Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 07 septembre 2009

Le Musée du Quai Branly (Paris)

Le plus simple, c'est peut être que je vous avoue dés le début de ce billet que franchement, il faudrait me payer cher pour trainer dans ce musée en dehors des heures d'ouverture. Bien avant d'arriver à la section consacrée au Vaudou, mes cheveux s'étaient déjà dressés sur ma tête plusieurs fois, et ce malgré la présence rassurante du soleil derrière les claustras qui filtrent la lumière. Sérieusement, dans ces arts premiers, ou primitifs, il y a quand même énormément de choses consacrées à la mort, et l'ambiance rouge sang deviendrait presque parfois oppressante!

Musée du Quai Branly Paris

Tenez, ceux là, par exemple, que l'on a découvert dans un passage presque entièrement obscur, j'étais ravie qu'ils soient derrière une vitre. Le pire, finalement, c'est de regarder la photo, et de se demander ce que sont ces deux grands yeux de chat juste au dessus du personnage à droite. C'est que je ne les avais pas vu, en vrai, moi...

Musée du Quai Branly Paris
(1600 ISO, 1/8ème de seconde)

Culte des morts très présent donc quelque soit le continent et la culture... il y a un certain nombre de fiches descriptives que je regretterai presque avoir lu, j'aurais bien voulu garder quelques illusions sur la nature de certains objets! Ceci dit, on y a découvert également beaucoup d'instruments de musique, de vêtements festifs, d'armes d'apparat, de bijoux, de poteries et autres céramiques... et même des jouets!

Musée du Quai Branly Paris

Mais le vrai intérêt du Musée, pour moi, c'est de donner corps au concept de civilisation et de culture qui n'est pas forcément facile à saisir pour les enfants. Bien aidés par les dessins animés (Mulan, Pocahontas, Kirikou, El Dorado...), ils ont compris que tout le monde ne vit pas comme nous occidentaux et que tout évolue avec le temps... Visiter le Musée du Quai Branly, c'est leur permettre de voir de leurs propres yeux des traces tangibles de cette différence entre les peuples.

Musée du Quai Branly Paris

Musée du Quai Branly Paris

Les collections sont très bien mises en valeur, même si parfois ce n'est pas facile de trouver la légende qui correspond à un objet... Évidemment il y a également des salles dans lesquelles on peut se poser pour regarder une fête ou écouter de la musique, et surtout quantité d'écrans tactiles avec des contenus multimédias à disposition. En bref, de quoi apprendre énormément sur toutes ces cultures!

Tout cela a bien sûr donné des tas d'idées aux petiots qui ramassaient déjà en sortant du Musée quantité de morceaux d'écorce de platanes en vue de réaliser des sculptures/dessins/vêtements. S'il y a bien un truc dont ils ne manquent pas, tous les deux, c'est l'imagination (malheureusement, parfois?).

Musée du Quai Branly Paris

Site internet du Musée du Quai Branly: http://www.quaibranly.fr/
Le Musée du Quai Branly sur le Blog Mille Choses à Paris

lundi 31 août 2009

Les Machines de L'île (Nantes)

Escapade au bord de l'eau, à Nantes... sur l'île, au sein de ce qui fut, j'imagine, une friche industrielle, et où nous avons fait de surprenantes rencontres.

île aux machines nantes

Comme ce manège hors du commun, sur lequel les enfants ont pris beaucoup de plaisir à manipuler les machines en tirant, poussant, pédalant, soulevant... ou à dompter des animaux insolites, comme ce cerf-volant que Pitchoun #2 a chevauché avec une immense fierté. Pas de photos de celui-là, il y avait toujours des enfants dessus :)

île aux machines nantes

île aux machines nantes

Ou encore ce mastodonte qui déambule doucement, et dont les passagers ne boudent pas leur plaisir à regarder les badauds, hypnotisés par l'animal, se faire asperger par la trompe facétieuse. De l'intérieur, vue imprenable sur les immenses pieds qui se lèvent et se posent au rythme du pas de l'animal... et sur le préposé aux barrissements, celui qui donne sa voix à l'éléphant en manipulant de manière experte des chambres à air.

île aux machines nantes

île aux machines nantes

Il faudra bien que l'on y retourne, nous n'avons pas eu le temps d'aller explorer la galerie aux machines dont les noms nous laissent d'avance rêveurs... Tout cela m'a laissé une impression d'exposition universelle dans les années 1900. Une réminiscence d'une vie antérieure, peut-être?

Site internet: Les Machines de L'île

dimanche 02 août 2009

Le Port de Brest

J’adore ces promenades qui ouvrent des horizons aux enfants… j’adore qu’ils posent un millier de questions et finissent par changer d’avis sur le métier qu’ils veulent faire plus tard, ça me donne le sentiment d’avoir accompli mon travail de mère ;) Nous avons donc déambulé le long du port de Brest, à pied et en bateau (l’une des vedettes Azenor), histoire d’imaginer l’histoire des bateaux à quai (qui sont leurs marins ? que transportent-ils ? où vont-ils ?) et de rêver un peu.

Premier coup de cœur pour l’Atalante de l’Ifremer, qui détonne par le blanc quasi immaculé de sa coque et sa modernité. On examine soigneusement tout ce qui est visible, des antennes variées aux deux moteurs du zodiac. Le concept de « chercheur » est compliqué à appréhender, mais je vois bien que l’idée de voyager sur l’Atalante pour compter les poissons est en soi intéressante! Tant que le navire ne coule pas, bien sûr...

Atalante ifremer Brest
Atalante ifremer Brest

En parlant de naufrage, nous arrivons justement à l’Abeille Bourbon, et là, d’un coup, même si je ne suis pas sûre qu’ils soient partants pour ce métier, leurs regards se font admiratifs. Partir par tous les temps pour aller aider les autres bateaux, clairement, c’est super courageux ! Les 21.000 chevaux des moteurs les laissent encore plus rêveurs, surtout après que je leur confie que celui de notre voiture n’en a que 130 :)

Abeille Bourbon Brest
Abeille Bourbon Brest
Abeille Bourbon Brest

Tiens, d’ailleurs, le Captain Tsarev, là, il a justement été remorqué par l’Abeille Bourbon suite à un problème mécanique. Abandonné par son armateur, ses marins n'ont été rapatriés que récemment suite à une décision de justice française… (voir la dépêche).

Captain Tsarev Brest

Quant au pollueur, le cargo réfrigéré Matterhorn… c’est l’occasion de discuter de la pollution en mer déjà abordée à Océanopolis. La caution de 300.000 euros (voir la dépêche) leur semble énorme… Je vois bien qu’ils aimeraient donner une deuxième chance à l’équipage et les laisser repartir, au cas où ils n’aient pas fait exprès de polluer la première fois (charité bien ordonnée commence par soi-même !).

Matterhorn Brest

En parcourant le port de plaisance, le voilier qui va le plus retenir leur attention, ce n’est pas l’immense Visione aux deux postes de pilotage (l’un à droite, l’autre à gauche du voilier), ni même le monocoque conçu pour la course et reconnaissable à la publicité qu’il arbore… (plus d'infos sur le "Cheminées Poujoulat" ici)

visione Brest
voilier cheminées poujolat Brest

Non, celui qui va le plus retenir leur attention, c'est un pimpant voilier de taille plus que modeste, sur les cordages duquel une lessive a été mise à sécher. Mes deux lascars sont incrédules à l’idée qu’il est possible de voyager… de vivre… sur un bateau, et il faudra qu’un homme en sorte et débute sa vaisselle sur le quai, sous leurs yeux écarquillés, pour qu’ils commencent à me croire ;)

Je regrette quand même que l'on ait pas eu le temps de visiter la base navale, que nous n'avons vu que de loin... au milieu de l'ensemble des bâtiments de surface (attention au vocabulaire!) gris, dont la Jeanne d'Arc, nous avons surtout remarqué le Monge, bâtiment d'essais et de mesures (BEM), qui recueille et analyse des données, notamment lors des lancements d'Ariane 5...

BEM Monge A601 Brest

mercredi 29 juillet 2009

Les Pirates du Chien Jaune (troupe Ar Vro Bagan)

La veille de notre départ du Finistère, les petiots et moi sommes allés assister au spectacle Les Pirates du Chien Jaune (Bag An Ankou), donné au fort de Berthaume, à Plougonvelin. D'autres dates sont prévues cet été, renseignements sur ce site.

Les Pirates du Chien Jaune Ar Vro Bagan

C'est plutôt bien joué et bien mis en scène... et l'histoire qui se déroule précisément en Mer d'Iroise éveille bon nombre de souvenirs connus. Il s'agit de Louis Benig, un jeune orphelin qui se retrouve embarqué presque malgré lui parmi l'équipage du Hollandais Volant, le fameux bateau pirate dont les membres de l'équipage sont surnommés "les morts".

Les Pirates du Chien Jaune Ar Vro Bagan

Même si les petiots ont bien aimé, et moi aussi, je regrette quand même un grand manque de transparence de la part des organisateurs sur les documents distribués aux touristes. Nulle part il n'est écrit que la plupart des dialogues sont en breton, même si la narration est en français. Et nulle part il n'est écrit qu'un groupe (fort sympathique au demeurant) fait la première partie du spectacle pendant une heure.

Les Pirates du Chien Jaune Ar Vro Bagan

L'office de tourisme contactée le matin même m'annonçait 90 minutes de spectacle à partir de 21h30 alors que nous sommes restés assis dans l'amphithéâtre en herbe pendant 3 heures. Certes c'était bien, mais prévenue à l'avance nous serions arrivés plus tard (3 heures assis par terre, c'est long!) et j'aurais pris quelques couvertures pour nous installer plus confortablement ;) Bref, allez-y, mais en connaissance de cause!

samedi 18 juillet 2009

Océarium de Brest

Au programme de la visite, trois immenses pavillons (tempéré, polaire et tropical) qui vous plongent chacun dans une ambiance différente, tant par la mise en scène que par la variété des espèces (évidemment !). C’est un très bel aquarium, le pavillon polaire est certainement moins impressionnant que les autres, mais je ne suis pas persuadée avoir vu ailleurs des phoques (à part Monterey, hors catégorie !) et ceux-ci valent le déplacement. Tout comme leur entrainement vétérinaire –qui n’est donc pas un spectacle !- ce qui explique que lesdits phoques ont un peu tendance à n’en faire qu’à leur tête, au grand dam des soigneurs. J’exagère un peu, mais clairement, z’étaient pas tous disposés à répondre aux ordres, même pour du poisson !

océarium Brest phoques

océarium Brest phoques

Nous avons visité l’aquarium dans de bonnes conditions, en 5 heures, sans nous presser et déjeuner inclus, sans prendre le temps de regarder aucun des films proposés. Nous n’avons attendu nulle part, ce qui ne doit pas arriver souvent, vu les couloirs d’attentes prévus pour acheter les billets et entrer dans chaque pavillon. Et ce sera mon seul vrai reproche, même avec peu de monde, il faut sérieusement écraser les pieds et jouer des coudes pour que les enfants (et même les adultes !) puissent voir quoi que ce soit aux animations, et régulièrement attendre pour une bonne place à un aquarium intéressant. Vous allez me trouver exigeante, mais devant les aquariums stratégiques, il y a quand même très peu d’espace, et tout le monde a tendance à rester collé à la vitre… ce qui gâche le plaisir lorsque vous n’êtes pas au premier rang. J’ai regretté en cela l’immense amphi de l’aquarium de Pornic, situé devant le bassin aux requins, qui permet de profiter de l’animation dans des conditions d’écoute, de vision et de confort fort appréciables.

océarium Brest requin scie

océarium Brest requin scie

océarium Brest requin

océarium Brest requin à pointes noires

océarium Brest plongeur avec roussette

Le bassin tactile, juste avant la sortie, est particulièrement intéressant. Outre les traditionnelles étoiles de mer, nous avons manipulé toutes sortes de coquillages, un gros bernard-l’hermite, des oursins, des concombres de mer, des éponges… plongeant les mains au milieu des roussettes et d’autres poissons que nous n’avions malheureusement pas le droit de toucher. Vu que nous étions des visiteurs enthousiastes, l’animatrice a même été jusqu’à terroriser une coquille St Jacques en la mettant en contact avec une étoile de mer, histoire de nous montrer à quel point la coquille est vivace. Elle s’est enfuie tellement vite que j’ai cru un instant qu’il avait du lui pousser des pattes ;) La démonstration a scotché les enfants, peu habitués à ce qu’un mollusque soit aussi rapide. Et moi non plus je dois dire ! Tout près du bassin, des œufs de roussette à divers stades de développement, et des bébés homards d’à peine un centimètre de long… pas prêts du tout d’être bons à déguster, donc :)

océarium Brest oeufs de roussette

Si je devais juste vous donner un conseil, ce serait que s’il y a une file d’attente pour l’ascenseur panoramique de l’aquarium des requins… ne vous embêtez pas à la faire. L’ascenseur est situé derrière une paroi rocheuse… zéro visibilité sur l’ensemble du bac, et rien à voir en particulier dans cette zone sombre qui ne semble pas attirer les poissons. D’autant plus qu’encore une fois, si vous n’êtes pas juste devant la vitre, vous ne verrez définitivement rien.

océarium Brest poulpe

Pause déjeuner sous l'œil attentif et intéressé des goélands, prêts à atterrir dans l'assiette de frites ;)

océarium Brest goëland

lundi 04 mai 2009

Le Musée du Phare des Baleines (Ile de Ré)

Si vous choisissez de monter en haut du Phare des Baleines (57 mètres, 257 marches), je ne peux que vous conseiller de visiter le petit musée attenant (site officiel) qui explique l'histoire et le fonctionnement des phares. Le guide pour la visite, c'est Jamy, de l'émission de vulgarisation scientifique C'est pas Sorcier, par l'intermédiaire de courtes vidéos que l'on déclenche en appuyant sur un bouton dans chacune des salles, 5 ou 6 au total si ma mémoire est bonne.

Les vidéos sont très intéressantes, Jamy s'aidant comme à son habitude de maquettes pour illustrer son propos, maquettes que l'on peut ensuite regarder à sa guise puisqu'elles se trouvent sur place. Pour les enfants, il y a donc moyen de reformuler ou de résumer l'essentiel de ce qu'il a expliqué. C'est vrai que le principe de la triangulation pour le GPS, les panneaux photo-voltaïques, ou les propriétés des lentilles concernant la réfraction de la lumière... c'est encore un cran au-dessus de ce que nos petiots (4 ans et demi et 6 ans) peuvent comprendre.

musée du phare, phare des baleine, île de Ré

La visite leur a néanmoins bien plu, ne serait-ce que par tout ce qui est exposé: les optiques, les balises, les maquettes, les photos... c'est toujours super intéressant de voir tout cela de près, grandeur réelle pour la plupart. Les salles sont très modernes, bien décorées, dans l'ancien Phare des Baleines qui a été très joliment rénové. Pour les grands, il y a plein de choses à lire et à découvrir, que ce soit via des objets témoins de chacune des époques, des cartes postales anciennes, des biographies... le tout sur un mode mi-scientifique, mi-historique.

musée du phare, phare des baleine, île de Ré

musée du phare, phare des baleine, île de Ré

dimanche 22 février 2009

Aquarium de Touraine (dept 37)

Direction l'Aquarium de Touraine pour notre sortie de fin de vacances... les petiots nous demandent régulièrement si on trouve des requins dans la Loire et dans la Maine, il est temps de faire leur éducation :) Cet aquarium a en effet la particularité d'être consacrés aux poissons des fleuves et des rivières, et fait la part belle aux eaux froides, qu'elles soient d'ici ou d'ailleurs.

aquarium de touraine

truites aquarium de touraine

Nous sommes hors saison, et si cela a ses avantages (il devait y avoir au maximum une dizaine de familles en même temps que nous), ce n'est pas sans inconvénients. Nous comptions manger au restaurant de l'aquarium, qui s'est avéré fermé à notre arrivée. Je dois avouer que j'aurais bien aimé que l'information figure sur leur site internet (que je n'ai pas fouillé plus que cela, les dates d'ouverture étant données pour 2007) ou soit donnée sur leur serveur vocal. Nous avons du nous rabattre sur le petit restaurant du village voisin, que je ne vous recommande pas particulièrement... le faux-filet tenait à la fois du calamar et du boeuf, et c'est une expérience que je ne referai pas de sitôt, heureusement que le Gamay, lui, était de bonne facture ! Dans l'aquarium en lui-même, aucune animation, et à part la dame qui tenait la boutique et gérait les entrées, nous n'avons vu personne.

écrevisse aquarium de touraine

Ceci dit, c'est un très bel aquarium, dont les poissons sont de fait moins spectaculaires que ceux des récifs coralliens, même si en terme de taille les esturgeons sont bien impressionnants, et même si dans d'autres bacs, la quantité pallie largement aux écailles ternes. Les ambiances sont bien rendues, et les décors tant dans les bacs qu'en dehors sont fort réussis.

zone tropicale aquarium de touraine

Mais, et c'est un peu la déception de la journée, lors de nos visites précédentes en 2004 et 1996, le silurium était peuplé de magnifiques silures, de ceux qui font la légende de la Loire, de plusieurs mètres de long, dont on dit qu'ils mangent les canards et les chiens qui s'aventurent dans l'eau... Cette année, seulement 4 ou 5 silures qui ne devaient pas faire plus de 80 centimètres. Je ne sais pas ce qu'ils ont fait des adultes, mais c'est très dommage, on venait quand même surtout pour eux.

silure aquarium de touraine

Du coup, le clou de la visite, pour les enfants, ce fut le bassin d'eau de mer, qui abrite quelques requins à pointes noires, deux pensionnaires qui ne se sont pas laissés admirer, et un autre qui venait visiblement de s'enfiler le pilote de l'avion, vu son ventre bien rempli.

requin aquarium de touraine

Ils ont également bien aimé le bassin tactile à l'eau glaciale, et dont les carpes se laissent assez volontiers caresser, même si elles commencent par goûter les doigts qui s'aventurent dans l'eau ;)

carpes koi bassin tactile aquarium de touraine



lundi 10 novembre 2008

Musée d'Histoire Naturelle et de Géologie de Lille

Nos visites de la Grande Galerie de l'Evolution et de la Galerie de Paléontologie (Paris) étaient encore suffisamment fraîches dans nos esprits pour que les petiots identifient avec succès animaux et fossiles, la palme revenant à Pitchoun #1 qui a reconnu une dent de mammouth ;) Mais bon, Pitchoun #2 qui s'exclame "Iguanodon" en se retrouvant dans les pattes dudit animal en entrant, c'était pas mal non plus ! Ceci dit, c'était un temps à "faire" un musée, et je ne me sentais pas d'attaque pour les autres Musées Lillois, même si je regrette de ne pas avoir mis les pieds au Musée des Beaux Arts depuis sa réouverture. J'suis pas persuadée que les petiots soient mûrs pour des salles entières de sculptures et autres peintures.

Musée d'Histoire Naturelle de Lille

Pour être honnête, le Musée a deux points forts: les fossiles, en particulier houillers (donc végétaux) et les oiseaux naturalisés (lire empaillés, ils ne sont pas tout jeunes !). Les points faibles en découlent tout naturellement... gros manque de variété, et rien de trop spectaculaire: quelques squelettes de mammifères marins, celui d'un éléphant, la reconstitution de l'iguanodon, et c'est à peu près tout. Très peu d'interactivité, il y a bien une vitrine qui met en parallèle des outils et des becs, mais je n'ai pas compris comment elle fonctionnait, et une autre vitrine dédiée à la chaîne alimentaire, mais à part cela, tout le reste est statique, sauf peut être le vivarium, plutôt bien achalandé en phasmes et mantes religieuses en tous genres. Je n'ai rien compris au trucs pseudo-art-modernistes, genre la vidéo dans une mine avec un accordéon qui danse suspendu à un fil, le tunnel dans lequel se faufiler, ou encore le grand rouleau qui fait défiler des marques. Ca manque peut être un chouia d'explications...

Iguanodon Musée d'Histoire Naturelle de Lille

Ammonites fossiles Musée d'Histoire Naturelle de Lille

Musée d'Histoire Naturelle de Lille

J'ai quand même eu quelques grands moments de solitude face aux questions des petiots... j'étais relativement contente d'avoir réussi à éviter la vitrine consacrée aux anomalies fœtales et aux animaux de foire (veau à deux têtes et autres réjouissances), mais au détour de vitrines consacrées à l'évolutions, trois momies... et autant j'ai très envie de leur faire découvrir un Musée des Civilisations (j'ai celui de NY en tête, mais je suis persuadée qu'il y en a un à Paris, les Arts Premiers, peut-être ?), autant devoir aborder la question de la momification et de la conservation des corps entre un squelette de lion et une chouette empaillée, c'est pas simple.

Momie Musée d'Histoire Naturelle de Lille

A toutes fins utiles (j'ai eu du mal à trouver l'information) le musée est ouvert tous les jours de la semaine... et gratuit.

Site Internet

mardi 02 septembre 2008

La Ménagerie du Jardin des Plantes (Paris)

panthère des neiges ménagerie jardin des plantes
Panthère des Neiges

Entre deux musées parisiens, nous faisons un p'tit tour par la Ménagerie du Jardin des Plantes, histoire que les enfants (et les grands, aussi...) se changent les idées des squelettes ;) (et ça fonctionne !)

léopard ménagerie jardin des plantes
Léopard

Moi qui ait l'habitude de "grands" parc zoologiques, je reste quand même un peu perplexe devant la taille des enclos et des cages... un soigneur a beau expliquer qu'ils n'ont que des animaux dimensionnés à l'espace dont ils disposent, je suis sceptique. Tenez, les chevaux de Przewalski, 3 juments et leurs foals dans un parc (sans herbe) de quelques centaines de mètres carrés, ça me paraît quand même super juste.

mara ménagerie jardin des plantes
Mara (Lièvre de Patagonie)

Ce qui me frappe le plus, je crois, ce sont les orang-outangs: entre leur cage dans cette ménagerie et les dimensions pharaoniques des espaces dont ils disposent dans d'autres zoos... Prenez Amnéville, par exemple, ils sont logés sur un hectare (mi-intérieur, mi-extérieur), soit grosso-modo la dimension d'un terrain de football. Ceci dit, je comprends bien qu'en plein Paris, la problèmatique n'est pas la même. Et si la matriarche vit là depuis 1979 (si mes souvenirs sont bons), et se reproduit, c'est sans doute qu'elle n'y est pas si malheureuse. Mais quand même.

Bref, j'adhère beaucoup plus à la présence d'autres hôtes, comme les Pandas Roux, ou encore le vivarium ("la Salle des Crocodiles"), qui, là encore, charme par sa désuétude avec ses vitrines en bois que l'on imagine presque ouvrir aussi facilement qu'une fenêtre...

panda roux ménagerie jardin des plantes
Panda Roux

caïman ménagerie jardin des plantes
Caïman

samedi 30 août 2008

La Serre aux Papillons (La-Queue-les-Yvelines)

La Serre aux Papillons à La-Queue-les-Yvelines

Un bon point pour cette serre, qui, contrairement à celle que nous avions visité près d'Angers, a effectivement des papillons à montrer aux visiteurs. Et des chrysalides, et des chenilles, et des poussins de caille (ne me demandez pas pourquoi).

La Serre aux Papillons à La-Queue-les-Yvelines

Par contre, j'étais tellement occupée à surveiller les trois loustics (âgés de 3 ans et demi à 5 ans et demi) qui alignaient les bêtises que je serais bien en peine de dire si le nom des papillons figurait quelque part (mais je le suppose). Clairement, Pitchoun #2 était trop jeune pour savoir se retenir de courrir après les papillons qui volettent dans tous les sens, ou même éviter de crier avec enthousiasme à chaque fois qu'il en voyait un (souvent, donc, vous l'avez compris...). Heureusement nous étions les seuls visiteurs ;)

La Serre aux Papillons à La-Queue-les-Yvelines

Pour prendre de belles photos, deux conseils:
(1) C'est une serre tropicale humide... prévoyez du temps pour que votre appareil s'habitue à la température, il va d'abord être couvert de condensation, ce qui ne contribue pas à la netteté des photos ;)
(2) Choisissez un jour très ensoleillé sous peine de faire comme moi, et de jeter au final les trois quarts des photos que vous aurez prises...

La Serre aux Papillons à La-Queue-les-Yvelines

Site de la Serre aux Papillons (Jardinerie Poullain)

vendredi 29 août 2008

Grande Galerie de l'Evolution (Musée National d'Histoire Naturelle de Paris)

Grande Galerie de l'Evolution Musée National d'Histoire Naturelle de Paris

Pas de doutes à avoir, cette galerie rénovée il y a une quinzaine d'années est absolument magnifique. Les animaux naturalisés sont superbes, et témoignent parfaitement de la diversité des espèces en matière de taille, couleur, morphologie et particularismes. L'architecture intérieure est magnifique, et la rénovation a préservé la beauté historique du site, qu'il s'agisse des vitrines en bois ou des balustrades art-déco. La mise en scène est impeccable, on est bien loin des présentations statiques façon papier mâché que l'on peut encore voir dans certains musées. L'éclairage d'ambiance contribue évidemment à la magie du lieu, et même si j'ai pesté en matière de photographie (1600 ISO mini, et que personne ne bouge ! Et puis pourquoi diable interdire les trépieds ?), j'ai trouvé l'ensemble superbe.

Calamar Géant Grande Galerie de l'Evolution Musée National d'Histoire Naturelle de Paris
Calamar Géant

Toujours accompagnés des trois Pitchouns (âgés de 3 ans et demi à 5 ans et demi), nous avons parcouru le niveau consacré à la vie sous-marine, et effleuré le troupeau central avant de faire le tour des galeries qui courrent le long de la grande salle. Partout de belles vitrines, des présentations interactives, des fiches de lecture pour en apprendre plus sur un sujet, des explications très détaillées sur une variété de sujets tels que la génétique, l'impact de l'homme sur l'environnement ou les espèces en voie de disparition. Clairement, il y a de quoi revenir régulièrement pour aborder des sujets précis avec les enfants au fur et à mesure qu'ils les évoquent à l'école, ou qu'ils font l'actualité.

Grande Galerie de l'Evolution Musée National d'Histoire Naturelle de Paris

Nous avons goûté sur place, de gaufres et de glaces, servis de manière charmante. Un bémol pour les pommes, définitivement pas régionales (Nouvelle Zélande, si mes souvenirs sont bons). Pichoun #2 s'est même vu offrir la figurine en plastique, vous savez, celles qui contiennent habituellement de la glace pour les enfants, fin de série et modèle d'exposition. On a également testé la gentillesse et l'amabilité du service de sécurité, puisque mes enfants, perdus (leur mère était honteusement en train de bricoler son appareil photo, pour changer...) sont allés se réfugier à l'accueil... Nous les avons retrouvés en train de déambuler accompagnés par deux sympathiques gardiens non moralisateurs... remarquez, vu la luminosité ambiante, je crois que les miens n'étaient pas les premiers de la journée à s'être échoués en leur compagnie.

Site internet de la Grande Galerie

Squellette Baleine Grande Galerie de l'Evolution Musée National d'Histoire Naturelle de Paris

mardi 26 août 2008

Exposition: Le Mystère Lapérouse (Musée de la Marine, Paris)

Superbe exposition au sous-sol du Musée de la Marine... vous avez encore jusqu'au 20 octobre, profitez-en ! Comme pour toute cette escapade parisienne, je suis accompagnée par trois joyeux lurons, âgés de 3 ans et demi à 5 ans et demi.


Tous droits réservés

Pour ceux dont la mémoire serait défaillante (!), Lapérouse, c'est l'explorateur parti avec deux navires, l'Astrolabe et la Boussole pour refaire les voyages du Capitaine Cook. L'expédition était à la fois scientifique et d'exploration, mais surtout une aventure humaine (et un échappatoire au mariage pour Lapérouse, également, bref !). Les deux vaisseaux ont sombré en 1788 dans le Pacifique Sud, et c'est toute l'histoire de l'expédition qui est retracée au moyen des objets retrouvés lors des fouilles sous-marines, des lettres envoyées aux familles, à tout ce qui a été laissé dans tel ou tel port d'escale à l'époque...

Tout est fort bien présenté, l'audio-guide (la narration est faite par un marin disparu lors du naufrage) ne manque pas d'humour, et plusieurs films de quelques minutes montrent des temps forts, qu'il s'agissent de reconstitution (les petiots sont restés scotchés longuement devant celle du naufrage, je crois qu'on l'a vue 6 ou 7 fois) ou d'images tournées lors des fouilles. On admire les animaux naturalisés, les instruments de mesure, de cuisine, de médecine, les armes, les optiques, la verroterie, les objets personnels, ceux dont on ignore l'utilité... et même un squelette humain, accompagné d'un film qui explique comment a été reconstitué le visage qu'on lui prête sur le buste également exposé (fichtre, ça leur couperait presque la parole !). Un petit détour par une reconstitution des fonds marins, et nous voilà dehors.

Les petiots ont été fascinés par tout cela, depuis le naufrage ("Pourquoi il n'y avait pas de phare pour prévenir qu'il y avait des rochers ?") à l'archéologie sous-marine. Je ne dis pas qu'ils ont tout compris, loin de là, mais je n'ai aucun doute sur le fait que ça ait ouvert leurs horizons. Évidemment je regrette un peu d'avoir surtout lu (très rapidement) les explications pour répondre à leurs questions incessantes, et de ne pas avoir pu promener à ma guise en compagnie du fantôme. Mais même dans ces conditions, l'exposition est passionnante !

Site Internet de l'exposition

lundi 25 août 2008

Galerie de Paléontologie (Musée National d'Histoire Naturelle de Paris)

Petit tour par la Galerie de Paléontologie avec les trois Pitchouns (âgés de 3 ans et demi à 5 ans et demi) pour enfin, enfin !, voir des squelettes de dinosaures pour de vrai.

galerie paléontologie paris allosaure
Allosaure

galerie paléontologie paris iguanodon
Iguanodon

Légère déception, il n'y a que trois "grands" dinosaures présentés complets: un diplodocus, un allosaure, et un iguanodon. Ceci dit, on déniche également (c'est pas difficile, vous me direz, vu la taille !) un crâne de T-Rex, et un autre de Tricératops... et il y a foison d'autres dinosaures moins célébres, des petits comme des plus grands. Les Pitchouns parcourrent la salle une première fois au pas de course, de l'ère primaire jusqu'au quaternaire, et on prend un peu plus de temps au retour pour regarder dans le détail les bestioles.

galerie paléontologie paris tricératops
Tricératops

Le quaternaire me plonge dans la saga de Jean Auel, Les Enfants de la Terre... ours des cavernes, mammouths, et surtout le mégacéros. Je crois qu'il n'y manque que le Lion des cavernes, que j'ai peut être raté. On a par contre bien repéré Diego, le Tigre à Dents de Sabre de l'Âge de Glace.

galerie paléontologie paris megaceros
Mégaceros

galerie paléontologie paris mammouth
Mammouth

Parce que c'est un peu le souci de cette galerie, c'est que tout est resté dans son jus, ou presque. La galerie a été construite pour l'Exposition Universelle de 1900, et on a l'impression en la parcourant que peu de choses y ont été changées depuis, y compris pas les illustrations à la plume qui sont bien loin de ce que l'on trouve aujourd'hui dans les livres. Quelques noms communs aideraient certainement également ! Ceci dit, cette désuétude a également beaucoup de charme, on imagine sans peine l'émerveillement qu'a du susciter cette présentation au public au début du 20ème siècle alors que la paléontologie devait encore être une science très élitiste. On se demande même si la poussière sur le dessus des squelettes n'est pas d'époque, elle aussi ;)

Après notre passage par la Grande Galerie de l'Évolution, on s'est dit que pas de doutes, il y aurait moyen de faire quelque chose de superbe avec les collections présentés à la Paléontologie, non seulement les squelettes mais également les invertébrés, présentés dans des vitrines horizontales hors de portée des enfants. Ceci dit, même dans l'état actuel, c'est une visite qui vaut le coup d'oeil, ne serait-ce que pour réaliser la taille démesurée de la plupart des spécimens...

galerie paléontologie paris diplodocus
Diplodocus

Site internet de la galerie

dimanche 24 août 2008

Le Musée de la Marine (Paris)

Cap avec les trois pitchouns vers le Musée de la Marine, situé au Trocadéro. C'est le mois d'août, je me gare à 100 mètres à peine de l'entrée, le stationnement est gratuit, j'adore Paris dans ces conditions (et avec un GPS, sans GPS, je ne vois même pas comment on peut faire pour s'y retrouver).

Le Musée de la Marine, donc, c'est surtout des maquettes. De superbes maquettes, anciennes ou récentes, de bateaux eux-même anciens ou récents. La plupart font plusieurs mètres de long, avec un souci du détail qui laisse rêveur, sans compter que l'éclairage d'ambiance est parfait (un peu juste pour les photos, par contre !).

musée de la marine paris

Les petiots ont également beaucoup aimé voir quantité de tableaux retraçant de grandes batailles navales, avec les bateaux en flammes. Les tempêtes ont également la côte, surtout quand les bateaux sont en train de se briser sur les récifs... peu de compassion à cet âge là, mais ils repèrent quand même bien quand des rescapés sont visibles, accrochés à des tonneaux ou dans les canots de sauvetage, ouf !

Outre les maquettes historiques, les salles remplies de figures de proue où les retrouve également des décorations de poupe et de bouteille (j'ai tout bien retenu !), les maquettes et le film liés à l'Ifremer, il y a également l'histoire de la marine de guerre, depuis les premiers cuirassés à nos jours, ainsi qu'un assortiment de maquettes de bateaux de toutes sorte, depuis les cargos aux paquebots en passant par les porte-containers. Bref, on en a pris plein les yeux. On passe dans la salle réservée à Éric Tabarly, devant un trophée Jules Verne, une optique de phare, d'anciens cordages...

musée de la marine paris

Au final, tout cela a bien parlé aux Pitchouns, qui se sont extasiés régulièrement et m'ont posé des tas de questions diverses et variées. Il n'y avait pas d'autres enfants, mais je n'ai vu que des regards bienveillants dans leur direction, sans compter les personnes qui se sont spontanément adressées à eux pour leur faire remarquer tel ou tel détail.

musée de la marine paris

Pour terminer, très jolie boutique, avec plein de choses pour les enfants (livres, maquettes, bateaux en bois...) et également de plus belles pièces (euh, plus chères aussi !) pour les grands que la marine passionne. La boutique est accessible sans payer l'entrée, pensez-y si vous avez des cadeaux à faire ;) Et enfin, le vestiaire est obligatoire et gratuit, et ça, c'est très appréciable.

Site Internet du Musée

samedi 23 août 2008

La Cité des Enfants 2/7 ans (Cité des Sciences)

Pour notre escapade parisienne, je mets le cap avec les Pitchouns vers la Cité des Enfants... pour évacuer tout de suite l'aspect pratique, notez qu'il s'agit bien de séances d'1h30, pour lesquelles on peut réserver son billet par internet. A l'heure dite, nous pénétrons donc dans un vaste espace dédié à l'apprentissage et à la découverte par le jeu, direction le chantier des petits, où les enfant doivent s'entraider pour construire une maison: amener les briques dans des chariots, charger et manoeuvrer une grue, assembler les murs... tout cela c'est très bien, le seul bémol, c'est qu'une fois que tout ce petit monde a revêtu la tenue obligatoire, gilet de chantier rouge et casque jaune, c'est super difficile de repèrer ses enfants. Surtout 3 :)

Quand les petiots se lassent, on change de zone... On parcourt en entier la zone "Je me découvre" (je ne suis pas super convaincue, mais les petiots s'amusent visiblement), on commence à peine "Je sais faire", on fait en entier "J'expérimente", où les enfants patouillent joyeusement avec de l'eau, cette fois ci tous couverts d'un tablier bleu bien couvrant. Entre temps on a assisté au spectacle à propos de l'air, et je dois dire que c'est ce qui m'a le plus convaincue. Dans le ton de l'émission "C'est pas sorcier...", l'animatrice démontre les capacités de l'air au moyen d'expériences simples, ludiques, auxquelles les enfants sont invités à participer en donnant leur avis.

En effet, si le côté ludique des ateliers n'est pas à prouver, je veux dire par là que les enfants touchent à tout, appuient sur tous les boutons, manipulent facilement tout ce qui est à leur portée, d'un autre côté, toutes les instructions sont écrites, et sans un adulte pour lire, expliquer et éventuellement montrer, les petiots ne sont pas prêts de comprendre réellement le but de chaque expérience. Ceci dit, c'est ludique.

Concrètement, en 1h30, on a pas fait la moitié des zones, et encore moins passé du temps sur chaque atelier... je suppose qu'avec l'habitude on peut repèrer ce qui est le plus intéressant et y aller directement, à moins qu'il ne faille préparer la visite grâce au site internet plus sérieusement que je ne l'avais fait. En tous les cas, ce n'est pas le jour même, avec trois enfants à surveiller qu'on peut prendre le temps de jeter un oeil sur les animations environnantes !

Dans l'ensemble, c'est plutôt bien fait, même si les séances d'1h30 sont certainement trop courtes... et même si les accompagnateurs sont fortement mis à contribution, y compris pour ranger les zones d'activité à la fin de la session !

N'oubliez pas de passer à la boutique de la Cité des Sciences, tout ce qui y est proposé m'a semblé fort intéressant. J'ai repéré d'immenses squelettes de dinosaures à monter soi-même :) sans compter les livres, le rayon astronomie, le rayon entomologie... bref, une vraie caverne d'Ali-Baba.

Et enfin, nous avons copieusement déjeuné au restaurant Le Hublot, assis à une table avec vue directe sur les poissons de l'aquarium... Je vous le recommande, service aimable, rapide, dans une salle aux tables bien séparées les unes des autres, ce qui n'est pas négligeable quand les enfants parlent fort et gesticulent beaucoup ;)

< 1 2 3 4 5 6 7 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .