un dans notre aquarium depuis 1996 (il a survécu à deux changements d'aquarium et 3 déménagements, dont un sur plus de 500 kilomètres).

Mandalay Hotel and Casino

Nous retournons à notre chambre déposer nos emplettes et nos manteaux pour pouvoir visiter plus confortablement l'exposition Titanic située dans le Luxor...

Luxor Hotel and Casino

Luxor Hotel and Casino

Les photos y sont interdites, mais c'est une exposition très intéressante, qui mêle la présentation du bateau et de quelques uns de ses passagers, le récit de la catastrophe, et de nombreux artefacts remontés du fond de l'eau: des objets de la vie quotidienne, des vêtements, des bijoux, de la vaisselle siglée StarLine, des outils, des fragments du navire... et même un imposant morceau de la coque.



Après un déjeuner dans le "Food Court" de l'Excalibur, nous remontons une fois de plus le Strip... Au Monte Carlo, les filles sont déjà au boulot au milieu des tables de jeu, encore désertes...

MOnte Carlo Hotel and Casino

Nous tentons notre chance aux bandits manchots de l'Aria, qui nous ont été plutôt favorables jusqu'à présent, mais sans succès... Les millions, ce ne sera pas pour aujourd'hui!

Nous traversons donc le Strip, direction The Miracle Mile, une immense galerie marchande... dont l'architecture des magasins est plutôt inattendue.

The Miracle Mile

Le ciel est très bien rendu, on se croirait réellement dans une rue à ciel ouvert, voire même un petit port, un bateau était à quai quelques magasins plus tôt!

Les télévisions de tous les bars sont branchées sur la retransmission d'un match, les 49ers de San Francisco contre... mystère. Devant les bars, la foule est dense également, et chaque action est saluée bruyamment!

Nous ne sommes pas encore entrés dans le casino du Paris-Las Vegas, dont acte!

IMG_4583_Paris Las Vegas

IMG_4582_Paris Las Vegas

Et nous continuons à remonter le Strip jusqu'au Fashion Center, où nous arrivons en plein défilé de mode. Nous ne sommes jamais entrés dans un Apple Store, c'est le moment d'y remédier. Nous sommes surpris par la quantité de vendeurs - j'en compte au moins 22 sur un magasin de taille très modeste. Ceci dit, il n'ont pas en stock ce dont l'Homme avait envie. Tant pis!

Pour terminer ce séjour en beauté, il nous reste à voir différentes animations devant les casinos... à commencer par les sirènes du Treasure Island!

IMG_4470_Treasure Island

IMG_4473_Treasure Island

IMG_4480_Treasure Island

IMG_4489_Treasure Island

IMG_4496_Treasure Island

Coup d’œil au Venetian, décoré lui-aussi pour le Nouvel An Chinois...

IMG_4500_Venetian

Nous allons ensuite boire un verre au Harrah's...

IMG_4504_Harrahs

en attendant la prochaine éruption du volcan du Mirage!

IMG_4509_Mirage

IMG_4514_Mirage

Direction le Bellagio...

IMG_4535_Bellagio

IMG_4537_Bellagio

IMG_4538_Bellagio

IMG_4539_Bellagio

IMG_4540_Bellagio

Où nous assistons à deux spectacles différents, le premier depuis le Bellagio, avec une superbe vue sur le Paris-Las Vegas...

IMG_4550_Bellagio

IMG_4549_Bellagio

IMG_4554_Bellagio

Et le second depuis le Strip. Pour ma part je n'ai pas filmé, mais je vous poste cette vidéo de Virginie, une copine qui était à Las Vegas début décembre dernier... Notez les jets qui partent à une cinquantaine de mètres de haut en grondant comme un canon!



Nous continuons de descendre le Strip vers notre hôtel... Sous nos yeux mais déjà lointaines, les fontaines du Bellagio sont à nouveau à l’œuvre.

IMG_4593_Strip

IMG_4595_Strip

Il est temps de dîner dans un restaurant italien à l'Excalibur, avant de faire les valises... départ tôt demain matin après une semaine... bien remplie!

lundi 23 janvier 2012

Las Vegas, J5: Hoover Dam, Lake Mead, Valley of Fire State Park and Fremont Street Experience

Aujourd'hui, nous avons l'intention de quitter un temps le clinquant du Strip pour aller prendre un bol de nature dans les environs de Las Vegas...

La dame du guichet de location de voiture de l'Excalibur ne sait pas quand elle aura une voiture de disponible, nous traversons donc Tropicana Avenue pour aller en louer une au New York-New York. J'hésite un instant à demander un devis pour la location d'une Camarro ou d'une Mustang, mais le loueur nous propose sa voiture la moins chère, une bête Ford. Vu que les prix de location sont donnés sans le coût de l'assurance (ce qui double le coût de location), finalement, on s'en contentera. Je regrette quand même encore un peu... Instant de stress quand notre loueur nous répond qu'il n'a pas de GPS à nous louer... mais qu'il peut nous en prêter un.

Du coup, nous prenons le petit déjeuner dans un des restaurants du NY-NY, sous une immense carte représentant en relief les États-Unis...

IMG_4196_NYNY

Je prends le volant pour le début du trajet, et nous quittons sans encombres le centre ville de Vegas via Tropicana avenue avant de monter sur l'autoroute. Entre temps nous passons devant The Gun Store, un magasin d'armes avec stand de tir où j'ai très envie d'aller essayer quelques armes à notre retour ce soir...

Les paysages sont étonnants; je me suis toujours imaginé le désert comme étant plat, mais Las Vegas est entourée de montagnes - qui me font un peu l'effet des jeunes terrils du Nord. Peu de végétation, aucun arbre, pas un brin d'herbe, juste des buissons épineux avec de minuscules feuilles. Beaucoup de cailloux, bref, un désert rocheux. (Et en tapant ceci, je me rends compte que j'ai laissé dans la voiture les échantillons de roche ramassés ce jour là. Zut.)

En arrivant à Boulder City, la ville construite pour héberger les mineurs qui travaillaient au Hoover Dam, je commence à pester intérieurement d'être au volant, il y a des photos à prendre. Un panneau conseille aux visiteurs d'écouter une fréquence radio pour des informations sur le Boulder Dam... sur la fréquence indiquée, un message enregistré explique les différents tours disponibles, les horaires d'ouverture etc.

Premier arrêt de la matinée à un "overlook" (point de vue) sur le Lake Mead, le plus grand lac artificiel des États-Unis, formé par les eaux du Colorado en amont du barrage.

Lake Mead

Lake Mead

A nos pieds, un petit groupe d'écureuils attirés par de graines de tournesols qui n'ont pas du arriver là par hasard!

Squirrel

Squirrel

L'Homme prend le volant, et nous bifurquons vers le parking situé aux abords du Mike O'Callaghan - Pat Tillman Memorial Bridge ouvert fin 2010 et qui surplombe à la fois le Colorado et le Hoover Dam. La vue est impressionnante! Il faut dire que c'est le second pont le plus haut des États-Unis, à 260m de hauteur au-dessus de la rivière.

Hoover dam

Hoover dam

Hoover dam

Direction le Hoover Dam, que nous traversons une première fois en voiture avant de retourner nous garer. De l'autre côté du Colorado, c'est l'Arizona... avec une heure de décalage horaire! Nous faisons juste l'aller-retour, pas de quoi ajuster nos montres, ceci dit, les employés du barrage que nous rencontrons plus tard plaisanterons à ce sujet puisque le barrage comprend deux centrales électriques, l'une au Nevada et l'autre en Arizona!

Hoover dam

Nous optons pour la visite guidée la plus détaillée, et après un film d'images d'archives datant de la construction du barrage, nous prenons un premier ascenseur pour descendre dans les entrailles du monstre. Nous sommes descendus au niveau de la centrale électrique du Nevada, et mon oreille interne me joue des tours, bernée par le confinement, le bruit... et surtout les vibrations que nous ressentons, nous sommes au-dessus d'un des tunnels par lesquels l'eau -une fois aspirée par les tours dans le lac- est amenée au niveau des turbines. Un tunnel de 15 mètres de diamètre, avec un débit inimaginable (non, je n'ai pas retenu le nombre de gallons/seconde, mais c'était beaucoup!).

Hoover dam

Direction la centrale électrique en elle-même, un bâtiment qui me fait penser par ses dimensions au VAB, le bâtiment d'assemblage des fusées et des navettes de la NASA...

Hoover dam

Hoover dam

L'une des turbines est en cours de révision, ce qui donne une idée des dimensions (et du poids) de l'animal.

Sans être creux (il est constitué de blocs imbriqués les uns dans les autres), le barrage est sillonné de tunnels qui permettent au équipes de vérifier sa bonne tenue et d'effectuer des prélèvements... à l'origine, l'on pensait qu'il faudrait 100 ans pour que le béton sèche, mais aujourd'hui, les dernières théories prédisent qu'il va continuer de durcir. La largeur du barrage à sa base est équivalente à deux terrains de football (américain, évidemment).

Hoover dam

Re-ascenseur, et notre guide nous emmène au bout d'un étroit tunnel, jusqu'au bord du barrage en lui-même, nous sommes remontés environ à mi-hauteur, et nous jetons un coup d’œil au travers de la grille.

Hoover dam

Le guide l'évoquera, mais les images du film Le Fugitif nous sont immédiatement venues à l'esprit, même s'il s'agit d'un autre barrage!



(Si Le Fugitif s'était déroulé au Hoover Dam, d'ailleurs, le Dr Kimble se serait écrasé comme une crêpe sur les centrales électriques et le film aurait été terminé dés les premières minutes.)

Tant que nous sommes là, nous jetons un coup d'oeil en amont et en aval de l'escalier de 1300 marches qui permet de remonter du fond du barrage en cas de coupure d'électricité. 1h30. (Pas de panne d'ascenseur, heureusement!). A nos pieds, un capteur sismique que notre guide nous demande d'éviter soigneusement!

Hoover dam

Hoover dam

Retour à la surface pour un dernier coup d’œil depuis la route sur l'aval du barrage... C'est l'heure de quitter nos deux guides successifs, qui nous ont offert une bien belle visite, et narré quantité d'anecdotes avec beaucoup d'humour, sans compter les "dam" jokes. Oui, normalement, entre personnes bien élevées, on utilise pas le mot "damn" (prononcé "dam") à tout bout de champ, mais quand on est sur un barrage ("dam"), tout est possible. Bref, une visite passionnante!

Hoover dam

L'amont du barrage, avec vue imprenable sur les tours au pied desquelles l'eau est aspirée.

Hoover dam

Hoover dam

Nous prenons ensuite encore un peu de hauteur...

Hoover dam

Avant de déjeuner et de faire les boutiques. Nous sommes en territoire Mojave, on rapportera donc une belle flèche fabriquée artisanalement pour Pitchoun #1... et une tarantule, taille réelle, pour Pitchoun #2! (C'est fou le temps qu'il va me falloir pour oser la prendre dans les mains dans le magasin!).



Je crois qu'il est temps de rappeler que même si officiellement il s'agissait de réguler les eaux du Colorado et de permettre aux Californiens de cultiver les plaines en aval... le Hoover Dam a réellement été construit pour dissimuler le All Spark et Megatron... c'est parfaitement expliqué dans le film Transformers, durant lequel le barrage subit quelques dommages...



Nous reprenons la voiture en direction du Lac Meade, autour duquel nous allons tourner avant de nous enfoncer dans le désert jusqu'au Valley of Fire State Park (parc régional de la vallée de feu).

La vue sur le lac est superbe...

Lake Mead

IMG_4298_Lake Mead

Lake Mead

Lake Mead

Lake Mead

Et le désert également.

Nevada desert

Nevada desert

Nevada desert

Même si au bout d'un certain temps (nous roulons 1h30), il devient oppressant. Peu de panneaux indicateurs, pas de réseau pour le téléphone portable, aucun signe d'occupation humaine à perte de vue... C'est toujours aussi beau, mais on finit quand même par se demander si on va en réchapper ;)

Et puis soudain, le Colorado est de retour.

Nevada desert

Nous arriverons trop tard au State Park pour admirer le coucher du soleil -qui doit être un spectacle magnifique- nous avons du le rater de quelques minutes à peine... Nous faisons quand même une halte pour une petite promenade sur un sentier balisé avant de reprendre la direction de Las Vegas...

Valley of Fire State Park

Valley of Fire State Park

Valley of Fire State Park

Valley of Fire State Park

Valley of Fire State Park

Valley of Fire State Park

Bien sûr, mon Lonely Planet mentionnait bien qu'à part les coyotes (parfois entreprenants), le désert est le terrain de jeu des serpents à sonnettes, des scorpions et des... tarentules, mais que franchement, si on ne les cherche pas, on ne les trouve pas. A toutes nos haltes, je suis donc soigneusement restée sur les allées balisées - surtout ne pas prendre de risques.

A mon retour, en cherchant le nom scientifique de la tarentule achetée au petiot, je suis donc tombée des nues devant plusieurs articles mentionnant des dizaines de tarentules vues sur quelques miles, notamment au Valley of Fire State Park. Vues sur la route, non pas qu'elles se promènent sur la route particulièrement, mais parce que c'est au moment où elles traversent qu'elles sont les plus repérables. Évidemment cette marche se déroule à la saison des amours (printemps, automne), et pas en hiver. Bref, tout cela m'a quand même donné quelques frissons rétrospectivement :) Articles à lire ici et !

Nous arrivons à Las Vegas par le Nord, de nuit. Les lumières de la ville s'étendent à perte de vue...

IMG_4364_Stratosphere

Direction Fremont Street, le centre ville historique de Las Vegas, où se trouvent les plus anciens casinos... et un symbole de Las Vegas, l'immense verrière lumineuse illuminée par des publicités... (notez la tyrolienne!)

Fremont Street Experience

Fremont Street Experience

... et même un petit film toutes les heures!

Fremont Street Experience

Fremont Street Experience

Nous sommes vendredi soir, et la rue est incroyablement animée: sosies de toutes sortes, personnages de dessins animés, peintres à la bombe de peinture... Pour ma part, je n'accroche pas à l'ambiance de Fremont Street, que je trouve trop bon marché et trop vulgaire à mon goût.

Fremont Street Experience

Nous explorons le Golden Nugget, à la recherche de l'aquarium à requins traversé par le toboggan de la piscine de l'hôtel, et de la plus grosse pépite jamais découverte...

Fremont Street Experience

Les petiots sont dans leur période Beyblade, nous prenons donc le temps d'explorer les magasins de souvenirs, un drugstore et même un incroyable magasin de jouets vintage au cas où. Retour à la voiture, où je reprends le volant pour descendre tranquillement le Strip. A l'extrémité nord du Strip, quantité de chapelles toutes plus kitsch les unes que les autres. Ensuite, c'est le Stratosphère, et le Sahara, qui a visiblement fermé depuis que mon Lonely Planet a été écrit. Vient ensuite le Circus Circus, et tous les hôtels/casinos devant lesquels nous sommes déjà passés plusieurs fois à pied cette semaine. Nous descendons le Strip jusqu'à son extrémité sud, pour voir le panneau iconique "Welcome to Fabulous Las Vegas"... sans nous y arrêter. Un détour par une station essence, et nous ramenons notre voiture de location au NY-NY.

Nous avons moins marché aujourd'hui, mais nous sommes quand même bien fatigués! Pour le dîner, nous cherchons une Steack-House au NY-NY, et nous sommes surpris par la foule! Les hôtels étaient peut être pleins cette semaine à cause du CES, mais visiblement les casinos n'étaient pas fréquentés par les visiteurs du CES... Sur des estrades placées au milieu des tables de jeu, de jeunes femmes en petite tenue dansent - et attrapent au vol les billets qui leur sont lancés (pas par les joueurs, qui eux sont concentrés, mais par la foule autour!).

Nous trouverons finalement notre Steack-House à l'Excalibur... Une longue journée nous attend encore le lendemain!

(Juste pour l'anecdote, le nom du réseau Wi-Fi du Hoover Dam n'est pas lié aux Transformers, mais à Terminator. Comme quoi...)



dimanche 22 janvier 2012

Las Vegas, J4: Le CES et Viva Elvis

Levés encore un petit plus tôt ce matin, même si ce sera la dernière fois, les 9 heures de décalage horaire commencent peut-être enfin à être absorbées!

IMG_4061_NYNY from Excalibur bedroom

Nous décidons de ne pas retourner au Centre de Conventions aujourd'hui -nous pensons avoir vu tout ce qu'il fallait y voir- mais d'aller jeter un coup d’œil à ce qui se passe au Venetian, l'un des Hôtels/Casino du Strip où est également installée une partie du CES. Nous optons pour y aller à pied, ce qui nous permettra de remonter le Strip de jour, et d'explorer en chemin quelques casinos du côté Est.

Nous faisons l'impasse sur le buffet de l'Excalibur et nous arrêtons au Starbucks du New York-New York pour acheter notre petit déjeuner et le prendre à la New-Yorkaise... en marchant!

IMG_4076_Strip

IMG_4070_Strip

IMG_4071_Strip

IMG_4075_Strip

IMG_4077_Strip

Sur les trottoirs, pas grand monde... le Strip est calme à cette heure de la matinée! Tiens, nous voilà à l'hôtel Casino Paris-Las Vegas!

IMG_4082_Paris Las Vegas

Sans être aussi impressionnante que la version originale parisienne, cette copie à l'échelle 1/2 (165 mètres de haut!) de la Tour Eiffel fait quand même terriblement d'effet...

IMG_4085_Paris Las Vegas

IMG_4086_Paris Las Vegas

Nous passons à l'intérieur du Flamingo...

IMG_4091_Flamingo

qui se transforme en Margaritaville (les requins au-dessus de ces machines à sous attirent mon regard!)

IMG_4091_Margaritaville

De l'autre côté de la rue, le Bellagio...

IMG_4078_Strip

Et tout à côté du Caesars Palace, les magasins du Forum...

IMG_4098_forum shops

IMG_4133_forum shops

Occupée à photographier l'autre côté de la rue, je rate mon premier Elvis, qui passe tout près de moi en me saluant d'un "Hey Babe". Zut, pas eu le temps de voir s'il ressemble au vrai. Quelques centaines de mètres plus loin (nous avons déjà parcouru 3,5 km!), nous arrivons enfin au Venetian... superbe, même si ce n'est pas tout à fait dans mes goûts architecturaux!

IMG_4108_Venitian

IMG_4112_Venitian

C'est l'heure de se remettre au travail... La salle de bal du Venetian est envahie par des boxes d'exposition, tout comme une autre immense salle à l'arrière, nettement moins richement décorée! Nous explorons également les salles de réunion, également converties pour le CES... ainsi que des suites puisque des dizaines d'entreprises ont fait le choix d'une suite privée pour recevoir leurs clients. L'ambiance est plus feutrée qu'au Centre de Convention, les hôtesses sont plus habillées, la moquette est plus épaisse sous nos pieds reconnaissants!

Nous nous échappons en début d'après midi pour aller déjeuner au Fashion Show, un centre commercial tout proche à l'allure de soucoupe volante.

IMG_4114_Fashion Show

Le Circus Circus et la Stratosphère sont encore un petit peu plus loin sur le Strip (enfin, la perspective et les proportions des bâtiments nous incitent toujours à les imaginer plus proches qu'ils ne le sont réellement) mais nous n'irons jamais jusque là!

IMG_4118_Strip

La remise en route est difficile, nous avons remonté le strip côté est, nous le descendrons côté ouest!

Notre premier arrêt est pour le Treasure Island, où se déroulent tous les soirs des spectacles gratuits sur les deux bateaux, celui des pirates (le rouge) et celui des sirènes (le blanc).

IMG_4123_Treasure Island

IMG_4125_Treasure Island

IMG_4126_Treasure Island

Et nous continuons notre descente du Strip... Le Mirage...

IMG_4100_Mirage

Et le Bellagio, superbe, et je ne dis pas cela seulement parce qu'il a servi de décor au film Ocean's Eleven!

IMG_4142_Bellagio

IMG_4144_Bellagio

Nous verrons plusieurs hôtels décorés en prévision du Nouvel An Chinois, le Bellagio en fait partie...

IMG_4149_Bellagio

IMG_4151_Bellagio

Plus loin, le centre commercial Crystals, désert...

IMG_4167_crystals

IMG_4169_crystals

IMG_4168_crystals

... qui débouche sur l'hôtel/casio Aria, où nous jouerons nos premiers dollars. Enfin, presque, nous avons déjà joué $2 au Venetian, et perdu seulement $1,85! En jouant $4 à l'Aria, nous récupérons notre mise du matin... mais rien de plus!

C'est à l'Aria qu'a lieu le spectacle Viva Elvis, du Cirque du Soleil. Nous passons à la boutique officielle Elvis (Oh, le t-shirt! la décoration de Noël! les lunettes de soleil pour enfant!) et juste par acquis de conscience, parce que vraiment, j'aurais bien aimé, mais ça doit être complet, nous nous arrêtons au guichet des réservations. Surprise, il y a encore 6 représentations avant notre départ, et des places disponibles dans toutes... Nous réservons donc pour 19 heures le soir même.

IMG_4171_Elvis

IMG_4172_Elvis

Après l'Aria, le Cosmopolitan...

IMG_4162_Cosmopolitan

IMG_4161_Cosmopolitan

Retour à l'hôtel déposer nos emplettes et nos papiers récoltés au CES avant de ressortir pour aller au spectacle Viva Elvis! Le Mandarin Oriental a un "sky lobby" au 23ème étage, et nous montons jeter un coup d’œil aux fenêtres...

IMG_4184_Strip

IMG_4190_Strip

... avant d'aller boire un verre dans un des bars de l'Aria!

IMG_4194_Aria

En attendant le début du spectacle Viva Elvis, les danseuses sont dans la salle et jouent les groupies...



Le spectacle est particulièrement beau... Il s'agit d'un mélange d'images d'archives d'Elvis Presley, de music live, de danse, et de tableaux acrobatiques... tous destinés à retracer des instants de la vie du King. Je suis particulièrement émue par celui qui symbolise la mort du frère jumeau qu'il n'a jamais connu et par son départ à l'armée. Celui du mariage, aussi. Les réorchestrations sont parfaites, les danses sont joyeuses, les musiciens se donnent à 200%... Nous ressortons 1h30 plus tard, ravis.



Et pour terminer cette journée bien remplie, nous dinons au Rainforest Café du MGM avant de regagner notre chambre à l'Excalibur...

samedi 21 janvier 2012

Las Vegas, J3: Le CES et le Hard Rock Café

Je crois que nous sommes réveillés ce matin encore un peu plus tôt qu'hier... et même si on pourrait rester des heures à regarder par la fenêtre, le CES nous attend!

IMG_4033_view from Excalibur bedroom

IMG_4034_NYNY from Excalibur bedroom

Nous trouvons le chemin du buffet presque du premier coup, et renouvelons l'orgie de la veille...

La file d'attente pour embarquer dans les navettes pour le CES est à vue de nez plus longue, mais plusieurs bus arrivent finalement en même temps. Les bus sont hétéroclites, de la version grand tourisme au double-deck à ciel ouvert... c'est à croire que tous les bus de la région ont été réquisitionnés pour emmener les participants depuis leurs hôtels respectifs au Centre des Congrès! Celui qui nous prendrons pour rentrer est... pittoresque, mais il a connu des jours meilleurs. Nous croiserons les doigts toute la route pour qu'il ne rende pas l'âme avant que nous soyons arrivés!

bus navette pour le CES

Aujourd'hui, nous écumons méthodiquement l'étage du hall sud, ainsi que le hall nord... mais pour plus d'informations sur ce que j'ai vu au CES proprement dit, rendez-vous encore et toujours à ce lien: Consumer Electronic Show Las Vegas 2012.

De retour, comme la veille, en toute fin d'après-midi à l'hôtel, nous nous reposons un peu avant de sortir dîner au Hard Rock Café, dont nous devinons l'immense enseigne en forme de guitare depuis notre fenêtre...

IMG_4178_Hard Rock Café

Je dois avouer un gros faible pour l'ambiance de ces restaurants, qui ne me déçoivent jamais. La musique est bonne, la carte me plaît et le service est toujours irréprochable... d'ailleurs, notre serveur me demande avec humour si j'ai 21 ans lorsque je commande un cocktail... En voilà un qui mérite un généreux pourboire ;)

Cocktail au Hard Rock Café Las Vegas

A l'entrée, deux costumes de scène d'Elvis sont exposés... et c'est un peu mon regret pour l'instant au sujet de Las Vegas; je m'attendais à ce qu'Elvis y soit plus présent... affaire à suivre!

IMG_4052_Elvis Presley at Hard Rock Cafe

IMG_4053_Elvis Presley at Hard Rock Cafe

Détour par la boutique du Hard Rock Café (Oh! un t-shirt!) avant de reprendre la direction de l'hôtel. Sur la route on s'arrête également dans la boutique Coca Cola (Oh! la jolie décoration de Noël!) avant de traverser le New York-New York, aussi évocateur à l'intérieur qu'à l'extérieur...

IMG_4051_NYNY

IMG_4055_NYNY

IMG_4066_NYNY

IMG_4063_NYNY

Retour à l'Excalibur pour une nuit de sommeil bien méritée!

jeudi 19 janvier 2012

Las Vegas, J2: Le CES et le Mirage

Malgré les 28 heures de voyage et le coucher tardif (enfin, matinal!) nous sommes déjà réveillés à 7 heures. Qu'à cela ne tienne, après une bonne douche les idées sont déjà beaucoup plus claires!

Pas convaincus par notre chambre queen size et sans vue, nous passons à la réception demander s'il y a moyen d'en avoir une autre... pas de soucis, nous laisserons donc nos valises à la consigne à bagages pour la journée... dés le petit-déjeuner terminé. Il nous faut un moment pour localiser le buffet dans l'hôtel, dont les proportions dépassent l'imagination. Ajoutez à cela que s'orienter au milieu d'allées de machines à sous n'a rien de facile, et nous marchons un petit moment avant de nous rendre compte que nous avons dépassé les escalators sans les voir. Pourtant, 2 escalators flanqués de 2 escaliers... Bref.

IMG_4598_Inside Excalibur

Tout cumulé, le buffet fait au moins 75 mètres de long... Je n'ai aucune idée de l'heure qu'il est pour mon estomac, mais il ne s'offusque pas des œufs brouillés, du bacon, des pommes de terre, des biscuits, ni même de l'énorme salade de fruits frais (j'étais raisonnable à la base, juste un morceau/cuillère de chaque fruit). Deux grands verre de jus de fruit plus tard, direction les navettes qui nous emmèneront vers le CES. Sitôt sortis du Strip, de ses lumières et de ses (fausses?) pelouses, nous voilà dans le désert, la végétation réduite à des buissons épineux. Des "blocks" complets sont à l'état de terrain vague -certains squattés par des tentes, et partout, des centres commerciaux modestes, des motels et des appartements proprets et d'autres... moins.

Arrivés au Centre de Convention de Las Vegas, nous filons récupérer nos badges avant d'explorer le hall central... Nous passerons la journée à déambuler méthodiquement dans ce hall central et au rez-de-chaussée du hall sud. Nous sautons le déjeuner (vu le petit-déjeuner gargantuesque, rien d'étonnant!) et retournons attraper une navette vers 17 heures.

Pour plus d'infos sur ce que nous avons vu dans les halls, je vous invite à regarder mon résumé, à ce lien: Consumer Electronic Show Las Vegas 2012.

Pour ma part, mes jambes sont bien fatiguées, et mes chevilles se plaignent copieusement des talons. Je sais bien que tout le monde vous dira qu'il ne faut pas mettre de talons dans ce genre de circonstances, et que tous les hommes portent des baskets avec leur costume ou leur jean noir. Certes. Mais pas les femmes. Je ne verrai aucune femme en jean, et aucune femme de moins de 60 ans en baskets... quant aux hôtesses sur les stands, debout elles-aussi toute la journée, elles sont toutes perchées sur des talons aiguilles, à part celles qui marchent toute la journée sur un tapis roulant pour démontrer comment fonctionne tel ou tel capteur cardiaque!

IMG_4038_Excalibur

De retour à l'hôtel, nous récupérons nos valises et direction notre nouvelle chambre, toujours dans la Tour 2, toujours au 21 étage, mais cette fois-ci équipée d'un lit king size, et d'une vue. Et quelle vue! De jour, de nuit, au petit matin, au coucher du soleil... le spectacle est splendide.

IMG_4028_NYNY from Excalibur bedroom

Nous prenons le temps de défaire nos valises avant de nous changer pour aller au Mirage... Je nous ai eu des invitations pour la soirée SAY: organisée dans le club 1OAK (One of a Kind, il m'a fallut du temps pour comprendre - on dira que j'étais fatiguée) qui a ouvert ses portes au Nouvel An.

C'est l'occasion de tester le Monorail qui est -selon le Lonely Planet- le moyen le plus rapide de se déplacer dans Las Vegas. Certes. Une fois que l'on est dedans. Par contre, vu que le monorail se trouve plutôt à l'arrière des hôtels (comprendre, à 500 mètres du Strip), que l'on ne traverse jamais un hôtel en ligne droite, qu'il n'y a pas des arrêts à tous les hôtels, qu'il est du côté Est du Strip et que le Strip ne se traverse que via des passerelles ou quelques passages piétons, ça se discute.

IMG_4036_MGM Grand

IMG_4045_MGM Grand

C'est néanmoins une bonne raison de visiter le MGM Grand et le Harrah's, et de barrer ces deux là de notre liste!

IMG_4503_Mirage

Après avoir déclinés nos noms à nos hôtes au 1OAK, posé pour la photo souvenir et montré nos passeports à un Monsieur de la Sécurité... nous sommes happés par la musique. Je n'avais plus mis les pieds dans une boite de nuit depuis des années, et la fatigue s'envole provisoirement. Cocktails à volonté, amuse-gueules sucrés et salés... je regrette seulement de ne voir passer qu'une fois la dame aux macarons - délicieux. La tenue des serveuses (blondes aux cheveux longs) laisse peu de place à l'imagination. Les robes sont rouges et moulées sur des corps de rêve, les décolletés pigeonnants révèlent des poitrines parfaites, les jupes ne pourraient aucunement être plus courtes... et les talons sont vertigineux.

Soirée SAY au 1OAK (Mirage, Las Vegas)

Arrivés vers 20 heures, nous filons deux heures plus tard, alors que nous menacions de nous endormir le nez dans nos cocktails... Dehors, l'air de la nuit est revigorant; il ne doit pas faire beaucoup plus de 5°C, ce qui n'empêche pas nombre de gens d'être encore en manches courtes, en petites robes et en tongs. Pour ma part, je suis bien contente d'être en bottes et d'avoir un bon manteau, je ne me lasserai pas de m'étonner toute la semaine de ces gens visiblement beaucoup moins frileux que moi (à moins qu'ils ne jugent pas nécessaire d'acheter des vêtements d'hiver pour quelques semaines à peine chaque année?).

Nous décidons de rentrer à pied (environ 2,5 kms - ce qui n'est pas rien après une journée passée à déambuler dans un salon professionnel!) pour profiter des lumières du Strip, qui est un véritable enchantement. Je ne vous cacherai quand même pas que lorsque les escalators des passerelles permettant de traverser les rues sont en panne... je peste, ceci dit, de là-haut le point de vue change, et la vue est encore plus belle. Tout le monde n'est pas à la fête, et de nombreux sans-abris sont réfugiés sur ces passerelles, entourés par des chanteurs qui font eux aussi la manche et des rabatteurs pour les spectacles qui vous accostent à tout bout de champ.

Sur le même trottoir, après le Mirage, c'est le Caesars Palace.

IMG_4524_Caesars Palace

En face, le Flamingo...

IMG_4522_Flamingo

Puis le Bally's, et le Paris Las Vegas.

IMG_4525_Ballys Paris

Nous assistons pour la première fois le spectacle des fontaines du Bellagio... très poétique, sans y croiser toutefois les Onze de M. Ocean. Dommage...

IMG_4561_Bellagio

IMG_4565_Bellagio

IMG_4568_Bellagio



Aux fenêtres d'un autre Casino, dont le nom m'échappe maintenant, des danseuses attirent l’œil des passants... Las Vegas ne manque pas de charme(s) la nuit. Sur les trottoirs, des dizaines de rabatteurs font claquer entre leurs doigts des cartes de visites pour des services d'escort girls/stripteaseuses (livraison garantie en 20 minutes à votre chambre d'hôtel). Nous passons encore devant l'Aria, le Monte Carlo, le NY-NY...

IMG_4046_NYNY

avant de finalement apercevoir... notre hôtel. Notre chambre est juste là, dans la tour de droite, aux trois quarts du 21ème étage.

IMG_4060_Excalibur

Las Vegas, J1: 28 heures de voyage

Le voyage s'est décidé en quelques jours, et après des heures à retourner le problème dans tous les sens sur les sites des compagnies aériennes... nous optons pour un avion avec un décollage de Roissy à 13 heures le lundi 9 janvier. Comme à chaque fois, c'est US Airways qui a les tarifs les plus compétitifs, je préférerais juste de beaucoup que la compagnie soit basée à Orly, ou mieux, à Nantes!

Levés vers 5 heures du mat, départ de la maison à 6h30, non sans être allés faire un dernier câlin aux petiots, qui cette fois-ci ne seront pas du voyage. Ils restent (sagement?!) à la maison, gardés par les parents de l'Homme. Non seulement ils ont école, mais vu que nous passerons plusieurs jours dans un salon professionnel avant de faire du tourisme... Ceci dit, ils sont à priori plutôt contents à l'idée d'être en vacances de nous!

La route jusqu'à Roissy s'effectue sans encombres, parking, et métro jusqu'au terminal 1. J'ai fait le check-in sur le web la veille, et du coup nous sommes débarrassés des bagages en un clin d’œil. Direction le sous-sol du terminal 1 où se trouvent les prises de courant, j'ai encore un peu de travail à terminer sur mon PC portable dont la batterie n'a plus qu'une durée de vie de 45 minutes...

Quelques heures plus tard, nous voilà prêts à embarquer... remarquablement, il n'y avait aucune attente à la sécurité malgré les mesures habituelles: enlever les chaussures, le foulard, le manteau, la veste, la ceinture... et passer le tout aux rayons X avant de se rhabiller.

L'avion est plein, nous sommes à l'arrière de la cabine, dans les sièges au milieu de l'appareil. Ma voisine de gauche est française, sourde et végétarienne, et à chaque passage des hôtesses (qui parlent exclusivement anglais pour la plupart), je suis entrainée dans la conversation: tenter de comprendre ce qu'articule ma voisine pour le traduire en anglais aux hôtesses, avant de d'articuler en français la réponse à ma voisine. L'une des hôtesses connaît le langage des signes, mais nous ne la verrons qu'une fois sur un vol d'une durée de 8h35...

Ceci dit, je ne suis pas récompensée, ma voisine lit un magazine consacré aux araignées, avec force photos et dessins en gros plan. C'est bien ma chance!

Il est finalement 21h35 heure française/15h35 heure locale quand l'avion se pose à Philadelphie... où il nous faudra patienter plus d'une heure dans la file d'attente pour passer l'immigration. Récupération des bagages, douane, ré-enregistrement des bagages, et nouveau passage par la sécurité. Nous allons à notre terminal avant de raisonner que puisqu'il nous reste des heures à attendre (5 heures en tout à Philadelphie) nous serions mieux dans les rocking chairs aperçus plus tôt, d'autant plus qu'ils sont juste à côté de prises de courant (oui, j'ai encore du travail à finir). Nous avons déjà eu un goûter dans l'avion, mais on se laisse tenter par des salades de fruit rafraîchissantes, après tout, c'est à nouveau l'heure du goûter!

Quelques heures plus tard et déjà bien fatigués, nous sommes en mode zombie sur les sièges attenants à notre porte d'embarquement... où la population à destination de Las Vegas est moins "geek" que ce à quoi nous nous attendions. Il y a quand même dans le lot un groupe de 4 hommes que je soupçonne (la fatigue aidant) d'être une famille mafieuse!

L'avion est à nouveau complet, mais nous nous sommes acquittés d'un supplément pour avoir la vue sur la ville à l’atterrissage, je m'approprie donc la fenêtre... Pas grand chose à voir durant le vol pendant lequel nous faisons de notre mieux pour dormir... Mine de rien, nous décollons à 20h39 heure locale, soit mardi à 2h39 de Paris. Peu de lumières défilent sous l'appareil avant d'arriver à Las Vegas, dont l'aéroport est au milieu de la ville, juste au bord du Strip. La ville s'étend jusqu'aux montagnes dont nous devinons les contours.

Las Vegas

A notre arrivée, l'avion a 20 minutes d'avance mais, manque de chance, sa porte n'est pas disponible. Nous patientons donc encore, attachés dans nos sièges, à quelques dizaines de mètres de la passerelle - dans notre avion, deux militaires qui reviennent d'Irak (et qui voyagent eux aussi depuis plus de 20 heures!) que l'équipage nous demande d'applaudir. Il est 23h14 à Las Vegas (mardi 8h14 du matin à Paris), l'heure de nos premiers coups d'oeil sur le Strip.

The Strip, Las Vegas

The Strip, Las Vegas

The Strip, Las Vegas

Il nous faut encore récupérer les bagages, nous enquérir de navettes pour aller à l'hôtel ($7/personne, 5ème stop, au moins 20 minutes d'attente, pfff)... et du coup de patienter dans la file d'attente des taxis ($20 pourboire compris, mais c'est direct!).

A l'hôtel, il faut à nouveau... patienter, cette fois-ci dans la file d'attente pour le check-in. Nous sommes à l'Excalibur, un des immenses complexes Casino/Hôtel du Strip. Nous avions demandé un lit king size, nous aurons une chambre avec deux queen size, il n'y en a plus d'autre de disponible... 21ème étage, mais vue sur l'intérieur de l'hôtel. Grumpf. Ceci dit, nous sommes tellement fatigués que nous n'avons plus l'énergie de nous battre.

Il est déjà mardi, 1h30 du matin à Las Vegas et 10h30 du matin à Paris quand nous sommes enfin allongés dans un lit. Nous aurons mis 28 heures pour aller de la maison à notre chambre d'hôtel!

mercredi 09 novembre 2011

Disneyland Paris, J3

Après un nouveau copieux petit déjeuner, nous filons vers les parcs. Surprise, il n'est que 9h30, mais les portes des Studios sont ouvertes. Renseignements pris, les attractions n'ouvriront bien qu'à 10 heures, mais on peut déjà y entrer. Du coup, comme beaucoup de monde, nous faisons la queue devant Crush's Coaster (qui n'a pas de système de Fastpass) en attendant que l'attraction ouvre. Derrière nous, la file d'attente fait plusieurs dizaines de mètres de long, devant nous aussi... à 10 heures, le temps d'attente affiché est de 90 minutes! J'ai beau retourner le problème dans tous les sens, je ne vois pas pourquoi ils font entrer les gens plus tôt, je suis persuadée que les gens ont couru à 9h30 comme ils auraient couru à 10h pour être les premiers. Ceci dit, nous ne sommes pas à la fin de la file, et l'attraction vaut la peine d'être refaite.

Comme la veille: RC Racer, Zig Zag, Cars, Aerosmith... les temps d'attente sont de 5 à 30 minutes, c'est fatiguant, mais ça reste supportable. Après moult discussions, Pitchoun #2 redonne sa chance à la Tour de la Terreur. Il y est... terrifié, mais ressort super fier de lui d'avoir osé ;)

Disneyland Paris

Retour à Disneyland pour le déjeuner. Première option, le Lucky Nugget Saloon, fermé. Seconde option, le Pizza Outpost du Colonel Hathi, fermé également. Humpf. Direction la Pizzéria Bella Note, où nous trouvons sans problème une place au soleil en terrasse... mais attendons une éternité au comptoir avant d'être servis. Et quand je dis une éternité, c'est vraiment une éternité. Quantité d'italiens parmi les clients, je guette un visage qu'il m'a semblé reconnaître au pied du château tout à l'heure, celui de Paolo Nespoli, astronaute de l'ESA... sans le revoir.

Direction Star Tours avant d'attendre un moment pour embarquer dans un des trains à vapeur qui font le tour du parc. Le premier qui arrive repartira sans nous, le temps d'embarquement/débarquement prend une éternité, nous laissons finalement tomber...

Disneyland Paris

Millième coup d'oeil à l'appli iPhone du parc, qui m'indique les temps d'attente aux différentes attractions, avant d'opter pour le roller coaster d'Indiana Jones - les petits sont trop petits, les grands y vont donc chacun leur tour :)

Nous terminons la journée avec le fastpass pour le Train de la Mine, récupéré quelques heures plus tôt... Hourra, l'attraction fonctionne!

Disneyland Paris

17h30, nous quittons le parc... il est temps de reprendre la direction de la maison, demain, c'est la rentrée!

lundi 07 novembre 2011

Disneyland Paris, J2

Nous nous levons tôt pour profiter du fait que les parcs ouvrent à 8 heures (au lieu de 10h) pour les clients des hôtels... Les petiots s'offrent un petit déjeuner ultra-copieux, c'est fou comme à la maison c'est difficile de les faire s'asseoir pour un vrai p'tit déj', tandis que là, ils s'enfilent saucisses, bacon, yaourts, pain beurré/confiture, céréales, petits pains au chocolat, le tout arrosé de plusieurs verres de jus de fruit. Dans le désordre, évidemment. Salé, sucré... peu importe.

Mauvaise surprise, en fait, le parc des Studios Disney n'ouvre pas en avance... retour donc à Disneyland, dont seules quelques attractions sont ouvertes. Du coup, attente à Buzz l'éclair avec Pitchoun #2 trop petit de quelques centimètres pour faire Space Mountain pendant que l'Homme et le #1 "font" Space Mountain... puis on échange les enfants et les attractions.

Pendant que l'Homme et #1 retournent à Space Mountain (Pitchoun #1 l'aura fait 3 fois ce matin là), je file faire la queue au Train de la Mine avec #2, l'attraction doit ouvrir dans quelques minutes. Elle n'ouvrira pas, mais entre temps, une foule compacte s'est massée devant sur plusieurs dizaines de mètres, fermant complètement l'allée. Il faudra attendre 10h15 pour que le bouche à oreille nous parvienne... problème technique.

Du coup, nous changeons de parc. La foule est moins dense aux Studios Disney, mais il faut quand même encore compter 30 minutes d'attente en moyenne aux attractions les moins populaires. Heureusement, parmi celles-là il y a quand même ma préférée, le roller-coaster d'Aerosmith, dont j'adore l'accélération fulgurante sur une longue ligne droite... et la musique. Dans la foulée, nous faisons aussi Armageddon et la Tour de la Terreur. Pitchoun #2 se défile devant l'ascenseur, il a un mauvais souvenir de cette attraction déjà faite en Floride...

Nous déjeunons à 13h30 dans l'un des fast-food... pas d'attente -ou presque- en caisse, par contre, nous déambulons 10 à 15 minutes avant de trouver une table. Les gens sont râleurs et désespérés au point de s'asseoir dans les escaliers pour déjeuner. Sachant qu'à 4 on en a eu pour 45€ de hamburgers/nuggets, être obligés de s'installer par terre, c'est quand même très limite.

Disneyland Paris

Contrairement au grand soleil de la veille, la pluie s'est mise à tomber... les petiots enchainent les tours de tapis d'Aladdin, sous la pluie, avant que nous reprenions la direction de l'hôtel en milieu d'après-midi pour une sieste réparatrice. Nous ressortons vers 17h30, et bonne surprise, non seulement il ne pleut plus, mais la foule est nettement moins compacte! Retour aux Studios, où nous attaquons les attractions de la zone Toy Story avec entrain... On enchaine le RC Racer, l'attraction Cars, le chien Zig Zag... et même Crush's Coaster que nous faisons avec seulement 20 minutes d'attente (contre 110 minutes affichées en début d'après-midi!).

A la fermeture des Studios, nous filons à Disneyland qui ferme seulement une heure plus tard... Le Train de la Mine tombera en panne alors que nous sommes dans la file d'attente. Encore raté. Ceci dit, nous avons quand même eu le temps de refaire la Maison Hantée! Au final, nous avons fait plus d'attractions en 2 heures de temps que sur toute la (très longue) journée d'hier.

Disneyland Paris

(Vous reconnaissez Jupiter, j'espère?!)


Disneyland Paris

Disneyland Paris

Nous dînons finalement dans un saloon à Disney Village -devant un joli spectacle de jonglage- avant de retourner à l'hôtel pour une bonne nuit de sommeil!

dimanche 06 novembre 2011

Disneyland Paris, J1: La soirée Pas-Si-Trouille

Pour fêter l'anniversaire de Pitchoun #2 (31 octobre) et le mien (29 octobre), nous sommes allés passer 3 jours à Disneyland Paris, du 31 octobre au 2 novembre. Période d'occupation maximale du parc et des hôtels, même en cette fin de vacances scolaires, mais nous espérions y trouver un petit goût d'États-Unis et avions envie de marquer le coup, 7 ans, ce n'est pas rien.

Nous sommes partis tranquillement de la maison lundi, nous avions réservé des billets pour la soirée Pas-si-trouille qui donne accès au parc jusqu'à 2 heures du mat', pas de pression donc pour y arriver à l'aube!

Bonne surprise à l'hôtel, l'on nous confie les clefs de notre chambre à notre arrivée, dés midi, ce qui nous permet de nous installer avant de filer en direction du parc. Nous sommes à l'hôtel New York, à 200 mètres à peine de Disney Village, et un gros cinq minutes de marche de l'entrée des parcs. Bien situé, donc, les lits sont un peu petits par rapport à la norme américaine (!), mais j'adore trouver les lits ouverts en rentrant le soir - surtout quand le service de chambre y a déposé des pièces en chocolat. Sur le lit des Pitchouns, des ballons siglés Disneyland et une carte d'anniversaire... le lendemain, ils auront chacun une peluche Donald. Les réceptionnistes font des pieds et des mains pour nous trouver une table pour dîner le soir... tout est déjà complet.

Nous déjeunons au Disney Village, dans un restaurant Rainforest Café, celui-là même où nous fêtions l'année dernière l'anniversaire de Pitchoun #2... à Orlando. Ironiquement, nous avions regardé quelques semaines plus tôt où trouver ce restaurant en Europe, mais le site du groupe n'indiquait pas celui de Marne la Vallée! Je regrette de ne pas avoir pris de photo de mon dessert, servi avec un énorme bonbon araignée :)

Direction Disneyland, où nous sommes surpris par la foule... Aux attractions, tous les Fastpass sont déjà distribués (les tickets qui permettent de faire une attraction de manière prioritaire dans un créneau horaire défini), et les attractions affichent toutes plus d'une heure d'attente, voire deux. Pffff.

Disneyland Paris

Du coup, nous déambulons dans le parc, histoire de visiter ce qui se fait sans file d'attente en attendant que le gros de la foule quitte le parc à sa fermeture. Au rang des mauvaises surprises, les toilettes d'une propreté (et odeur) douteuse, les fontaines d'eau potable toutes hors service (en 3 jours, jamais une seule n'a fonctionné), l'attente interminable pour acheter du pop corn, les attractions fermées (le bateau pirate, la cabane des Robinsons, la tanière du dragon...)... et toujours, toujours, la foule.

Disneyland Paris

Retour à la chambre pour enfiler les capes Harry Potter par dessus les manteaux (Gryffindor pour Pitchoun #2, Slytherin pour Pitchoun #1) et en route pour la soirée! Au lieu de diminuer avec les heures qui passent, on a presque l'impression que la foule s'intensifie. Il faut dire que le parc ferme à 20 heures pour les billets "journée" mais que l'accès est permis à partir de 17 heures pour les billets "soirée".

Disneyland Paris

Bref, quand on se retrouve à 20 heures et des brouettes devant le Train de la Mine, c'est pour apprendre que la file d'attente est fermée histoire d'écouler tous ceux qui se trouvent encore à l'intérieur, pour nous permettre un accès plus fluide ensuite... On se demande bien à quoi servent les bracelets que l'on nous fait porter si ce n'est pour nous différencier de ceux qui devraient être dehors!

On se rabat sur la Maison Hantée (45 minutes d'attente). Devant et derrière nous, dans la file, les gens sont mécontents... Aux US, le principe de la soirée Halloween c'est de vendre un nombre de billets limité, pour permettre un accès sans attente aux attractions, qu'effectivement on avait pu refaire plusieurs fois chacune! Là, le temps d'attente est partout le même qu'en journée! (Je n'ai pas fait de photo de la poubelle qui déborde jusque par terre dans la file d'attente, mais on se croirait à Marseille un jour de grève des éboueurs!)

Disneyland Paris

Il nous reste le temps d'attendre au Train de la Mine avant de foncer au restaurant situé dans l'attraction des Pirates des Caraïbes, le Blue Lagoon. L'une des réceptionnistes de l'hôtel y connait celle qui prenait les réservations ce matin, et elle a eu la gentillesse de nous y surbooker... Nous attendrons donc (oui, encore!) notre table pendant une bonne vingtaine de minutes malgré qu'il soit déjà passé 21 heures. Le dîner est excellent, notre espadon est accompagné d'une poêlée de piments/poivrons, et nous vidons la bouteille de Bordeaux Blanc presque sans nous en rendre compte! Pas moins de six serveurs se déplacent pour venir chanter Joyeux Anniversaire à Pitchoun #2, qui est aux anges.

En sortant du restaurant, toujours autant de monde dans les attractions, direction le spectacle son et lumières au niveau du château... avant de retourner à l'hôtel! Mine de rien, il est déjà presque 1 heure du mat'.

Disneyland Paris

Disneyland Paris

Disneyland Paris

Disneyland Paris

vendredi 05 août 2011

La Floride, épisode III, J4: Mission STS-135

La veille...

La nuit a été courte, je crois que j'ai passé une bonne partie de mon temps à guetter mes emails... En effet, la veille au soir le temps n'était qu'à 30% favorable pour un lancement le lendemain matin, et la NASA étudiait la possibilité de reporter le lancement au 9, ce qui éviterait de stresser/fatiguer toutes les équipes pour un lancement qui avait 70% de chances de ne pas avoir lieu. Bref, reporter purement et simplement plutôt qu'annuler au dernier instant, ce qui permettrait de repousser le lancement de seulement 24 heures au lieu de 48 heures. En annulant le lancement du 8 juillet, Atlantis pouvait espérer décoller le 9 ou le 10. En "scrubbant" au moment du tir, Atlantis ne serait à nouveau prête que le 10. Et si elle ne décollait pas le 10, la prochaine opportunité était seulement le 16.

Deux emails arrivent vers deux heures du matin... L'un pour confirmer que le temps reste un problème (!)



L'autre pour annoncer que le remplissage du réservoir principal a commencé, signe que l'équipe a bien l'intention de tenter le lancement aujourd'hui!

Lorsque j'émerge du camping-car avec mes sacs sur le dos, je manque de m'étaler de tout mon long dans une tente, plantée juste à côté de notre porte d'entrée. En contournant le camping-car, je découvre un couple installé dans des chaises longues... Depuis notre retour hier soir, nous avons quantité de nouveaux voisins! A perte de vue, les voitures sont garées sur deux files le long de la route, avec des gens assoupis à l'intérieur.

STS135 NASA TweetUp - Titusville

STS135 NASA TweetUp - Titusville

Dans une volkswagen décapotable, je regarde une jeune fille se réveiller alors que quelques gouttes de pluie (que je maudis immédiatement!) s'écrasent sur son sac de couchage. Je n'ai aucune idée de sa recette miracle pour dormir en plein air avec des hordes de moustiques, mais je l'envie. Même avec un pantalon, j'ai subi des attaques en règle toute la journée d'hier, et dans quelques heures, un journaliste me proposera son tube de crème anti-moustiques en me disant que je dois être fière de mes piqûres, c'est la marque de ceux qui ont assisté à un lancement :)

Le temps de prendre quelques photos, et Joanne et Karen sont là! Nous montons sur NASA Parkway pour en redescendre aussi vite, c'est complètement embouteillé. Du coup, nous faisons le grand tour par Merritt Island, afin d'échapper au commun des mortels et de ne subir le traffic que des employés de la NASA et autres chanceux! Deux contrôles des badges plus tard, et comme la veille, nous nous garons au pied du VAB...

Il n'est pas encore 6 heures du matin, mais quantité de trépieds sont déjà alignés le long de l'eau, pointés en direction du pas de tir, pour un lancement prévu à 11:25 heure locale. Pour ma part, j'écoute d'une oreille distraite nos premiers intervenants sur le sujet de l'approvisionnement automatisé de l'ISS en carburant. Je ne vous l'ai peut être pas encore dit, mais là, dehors, il y a Atlantis sur son pas de tir!

STS135 NASA TweetUp

Bientôt le journal de midi et demi en France, et je dois être en direct sur France Culture (pour le podcast, c'est ici, clic droit pour télécharger, et merci à cpamoa pour le lien!). L'assistant de Nadine Epstain me passe plusieurs coups de fil pour vérifier la qualité du signal et de la transmission, j'apprends que je vais être en début de journal, après une intervention de Michel Polacco, et puis finalement non, ce sera le dernier scandale politique anglais qui fera la Une, et puis le Liban me passe aussi devant. L'oreille collée à mon téléphone, je fais les cent pas dehors, au milieu de quelques autres personnes elles-aussi au téléphone... ce n'est pas notre seul point commun, nous avons tous le regard tourné vers le pas de tir. Je ne suis que moyennement d'accord avec l'intervention qui précéde mon direct, l'on est loin ici de ressentir que les américains abandonnent la conquête spatiale. Mais bref, je suis quand même contente de moi, je n'ai presque pas bafouillé... pour un premier direct, finalement, ce n'est pas si mal!

STS135 NASA TweetUp

Nous guetterons toute la matinée le moindre coin de ciel bleu, le moindre changement de luminosité, le moindre souffle de vent susceptible de dévier la course des nuages. Bref, s’il est possible d'influer sur la météo, des milliers de personnes le regard tourné vers le ciel l’ont fait ! D'ailleurs, lorsque le lieutenant colonel de l’Air Force Patrick Barrett, officier météo, passe dans la « twent », c'est pour nous dire que nous avons raison d’y croire!

Vers 7h30, nous sommes alignés le long de la route, à faire signe de la main aux astronautes qui passent devant nous dans l’astrovan... sous le ronronnement d'un hélicoptère de la NASA, à bord duquel se trouvent un sniper et un photographe. Pour nous, c'était un nouvel indicateur que tout était mis en oeuvre pour faire décoller Atlantis aujourd'hui...

STS135 NASA TweetUp

STS135 NASA TweetUp

Nouvelle photo de groupe, cette fois-ci juste à côté de la countdown clock!

STS-135 Tweetup (201107080001HQ)

Nous avons également la primeur de l’hymne composé par Bear McCreary (compositeur de musique de films et musicien, et en particulier de la série Battlestar Galactica) en hommage aux navettes… un morceau présenté par Seth Green, qui fut l'un des instigateurs de l'initiative.



Je vous invite à aller lire ici le billet de Bear McCreary, surtout si vous êtes un tant soit peut mélomane, ce morceau sera disponible pour téléchargement à la rentrée, à noter que les bénéfices de la vente iront directement à une association d'entraide pour les familles des employés de la NASA. Pour ma part, je ne connaissais pas Seth Green (mea culpa), la seule "célébrité" (hors NASA, évidemment) que j'avais identifiée étant Abraham Benrubi - à qui je n'ai jamais osé aller dire un petit mot (!)



Il y aura encore en direct sur NASA TV l’hommage façon cinéma muet de la Closeout Crew, l’équipe qui installe les astronautes à bord de la navette et ferme la porte d’accès à bord… un moment particulièrement émouvant pour nous qui regardons, mais certainement encore bien plus pour eux qui accomplissent cette tâche pour la dernière fois.



Plus tard dans la matinée, nous faisons une standing ovation pour Bob Crippen, le pilote de la navette Columbia lors de son premier vol orbital, la mission STS-1, le 12 avril 1981. Bob Crippen qui nous parle de ce qu’il a ressenti ce jour-là et du sang froid de son collègue John Young, vétéran des missions Gemini et Apollo. C’était la première fois dans l’histoire de la NASA que le voyage inaugural d’un vaisseau était réalisé avec des hommes à bord… Bob Crippen nous a expliqué que deux sièges éjectables avaient été installés, conformément aux procédures habituelles pour un vol test, mais que vu la flamme produite par les moteurs, s’ils avaient du les utiliser, ils seraient revenus au sol grillés… Le courage de ces pionniers est tout simplement incroyable. C’est lui également qui nous dira à quel point il est heureux de notre enthousiasme, qui prouve que les jeunes et les moins jeunes peuvent s’enthousiasmer pour d’autres héros qu’une star de cinéma ou même un sportif… et qui nous encouragera à pousser nos enfants vers des études scientifiques… parce qu’elles sont difficiles. Une intervention qui m’a rappelée par certains côtés celle d’un certain John F. Kennedy dans les années 1960 !

STS135 NASA TweetUp

STS135 NASA TweetUp

Pendant une pause, @tjaap me propose de poser pour une photo avec une "Earth Ball" siglée par l'organisation humanitaire UNAWE, cette balle qui représente la Terre comme l'on peut la voir de l'espace... une balle qui est elle-même allée dans l'espace à bord d'Atlantis et de l'ISS!



Et enfin, c’est Tony Antonelli (astronaute, pilote lors des missions STS-119 et STS-132) qui clôture avec beaucoup d'humour les interventions de cette matinée… La mission STS-132 aurait du être la dernière mission d’Atlantis, et il aurait donc du être son dernier pilote, si la mission STS-135 n’avait pas été ajoutée après-coup… C’est lui qui nous racontera avoir un jour voulu jeter juste un coup d’œil avant de s’endormir par un des hublots de la station spatiale internationale (ISS), avoir reconnu Chicago, vérifié sur l’ordinateur de bord la trajectoire de l’ISS, contemplé les lumières des villes qui s’allumaient au fur et à mesure que la nuit s’étendait sous lui, puis avoir guetté un lever de soleil, admiré des orages, regardé un coucher de soleil… avant de se rendre compte que deux heures s’étaient écoulées et qu’il aurait du être en train de dormir depuis longtemps.

STS135 NASA TweetUp

J'ai l'opportunité d'échanger quelques mots avec lui, et puisque je suis française, nous évoquons la base militaire d'Istres, sur laquelle l'un de ses collègues astronautes se trouve en ce moment même... Si la navette ne pouvait atteindre son orbite, elle pourrait en effet avoir à atterrir en Europe, et pour chaque mission un astronaute (ce fut lui une autre fois) est ainsi détaché sur place afin de veiller au calibrage des radars d'approche et au balisage de la piste.

STS135 NASA TweetUp

Je dois avouer qu’à cet instant, je ne tenais déjà plus en place depuis longtemps. Je sautillais régulièrement jusqu’à l’extérieur de la tente, histoire de jeter un coup d’œil au pas de tir, au ciel (hourra, un rayon de soleil !), et à mon trépied installé juste derrière la countdown clock. Sur ce coup là encore, je dois avouer avoir eu la chance en milieu de matinée d'être hélée par un journaliste m'invitant à installer mon trépied à côté du sien... je n'ai donc pas eu à me battre pour trouver une place, ni subir des réflexions désagréables de la part de photographes pro comme d'autres tweeps, au contraire, mes voisins furent charmants avec moi! (L'accent français fait parfois des miracles...)

STS135 NASA TweetUp

STS135 NASA TweetUp

Quelques instants avant la reprise de la chronologie, arrêtée à -9 minutes, nous étions tous dehors. Il y a encore eu cet arrêt à T-31s, pour confirmation visuelle que le capuchon situé au-dessus de la navette s’était bien replié (plus précisément, le Gaseous Oxygen Vent Hood dont la rétraction se produit à T-2:50 min)… un arrêt de 2 minutes et 19 secondes, mais je retenais déjà mon souffle.

A 11h29, ce fut d’abord une immense fumée au sein de laquelle s’élève la navette, suivie par une longue flamme… quelques secondes plus tard, le vrombissement nous enveloppe, semblable au crépitement de milliards d'allumettes, et nous sentons le sol vibrer sous nos pieds. Je filme, je regarde, je rayonne de joie… La navette tourne sur elle-même pour limiter l’effet de la pression de l’air et faciliter les communications, elle s’engouffre dans un premier nuage, réapparaît quelques instants, et disparaît.

La vidéo ci-dessous comprend le lancement en lui-même (que j'ai regardé le plus possible de mes propres yeux, et non via le viseur de mon EOS 60D), mais également quelques minutes avant (y compris l'arrêt de la chronologie à T-31 secondes) et après.

Mon trépied était entre ceux d'une chaîne de télévision mexicaine et de la chaîne de télévision ABC... Vous allez beaucoup entendre le journaliste mexicain, parce qu'il était en direct pendant le lancement. ABC avait une radio portable qui nous permettait d'écouter le canal de la NASA, et si vous prêtez l'oreille, vous l'entendrez aussi. Et vous entendrez tous les gens présents sur le site de presse, à part moi, avant le lancement je retenais mon souffle, et après qu'Atlantis ait décollé, j'étais tellement heureuse que je ne pouvais que regarder les autres et sourire :)

My Atlantis STS-135 launch video (july 2011).

Autour de moi, les applaudissements retentissent, l’on crie, l’on se tape dans le dos, mon journaliste me prend dans ses bras, l’on se prend en photo devant la colonne de fumée qui s’éloigne doucement du pas de tir.

STS135 NASA TweetUp

STS135 NASA TweetUp

Dans les minutes qui suivent, je verrai beaucoup d’hommes et de femmes les yeux rougis par les larmes… c’est la fin d’une époque – pour ma part j’ai toujours connu les navettes – mais c’est aussi le début d’une autre aventure spatiale, à bord de capsules comme Orion (NASA) ou Dragon (SpaceX) équipées de technologies modernes… Je ne pleurerai pas, je suis terriblement heureuse qu’Atlantis soit partie à l’heure, envers et contre toutes les prédictions météo pessimistes des derniers jours, sous les objectifs et les caméras des journalistes venus vivre le dernier décollage d’une extraordinaire aventure. Très fière également de tous ces hommes et ces femmes qui travaillent à la NASA, et ont rendu possible ce dernier décollage… et tous les précédents.

STS135 NASA TweetUp

Je n'ai rien avalé au petit déjeuner, et le contrecoup de l'attente et du stress se font sentir, je me sens épuisée! Le camion-ravitaillement a été dévalisé, mon déjeuner consistera finalement en un immense morceau de gâteau au chocolat, dégusté en bonne compagnie, en face du pas de tir qui semble maintenant bien vide!

STS135 NASA TweetUp

Dernière surprise... Une boite de M&Ms spécialement faite pour cette dernière mission de la navette Atlantis!



Et pour cloturer officiellement le tweetup, Stephanie propose à ceux qui le souhaitent de prendre le micro... je retiendrai surtout une hilarante intervention qui compare un lancement à une première fois... L'interminable attente, le sentiment d'être prêt, l'excitation, les minutes qui précédent, l'instant qui passe bien trop vite, et l'envie de crier au monde entier que ça y est!

Il me reste encore à enregistrer ma participation au documentaire indépendant The Space Crowd... une interview de quelques minutes qui commence sous un soleil brûlant, et se termine sous quelques gouttes de pluie ! Il est également temps de rendre visite à Boeing qui expose un mockup de sa future capsule.

STS135 NASA TweetUp

STS135 NASA TweetUp

De l'autre côté de la twent, c'est Orion, une autre capsule (pardon, Multi Purpose Crew Vehicle - MPCV) désignée comme étant la remplaçante des navettes, mais qui permettra également de s'aventurer, pourquoi pas, plus loin dans l'espace.

STS135 NASA TweetUp

Jaap et Remco me reconduisent au camping car, après une ultime séance photo à la countdown clock... Que c'est difficile de quitter les lieux sachant qu'une telle opportunité ne se représentera sans doute jamais!

STS135 NASA TweetUp

STS135 NASA TweetUp

STS135 NASA TweetUp

En passant devant le VAB, des échos de musique trahissent la fête qui se déroule à l'intérieur pour les équipes de la NASA :) De retour à Titusville, j'invite mes compagnons de route à venir partager un dernier verre dans le camping-car...

Le temps de comparer nos impressions sur le décollage, l'Homme et les enfants l'ont vu depuis le toit du camping-car après une matinée à regarder les préparatifs à la télévision... et c'est déjà la fin de l'après-midi quand nous prenons la direction d'Orlando...

STS135 NASA TweetUp

Nous dînons d'une pizza à emporter, et nous allons ensuite faire un plongeon dans la piscine du camping, alors que la nuit tombe doucement. Quelle belle journée! Le décollage fut évidemment un grand moment, mais je crois que c'est la disponibilité de tous nos intervenants, et en particulier celle des astronautes, qui a rendu ces instants inoubliables. Certes ils sont rompus aux relations publiques, mais ils nous ont réellement donné le sentiment d'avoir plaisir à être parmi nous, et c'est un beau compliment.


jeudi 04 août 2011

La Floride, épisode III, J3: NASA TweetUp

C'est le grand jour... à force de prévoir du temps "au cas où", je me lève à 4:00 du matin. Au cas où Joanne arrive plutôt à 6:30 qu'à 7:00. Au cas où je déciderai de changer 17 fois de vêtements avant d'être satisfaite - même si le dress code de la NASA pour aujourd'hui laisse peu place à la créativité: t-shirt avec manches, chaussures fermées, pantalon. Au cas où Joanne serait vraiment très en avance. Au cas où cela me prendrait plus de temps que prévu d'attacher des étiquettes sur tout mon matériel. Au cas où je doive défaire et refaire mes sacs plusieurs fois pour être sûre de n'avoir rien oublié. Au cas où...

A 5 heures, je suis prête depuis déjà un moment. Lorsqu'il n'est pas branché sur une arrivée d'eau, le camping car vous apprend l'économie. Avec seulement 120 litres d'eau "courante" pour 4 personnes pour au minimum 2 nuits et 2 jours, pas question de prendre une longue douche vivifiante! Allumer l'eau, se mouiller entièrement, arrêter l'eau, se savonner entièrement -shampooing compris, rallumer l'eau, se rincer, arrêter l'eau. L'après-shampoing démêlant-lissant, ce sera pour un autre jour, un coup de pschitt suffira (enfin, ça, c'est ce que je pensais jusqu'à ce que mes cheveux sèchent...). Bref, je suis prête, et j'ai encore deux heures à attendre... alors je tourne un peu en rond entre le lit des enfants, la table et le poste de pilotage... avant de me résoudre à aller faire les cent pas dehors.

STS-135 Titusville

STS-135 Titusville

Je suis chaleureusement accueillie par les moustiques, ravis de me voir de retour parmi eux... et découvre qu'une équipe de télévision s'est installée pendant la nuit à deux pas de notre camping car!

STS-135 Titusville

Les minutes passent, et le soleil se lève...

STS-135 Titusville

Bientôt, Joanne et Karen sont là, et nous prenons la direction du Kennedy Space Center...

STS-135 Nasa TweetUp

Premières photos devant la countdown clock, avant même de rejoindre le chapiteau dressé à notre intention par la NASA, affectueusement surnommé la "twent", raccourci de "TweetUp Tent". Air conditionné, écrans retransmettant en direct NASA TV, pupitre, prises électriques sur toutes les tables, Wi-Fi… l’ambiance est festive, studieuse, fiévreuse.

STS-135 Nasa TweetUp

Plus de 150 personnes sont réunies là par une passion commune, l’espace… et une féroce envie de voir décoller Atlantis le lendemain ! Chaque "tweep" (participant au TweetUp) prend ainsi quelques secondes la parole pour se présenter… Docteur, professeur, chercheur, militaire, pilote, acteur, chanteur, humanitaire, étudiant… les profils sont incroyablement variés, et parmi les européens, je reconnais @tjaap, le créateur de @twisst (un compte Twitter qui vous prévient lorsque l’ISS effectue une passe visible au-dessus de votre location), et @timmermansr qui organise un séjour à Baïkonour pour assister au décollage d’un Soyouz. Notre agence spatiale française, le CNES, m’a confié des goodies à distribuer sur place, et je profite du micro pour inviter ceux qui le souhaitent à venir évoquer avec moi Ariane, notre lanceur européen.

Toute la matinée, des personnalités plus passionnantes les unes que les autres défilent au pupitre… à commencer par Lori Garver, NASA deputy administrator, qui nous souhaite la bienvenue.

STS-135 Nasa TweetUp

Je garderai longtemps en mémoire la session Questions/Réponses pleine d’humour d’Elmo de Sesame Street, accompagné de Douglas H. Wheelock (Astronaute, mission STS-120, commandant de l’expédition 25 de l’ISS) et de Mike J. Massimino (Astronaute, missions STS-109 et STS-125).


Video streaming by Ustream
(Ah ben tiens, on me voit, donc... cherchez un t-shirt blanc avec le logo du CNES, un pantalon noir, et des cheveux longs qui frisottent avec l'humidité...)

Mike Massimino (Astro_Mike), Elmo & Douglas Wheelock (@Astro_Wheels)

Le Colonel Douglas H. Wheelock nous accompagnera le reste de la journée et se prêtera avec un humour certain et une gentillesse déconcertante au jeu des photos et des autographes… Nous avons appris depuis qu’il vient d’être déployé en Afghanistan.

Me and Douglas Wheelock (@Astro_Wheels)

Je n’oublierai pas ces instants passés avec lui en fin de matinée alors qu’une pluie torrentielle s’abat sur le chapiteau. Alors que je le regarde offrir sa main à la pluie et sourire lorsqu’une rafale trempe sa combinaison bleue d’astronaute, Douglas Wheelock m’explique que c’est ce qui lui a le plus manqué dans l’espace. Sentir la pluie. C’est également lui qui nous avouera que revenir sur Terre dans un Soyouz est comparable à être jeté dans les chutes du Niagara dans un tonneau en feu !

Douglas Wheelock (@Astro_Wheels)

Douglas Wheelock (@Astro_Wheels)

Bill Gerstenmeier (Associate Administrator for Space Operations) lui succède au micro... c'est un personnage que vous avez forcément déjà vu lors des conférences de presse retransmises sur NASA TV! Il nous dira à quel point le soutien de la communauté est important pour la NASA, et combien notre enthousiasme le touche...

Bill Gerstenmeier

L’orage est tel que nous resterons bloqués longuement sous la «twent»; notre dernière intervenante de la matinée aussi, Angie Brewer (Atlantis Flow Director), qu’à cela ne tienne, elle prolonge avec bonne humeur la séance de questions… même si NASA TV est obligée de couper la retransmission!

Angie Brewer

STS-135 Nasa TweetUp

Rain at the VAB

Tant que dure l'orage, l'on nous a demandé de ne pas quitter l'abri de la twent... mais dés le retour du soleil, nous prenons la direction de la cantine la plus proche! A notre retour, un arc-en-ciel nous surprend au-dessus des camions des chaînes de télévision...

Arc en ciel au dessus du site de presse STS-135

Arc en ciel au dessus du site de presse STS-135

L'après-midi s'annonce plus clémente, mais il semblerait qu'un éclair soit tombé près du pas de tir (à voir ), et les équipes de la NASA sont en train dévaluer les éventuels dégâts... Après un petit temps de flottement, le bruit court qu'Atlantis n'a rien, et nous montons dans les bus en direction du pas de tir pour assister au retrait de la RSS, la structure qui permet d’intervenir sur la navette – et qui la protège.

Atlantis STS-135 NASA TweetUp

Quelques minutes après notre arrivée, la RSS pivote sur elle-même et révèle Atlantis sur son réservoir principal, flanquée de ses deux boosters. Je suis tellement émue d’être si près de ce vaisseau spatial, à l’aube de son dernier voyage… que les larmes me viennent aux yeux.

Atlantis STS-135 NASA TweetUp

Atlantis STS-135 NASA TweetUp

Atlantis STS-135 NASA TweetUp

STS-135 Nasa TweetUp

Il est temps de faire une photo de groupe avant de quitter -pour le moment- Atlantis et de continuer notre visite...

STS-135 Tweetup (201107070032HQ)

Nous ré-embarquons dans les bus, direction l'un des hauts-lieux de la visite grand-public, le hall consacré aux missions Apollo... (Pour plus de photos, je vous invite à relire mes impressions , ou encore .)

Atlantis STS-135 NASA TweetUp

Atlantis STS-135 NASA TweetUp

Atlantis STS-135 NASA TweetUp

Nous terminerons la journée par une visite du VAB, véritable cathédrale de l’espace. Imaginez pénétrer dans un bâtiment plus haut, plus vaste, plus profond, plus large… que tout ce que vous avez pu voir.

Atlantis STS-135 NASA TweetUp - Vehicle Assembly Building

Atlantis STS-135 NASA TweetUp - Vehicle Assembly Building

Atlantis STS-135 NASA TweetUp - Vehicle Assembly Building

Caressez du regard la grue qui permet de transporter la navette, avec une précision de l’ordre du millimètre à la seconde.

Atlantis STS-135 NASA TweetUp - Vehicle Assembly Building

Lisez avec émotion les affiches qui rendent hommage à chacun des orbiteurs, chacune des missions. Déchiffrez les noms des centaines d’employés qui ont travaillé ici même pour rendre possible la fabuleuse aventure des navettes spatiales américaines.

Atlantis STS-135 NASA TweetUp - Vehicle Assembly Building

Nous sommes pilotés à l’intérieur du VAB par Billy Stover, qui répondra avec bonne humeur à toutes nos questions, des plus sérieuses aux plus farfelues. Non, même si un astéroïde menaçait la Terre, il serait impossible de sortir une navette d’un musée et de la lancer dans l’espace avec à bord une équipe de forage !

Notre première journée se termine et nous reprenons la voiture direction le RV... Joanne me dépose devant mon "château", demain, nous avons une grande journée devant nous... De leur côté, l'Homme et les petiots étaient également au KSC aujourd'hui, ceci dit, j'ai vraiment eu une chance extraordinaire...

STS-135 Nasa TweetUp

Dernière surprise avant une nouvelle (très) courte nuit, ces tweets d'un compositeur dont j'aime beaucoup les oeuvres...

STS-135 Nasa TweetUp

Le lendemain...

-------------------

Certaines de ces photos sur disponibles en haute def' sur Flickr!

mercredi 03 août 2011

La Floride, épisode III, J2: Space Coast

Dans la salle du petit-déjeuner, à l'hôtel, nous attirons l'attention d'un couple de retraités dont la femme - anglaise - a vécu trois ans en France dans sa jeunesse... Nous ne sommes là que depuis quelques heures, mais la chaleur du peuple américain est déjà au rendez-vous! Notre chauffeur est à l'heure, et nous dépose à notre agence de location de camping-car. Les contrats lus et signés, notre hôte nous emmène faire le tour du propriétaire!

Nous avons loué un E23, un camping-car plus petit de deux pieds, donc, que le E25 de notre premier séjour... L'intérieur est à première vue plus luxueux, avec télévision, penderie, porte de douche (au lieu d'un rideau), un grand coffre dans lequel nous pouvons fourrer nos 4 valises, et même le réglage électrique de la fermeté pour le matelas du lit des enfants. Comme la dernière fois, il héritent en effet du lit "parental", étant donné que le lit au-dessus du poste de pilotage ne dispose lui d'aucune sécurité empêchant la chute. Ceci dit, je ne tomberai pas de tout le séjour :)

Une fois les bagages défaits, nous prenons la route de la Space Coast... Premier arrêt, le KSC Badging Office!

NASA Parkway, VAB in the background

Comme dans toute administration, je prends un ticket à l'entrée, et j'attends sagement mon tour, en vérifiant et re-vérifiant que j'ai bien sous la main les deux pièces d'identité que je vais devoir fournir. Autour de moi, les hommes arborent tous des polos ou des chemises les identifiant comme des militaires ou des partenaires de la NASA.



Pour ma part, j'essaie de ne pas (trop) me faire remarquer avec mon short en jean et mes sandalettes. Je ressortirai quelques minutes plus tard après avoir laissé l'empreinte de mes mains et de chacun de mes dix doigts, et je vous mentirai si je disais ne pas avoir effectué un petit pas de danse sur le parking en ressortant :)

STS-134 NASA Tweetup: Registration

Deuxième arrêt, le Press Accreditation Building, où je rencontre Stéphanie Schierholz, qui a organisé le #NASATweetUp... Nous échangeons quelques mots tandis qu'elle me remet un second badge, ainsi que quelques goodies - qui feront de bien jolis souvenirs.



Retour au camping-car, je soupire de soulagement... les badges me permettront de circuler librement à l'intérieur de la NASA pendant les deux prochains jours - sans badges, pas de tweetup!



Avant d'aller déjeuner, nous nous arrêtons au Astronaut Hall of Fame, pour un coup d'oeil à la boutique. Même si l'Homme et les enfants seront demain au KSC - qui ne manque pas non plus de boutiques - nous craignons qu'il y ait foule, voire rupture de stock et nous tenons absolument à ramener quelques souvenirs précis!

Astronaut Hall of Fame

Direction Cracker Barrel ensuite, pour un déjeuner tardif et bien mérité. J'engloutis 3 Raspberry lemonades pendant le temps du repas, il fait chaud certes, mais autant l'avouer, il y a peut être là également un soupçon de gourmandise ;)



Nous nous arrêtons ensuite dans un drugstore, à la fois pour faire le plein d'anti-histaminiques et de crèmes post-moustiques (terriblement vifs et féroces), et quelques courses. Nous avons l'intention de garer le camping-car dés aujourd'hui sur la côte, et de n'en plus bouger jusqu'au lancement... Le générateur nous fournira de l'électricité pour l'air conditionné, notre réservoir d'eau propre est plein, ceux des eaux usées sont vides, un grand sac de glaçons, sodas, biscuits, tout ce qu'il faut pour les p'tits dej'... nous sommes parés! Nous trouvons rapidement un bon emplacement, et après quelques négociations avec l'un des propriétaires du bout de terrain, nous obtenons de rester garés là alors qu'idéalement, il ne voulait y garer que des voitures... $40 la nuit (autant qu'un camping tout confort), mais une vue imprenable sur le VAB et le pas de tir!



Ceci dit, l'emplacement n'est aucunement garanti, et vu que nous sommes bientôt rejoints par d'autres campeurs, nous ne prenons pas le risque de rouler jusqu'à Merritt Island où la société SpaceX invitait les participants au #NASATweetup à une rencontre avec son président, ainsi qu'à voir la première capsule Dragon ayant voyagé jusqu'à l'espace... Quelques regrets, mais cette invitation a été lancée très tardivement, et je manque de précisions - impossible par exemple de savoir si je peux emmener l'Homme et les enfants avec moi ou s'ils devront m'attendre, et le GPS prétend ne pas connaître l'adresse... Le tout mis aussi dans la balance avec le risque de ne pas retrouver dans quelques heures un si bel emplacement duquel l'Homme et les enfants pourront regarder en tout confort le décollage le surlendemain...

A la place, nous marchons donc héroïquement jusqu'au McDonalds situé à quelques centaines de mètres de là, en repoussant bravement des hordes de moustiques assoiffés! Les petits se défoulent dans la structure de jeu, les grands profitent du WiFi pour récupérer mails, numéros de téléphone de compagnies de taxi, horaires d'ouverture etc. Après quelques messages, je réussis à convenir avec Joanne, une autre participante, de l'heure à laquelle elle viendra me chercher à la porte du camping-car le lendemain matin...

Retour au "Château" pour une courte nuit de sommeil... endormie tard, réveillée tôt - mais il faut bien dire qu'à quelques kilomètres de là, Atlantis m'attend sagement sur son pas de tir :)

< 1 2 3 4 5 6 7 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .