Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 09 août 2008

Le Château de Fort La Latte (Côtes d'Armor)

fort la latte

Beaucoup de plaisir pour petits et grands à visiter ce château -ou devrais-je dire ce fort- remarquablement restauré, et qui offre un panorama splendide sur les environs du haut de ses fortifications.

fort la latte

Coup de chance, nous le visitons lors d'un week-end d'animations, et croisons au cours de notre promenade nombre de paysans et de gardes en costume d'époque. Mise à feu des canons, entraînement de la garde, préparation d'un pot-au-feu de poisson, les cinq sens des adultes ne perdent pas une miette du spectacle, et ceux des petiots non plus.

fort la latte

fort la latte

Point fort de la visite pour moi, la périlleuse montée (et la non moins périlleuse descente) en haut du toit du donjon. Et quel point de vue depuis là-haut !

fort la latte

fort la latte

fort la latte

fort la latte
Four pour rougir les boulets de canon (ils ne plaisantaient pas, à l'époque !)

Je terminerai par des remerciements chaleureux à P'tit Mousse, notre dévoué guide, qui nous a conté l'histoire des lieux au fil de nos pérégrinations... Vous qui voulez en savoir plus, il ne vous reste qu'à jeter un oeil sur Wikipédia !

J'oubliais, à 4 enfants et 4 adultes, nous avons déjeuné tout à côté de Fort La Latte, à la crêperie La Ribote, route de Cap Fréhel à Plévenon. Carte variée (galettes, pommes de terre garnies, salades...), accueil chaleureux, service rapide, pour un tarif tout à fait raisonnable. Faites-y étape :)

lundi 14 juillet 2008

Les Grands Voiliers (Armada de Rouen 2008)

Direction Rouen et son Armada ce samedi, j'avais très envie de me perdre dans la contemplation des grands voiliers amarrés sur les quais... Il y a 14 ans, j'avais assisté à la parade sur la Seine, en restant un p'tit peu sur ma faim de les voir de loin, et de ne pouvoir les toucher. Aujourd'hui, c'est chose faite.

Statsraad Lehmkuhl
Le Statsraad Lehmkuhl et le Thalassa

Pour commencer, il n'y a pas grand chose à (re)dire à propos de l'organisation... Flèchage sur le périphérique pour indiquer les parkings de délestage mis en place en périphérie, et vu qu'il y a des navettes toutes les cinq minutes, nous voilà donc garés au parc des Expos, et 20 minutes de bus plus tard, déposés en bord de Seine, à quelques dizaines de mètres de l'Amerigo Vespucci, le premier voilier de la rive droite. Il est plus de midi, une petit liste des restaurants du site de l'Armada serait un plus, outre les restaurants habituels (rive gauche), quantité d'échoppes sont installés sous des chapiteaux (rive gauche toujours), ce qui fait que finalement, malgré l'abondance, nous voilà à déjeuner dans un des seuls de la rive droite, complètement débordé. On a quand même eu le flair de ne pas commander de pizzas mais d'opter pour des galettes, et nous sommes prêts à repartir alors que nos voisins, arrivés avant nous, viennent juste d'être servis.

Nous y avons à peine jeté un oeil, tout occupés que nous étions avec les voiliers, mais des dizaines de stands vendent des babioles diverses et variées, et j'avoue avoir trouvé cela un p'tit peu étrange. Au-delà de vêtements et de gadgets à connotation marine, tous les bonimenteurs des environs se sont donné rendez-vous sur les quais, depuis la boule qui lave sans lessive au nouvel appareil de massage révolutionnaire, en passant par les Tupperware. Un grand orchestre symphonique reprend sur scène des airs familiers, et là on peut s'initier à la plongée (dans un aquarium, faut vraiment être motivé !) ou piloter ici des modèles réduits. Tous les enfants sont coiffés d'un bicorne de pirate aux couleurs d'une compagnie d'assurances (oui, les miens aussi, j'avoue!) et agitent avec frénésie les p'tits drapeaux aux couleurs de l'événement. Bref, c'est la fête.

Mon anecdote du jour, c'est de m'être faite accoster par un marin alors que je photographiais d'une main un hélicoptère posé sur le Neutrashimy, un immense navire Russe (qui ne se visite pas), et retenais de l'autre Pitchoun #2, qui me semblait toujours tenté par l'idée de sauter à l'eau, et de nager jusqu'à l'échelle pour remonter sur le quai. Il faut bien dire que pour ne pas avoir cinquante inconnus sur la photo, on fait tous pareil. On s'approche le plus possible du bord du quai, et on photographie de face. Bref, notre marin, ce n'est rien de moins que le Pacha du navire, descendu fumer une cigarette, qui sort de sa poche deux étoiles et les remet à Pitchoun #2... Ledit Pitchoun qui remercie gentiment en français, un chouia perplexe de ne rien comprendre aux recommandations du monsieur (en anglais), ni d'ailleurs à ce que répond sa maman (en anglais également). J'étais tellement surprise que je n'ai même pas eu la présence d'esprit d'utiliser le seul mot de russe que je connaisse :)

neutrashimy

En parlant de marins, j'ai vraiment été séduite par la gentillesse et la disponibilité de tous les équipages, qui posent avec le sourire pour des milliers de photos, sans compter que la plupart des femmes en profitent outrageusement pour leur faire la bise ;) Je ne parle pas seulement de ceux qui sont à bord et sont plus photographiés que les voiliers eux-mêmes, mais ceux, de tous âges et toutes nationalités, qui se promènent parmi la foule et se font arrêter tous les dix mètres pour prendre la pose... Messieurs, chapeau... et transition toute trouvée pour le pompon, celui qui porte bonheur quand on le touche ! Mention spéciale donc à tous ceux qui ont inlassablement baissé la tête pour que hommes, femmes, et enfants puissent toucher le pompon. J'ai bien vu une fois une femme mettre une main aux fesses d'un marin français beaucoup plus jeune qu'elle, mais je ne crois pas qu'il s'agissait d'une nouvelle tradition :)

Nous n'avons navigué que d'une rive à l'autre... il est plus de 19 heures quand nous arrivons au bout au dernier voilier de la rive gauche, et les bateaux promenades sont passés en tarif "nuit". De 15€ les 45 minutes en journée, les prix ont fait un bond jusqu'à 40€, et même si les Pitchouns ont été exemplaires jusque là, ce n'est pas certain que ça dure, et on est encore moins sûrs de les faire tenir ensuite jusqu'à 23h15, heure du feu d'artifice, d'autant que nous sommes bien fatigués également. On met donc les voiles direction... la voiture. Arrêt dans un drive, les Pitchouns dévorent, les grands aussi, et tout le monde s'endort pour les trois heures de route qui suivent. Enfin, sauf celle qui conduit :)

En résumé, je suis ravie de ma journée, dont je garde en tête plein de belles images, même si le temps aurait pu être moins... humide ! C'est magique de voyager ainsi à travers le temps, de caresser le bois, de lever les yeux vers les mâts, de toucher du bout des doigts les dizaines de cordages qui filent là-haut...

gréement voilier

Evidemment, la plupart de ces voiliers proposent des croisières, et ce matin je jetais déjà un oeil au site de "Tall Ship Company" histoire d'en savoir un peu plus ;)

Mes autres billets à propos de l'Armada 2008

dimanche 09 décembre 2007

Cirque Il Florilegio

Superbe spectacle offert par le cirque Il Florilegio cet après midi. Du grand spectacle, et encore, je pense qu'ils gardent des cartes dans leur manche... seul bémol, les animaux qui ne m'ont pas fait grande impression à part le bébé tigre, à moins que ça n'ait été un lionceau, qui allait de bras en bras dans les gradins pour se faire tirer le portrait.

Les équilibristes ont livré un numéro très rythmé sur de la musique latino, à vous faire oublier qu'ils sont sur un fil...

cirque il florilegio

cirque il florilegio

cirque il florilegio

J'ai été épatée par les motos à l'intérieur de la boule... non, parce qu'à deux, c'est déjà bien...

cirque il florilegio

cirque il florilegio

mais à 3...

cirque il florilegio

... puis à 4, c'est phénoménal...

cirque il florilegio

Mais surtout, ce qui m'a paru le plus impressionant, et ils ont été au bord de la chute une paire de fois (voulue ou non), c'est la roue de la mort, ou double roue de la mort. En bref, ça:

cirque il florilegio

cirque il florilegio

A l'intérieur des roues (facile), puis dehors (encore trop facile sûrement), donc ils ont sauté à la corde, sauté de plus en plus haut, et fini avec une cagoule sur la tête... Incroyable. Je pense que je n'étais pas la seule à retenir ma respiration dans le public...

cirque il florilegio

Le tout est d'autant plus épatant qu'au final ils n'étaient que 14 à saluer, que les motards étaient également au trapèze, les équilibristes à la double roue, etc. En bref, un vrai cirque, avec de vrais artistes. Qui donnaient au moins trois représentations aujourd'hui. Chapeau bas.

mardi 04 décembre 2007

Disneyland Paris

Y'a pas à dire, c'est quand même vachement bien, même quand, comme pour nous, le temps n'est pas tout à fait au rendez-vous la première journée. Je dirais même que c'est impossible de sortir de Fantasyland sans fredonner "It's a small, small world..." ou, en cette période de Noël, l'un ou l'autre des grands classiques. Tout le parc chante Noël, et c'est super agréable... idéal pour entamer l'Avent. Et comme la nuit tombe tôt, on a également largement le temps de profiter des illuminations du parc, qui sont vraiment splendides... les becs de gaz de Main Street, les torches d'Adventureland, les néons de Discoveryland... l'éclairage artificiel du soir compense largement la grisaille de la journée.

disneyland paris

Pour profiter des attractions dans lesquelles les petiots ne peuvent pas aller, optez pour le baby-switch... à l'entrée de l'attraction, il suffit de demander le coupon. Pendant que le premier adulte s'engage dans la file d'attente, l'autre peut faire autre chose avec les enfants... une fois que le premier est sorti, grâce au coupon l'autre peut entrer dans l'attraction par le couloir de sortie, et un petit tour "backstage"... cerise sur le gâteau, typiquement, si l'un de vos petiots est assez grand pour faire l'attraction, il peut ainsi la faire deux fois. Le système est intelligent, et c'est super pratique.

Petit coup de gueule par contre pour Big Thunder Mountain, interdit aux enfants de moins de 1m02... Pitchoun #2 fait 1m01, et malgré les chaussures, il lui manquait plusieurs centimètres sous la toise à l'entrée... qui lui a donc été refusée. Il sait heureusement être super philosophe dans ces cas-là (plus que moi)... mais bon, dans l'idée, si on annonce des restrictions, on s'y tient. Et la toise n'était pas à un 1m02.



Je ne vais pas vous raconter mes impressions sur chaque attraction du parc, mais parmi les nouvelles, Buzz LightYear Laser Blast est pas mal du tout... dans des nacelles individuelles que vous faites tourner à 360° il s'agit de tirer au pistolet laser sur des cibles Zorg, avant une grande bataille finale dans laquelle Buzz prête main forte. Les cibles atteintes s'animent, et le score de chacun s'affiche sur la nacelle. Pitchoun #2, pourtant pas fan (mais alors, pas fan du tout) de Zorg, a bien apprécié. Même pas eu peur.

Buzz LightYear Laser Blast disneyland paris

Pour le reste, c'est vrai qu'un certain nombre d'attractions sont impressionnantes pour les petiots... Blanche Neige en premier, qui se passe en majorité dans une forêt aux arbres menaçants qui se penchent sur votre passage comme pour vous attrapper. Phantom Manor, évidemment, Chéri J'ai Rétréci le Public (cinéma en 3D), surtout pour le serpent qui ouvre grand la gueule pour engloutir les spectateurs, Adventure Isle et ses grottes à explorer, et, dans une moindre mesure, Peter Pan. Mais c'est très subjectif. Pitchoun #2 (3 ans) a été moins impressionné que Pitchoun #1 (4 ans et demi) par tout ce qui fait peur... il galopait seul dans les grottes des pirates, par exemple.

sapin noel disneyland paris
26 mètres de haut!

Voir mes autres billets à propos de Disneyland Paris

lundi 03 décembre 2007

Walt Disney Studios (DisneyLand Resort Paris)

Même si c'est plutôt bien fait, je dois avouer que je n'ai pas été séduite par les Walt Disney Studios... Le parc a l'ambition de présenter les artifices derrière les images d'un film ou d'un dessin animé, la magie d'un studio de cinéma, en quelque sorte. Mais pas un seul instant l'on a réellement l'impression d'être dans un endroit où le cinéma se fait, mais bien purement dans un parc d'attraction. Et dès lors, les décors de carton pâte, les plateaux qui semblent avoir été désertés l'instant d'avant par les équipes de tournage, tout ça ne devient plus qu'une attraction, savemment mise en scène, certes. Et si dans le parc d'à côté l'on est transporté dans un univers magique, dans lequel tout est construit en "dur", ici tout est faux. Evidemment c'est le but, mais du coup la magie ne s'opère pas. D'autant que j'ai la chance d'avoir visité le parc Universal Studios à Los Angeles, et que là-bas, outre les attractions beaucoup plus excitantes, on peut aller passer la demi-journée sur un plateau de tournage d'une émission ou d'une série, dans le public. Visiter des "sets" sur lesquels les films ont réellement été tournés. S'asseoir dans Kit, de K-2000, par exemple (qui vous cause, d'ailleurs).

décor pearl harbour walt disney studios paris
Avions utilisés pour Pearl Harbour

Au Walt Disney Studios, tout ce qui est vrai est exposé soigneusement hors de portée. Ne comptez pas toucher la foreuse d'Armageddon, un des avions de Pearl Harbour ou la voiture de Cruella. Et même ce qui est créé de toutes pièces pour le parc est derrière des barrières... je pense à Bob et à la fameuse porte de Bouh, de Monstres et Cie, ou pire, McQueen et Mater, qui ne sont visibles que lorsque l'on est assis dans le manège Cars. Même pas moyen d'être pris en photo à côté. Et ce qui est dommage, c'est que finalement, il aurait fallu regrouper tout ce qui est film dans le Walt Disney Studios, et garder tout ce qui est dessin animé dans Disneyland... on ne voit pas de logique derrière le fait que le passage d'Aladdin soit dans un parc, et le manège Aladdin dans un autre. Aucune raison non plus pour que Nemo et Cars se retrouvent aux Studios. Du coup, on a juste le sentiment que Walt Disney Studios n'aurait pas pu survivre uniquement avec son pitch. Qu'ils ont eu besoin d'y mettre des attractions populaires pour "obliger" le public à y venir. C'est bien Crush's Coaster, l'attraction de Nemo, qui avait le plus long temps d'attente.

Parce qu'effectivement, les attractions purement "film" ne sont pas extraordinaires. La plupart sont également à horaires fixes, et c'est super difficile, comme toujours, d'optimiser la promenade en fonction, en plus, des durées d'attente aux autres attractions.

décor dinotopia walt disney studios paris
Décor de Dinotopia

Armageddon: Les Effets Spéciaux
Je n'avais pas lu grand chose à propos de l'attraction, et je m'attendais à un cinéma dynamique... en fait, après 5 ou 10 minutes d'attente dans une salle où sont suspendues des maquettes liées au film (dommage qu'on ne puisse pas circuler, trop de monde), on pénètre dans une salle circulaire, un doughnut géant, si vous préférez. Et le show commence... il faut imaginer que l'on est dans l'espace, dans la Station Mir (déjà, ça, c'est mal parti, on a jamais vu de salle de contrôle de cette taille ailleurs que dans des films). Par les écrans de contrôle et les hublots, vous voyez arriver sur la station des débris de l'astéroïde, qui, en la heurtant, déplacent des panneaux, déforment les murs, font jaillir des étincelles et de la fumée. Vu que la salle est pleine de monde, vous ne voyez que ce qui se passe près de vous, le clou du spectacle étant deux explosions au centre de la pièce... et les sprinklers qui interviennent juste après. C'est la première et la seule attraction qui a véritablement fait peur à Pitchoun #2, qui est quand même super courageux. Un morceau d'astéroïde a défoncé le plafond au-dessus de nous, et il a moyennement apprécié... idem pour les flammes au final, il a bien senti la chaleur. Mais c'était sous contrôle, disons que si je ne l'avais pas pris dans mes bras parce que je ne savais pas ce qui allait se passer, il aurait certainement sauté de lui-même sur mes épaules.

foreuse armageddon walt disney studios paris

Crush's Coaster
Très bonne surprise que ce roller coaster, que j'ai trouvé innovant puisque l'on ne part pas dans un train, mais dans une nacelle de 4 personnes qui peut tourner sur elle-même. Après un petit départ tranquille pour poser les bases, et une rencontre avec une baudroie ou avec Bruce selon que l'on soit en marche arrière ou en marche avant... c'est le roller coaster qui démarre, ma foi fort sympathique. Pas de looping mais de bonnes sensations, seul bémol, c'est que tout se passe dans le noir. C'est à la mode, mais un petit peu de décors suspendus, de la lumière noire, quelques coups de projecteur, ce serait quand même plus sympa. D'autant que voir ce qui nous attend, surtout qu'en nacelle de 4 on est forcément à une bonne place, ça fait aussi partie des sensations.
L'attraction est autorisée pour les plus de 1m07, conseillée à partir de 7 ans... Pitchoun #1 (4 ans et demi) l'a faite mais c'était sans doute un peu juste pour lui.

AeroSmith Rock n' Roller Coaster
Même reproche pour celui-là qui se déroule quasi entièrement dans le noir également... la musique n'est pas extraordinaire non plus, bon, OK, je ne suis pas une grande fan d'AeroSmith, mais il y avait sûrement moyen de choisir un morceau qui déchirait plus sa race (pardon). Par contre, mes amis, l'accélération du début est ex-tra-or-di-nai-re. Bluffante. Le reste est bien aussi, relativement traditionnel je crois, un looping, de beaux virages, une seconde accélération mais surtout, ce que j'apprécie le plus, c'est qu'il n'y a pas de choc dans les cervicales. C'est suffisamment bien étudié pour que rien ne vienne gâcher le plaisir.

Studio Tram Tour
Celui-là, c'est le vrai pétard mouillé... je dois avouer que la description me faisait largement penser au Parc des Universal Studios, sauf que là, c'est beaucoup moins bien. Deux points forts: l'explosion d'un camion citerne et les trombes d'eau qui s'ensuivent, et un passage par le plateau (enfin, une reconstitution) de Reign of Fire... et là, je regrette, mais nous mettre juste le feu qui sort de la bouche de métro, et les cris du dragon... ça tombe complètement à l'eau. Tout le monde s'attendait à voir un dragon. Ou au moins un p'tit bout de dragon. Le tram longe également un atelier de costumières, que l'on regarde travailler quelques secondes. Je pensais que les vitres étaient sans teint, mais non, elles nous ont fait coucou. Et du coup je me demande comment diable elles arrivent à produire quoi que ce soit en faisant signe toutes les dix minutes au tram qui longe leur bâtiment. Mais peu importe, ce n'était pas très intéressant.

plateau reign of fire walt disney studios paris
Plateau Reign of Fire

plateau reign of fire walt disney studios paris
Plateau Reign of Fire

Art of Disney Animation
Le premier film n'a pas du coûter cher, il s'agit juste d'un montage d'images de dessins animés pour illustrer les émotions... la colère, la tristesse, la joie... c'est toujours sympa à regarder, mais ça n'apporte pas grand chose. Second film pour illustrer la manière dont a été conçu le petit dragon complice de Mulan. C'est plutôt drôle, parce que souvenez-vous, Muchu, il est quand même super susceptible, mais j'aurais aimé qu'on voit plus le travail des dessinateurs. A un moment, Muchu se retrouve catapulté en dehors du champ de la caméra (si je puis dire) jusque derrière nous, avec évidemment le son surround qui va bien. J'ai adoré voir mes petiots se retourner pour voir où avait atterri le dragon... c'est rafraîchissant de les voir s'étonner :)

Au final, on a passé une grosse demi-journée dans ce parc, avant de retourner vers Disneyland... on voulait déjeuner dans le restaurant "Rendez-vous des Stars" pour y retrouver l'ambiance de Ratatouille, comme décrit sur le dépliant, mais en y jetant un oeil, ça ressemblait plutôt à une bête cantine, sans personnages Disney; on a donc opté pour l'un des fast-food. Ne vous méprenez pas, le parc est bien, un peu trop neuf peut être, mais surtout moins féérique que Disneyland... à vouloir nous montrer les coulisses, on rompt la magie.

décors walt disney studios paris

Voir mes autres billets à propos de Disneyland Paris

samedi 01 décembre 2007

La Tanière du Dragon (Disneyland Paris)

tanière dragon disneyland paris

tanière dragon disneyland paris

Je crois que c'est ce qui a le plus marqué les petiots dans le parc... la mise en scène est extraordinaire... sous le château, plusieurs grottes éclairées uniquement par des torches mènent à une même salle, dans laquelle sommeille un dragon. Un dragon qui a cassé sa chaîne, et qui se réveille, redresse la tête, ouvre les yeux, la gueule (dans laquelle rougeoient des braises) et rugit. On y est retournés régulièrement, au moins sept ou huit fois... Il est tellement bien fait, tellement bien animé, jusqu'à son ventre qui se soulève pour marquer la respiration que les petiots ont eu du mal à croire qu'il ne soit pas vrai. La peur s'est changée en inquiètude, puis en questions, à nouveau en inquiètude, voire en peur à nouveau, mais toujours, toujours, l'émerveillement.

Voir mes autres billets à propos de Disneyland Paris

samedi 13 octobre 2007

Cucurbitacées à Montriou

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

Traditionnellement, en octobre, les châtelains de Montriou vendent leur récolte de cucurbitacées. Parce que Montriou, au-delà d'être un joli château de famille avec ses jardins à l'italienne, ses buis, ses topiaires et sa collection de dahlias, c'est surtout un potager dans lequel sont cultivées plusieurs dizaines de variétés de cucurbitacées. Imaginez-vous en août ou septembre, déambulant sous les tonnelles du potager, avec, suspendues au-dessus de votre tête, des dizaines de courges, certaines atteignant plusieurs kilos et dépassant parfois le mètre. C'est réellement féérique, succés garanti auprès des petits... et des grands.

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

"Potirons en scène", c'est l'occasion de découvrir, harmonieusement déposée au pied du château, la récolte de l'année. Et plus si affinités, tout est à vendre. Certaines variétés sont uniquement décoratives, comme le souligne avec humour le maître des lieux en racontant l'histoire d'Agrippine qui empoisonna son mari en lui faisant boire une soupe à base de coloquintes, laissant ainsi le champ libre à son amant. D'autres variétés se cuisinent et Nicole de Loture, la châtelaine, distribue volontiers des fiches de recettes adaptées à chaque type de "citrouille", avec une gentillesse rafraîchissante...

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

Je ne peux que vous encourager à aller découvrir ce château, ses jardins et ses habitants, que ce soit ce week-end pour l'exposition-vente, lors d'un autre week-end événementiel (voir le site internet pour plus d'informations), ou pour une visite en famille.

chateau de montriou

Pour ma part j'ai ramené une bonne dizaine de coloquintes variées, deux grosses courges décoratives, et deux citrouilles pour Halloween. C'est mon décor automnal à l'intérieur de la maison... J'ai aussi ramené un joli conte pour enfants dont le théâtre est Montriou et ses citrouilles, gentiment dédicacé par la châtelaine qui en est l'auteur. Voir ce billet pour en savoir plus.

vendredi 28 septembre 2007

Cirque Amateur

Un tout petit cirque avait planté son chapiteau sur ma commune hier. Arrivés le matin, spectacle (unique) le soir à 18 heures… dans un autre village le lendemain. Je dois avouer que j’ai failli faire demi-tour en voyant la taille du chapiteau en question, mais une fois les enfants appâtés, difficile de les décevoir.

Honnêtement, je suis restée perplexe… à part un numéro de jonglage (3 éléments à la fois) et un équilibriste sur chaises, le reste du spectacle, c’était du niveau de n’importe quel amateur. Point de vue animaux, un lama, un bouc et un âne ont chacun fait deux tours de piste en longe, un shetland en longe a sauté deux petits obstacles de 30 centimètres (c’est peu, même pour un shetland) et fait une révérence, avant un mini-shetland en liberté qui n’a rien fait de plus. On a aussi regardé une acrobate dont j’aurais su faire le numéro aux anneaux même sans entrainement, et la même juste après, labellisée contorsionniste cette fois, pour une simple souplesse arrière qui ne lui aurait valu aucun point en compétition de gymnastique (jambes pliées et pointes de pieds non tendues). Le numéro de clown était une adaptation de la fameuse Souris Verte… et c’était tout.

Je n'ai pas envie de faire l'impasse sur le racket à la sucette et au ballon à l’entracte et le second racket en fin de spectacle pour le pourboire de l’acrobate-contorsionniste. Vu qu’on avait déjà payé 30€ pour deux adultes et deux enfants, c’était dur à avaler.

Mais ce qui me laisse perplexe, c’est que si on investit dans un chapiteau, 4 ou 5 camions, des animaux… je ne comprends pas qu’on ne cherche pas à présenter quelque chose de plus élaboré, avec des costumes qui font un peu rêver. Pourquoi se contenter de la médiocrité ? Ce n'est pas parce qu'on habite dans un village qu'on est enchanté par n'importe quel spectacle... Il y a 100 ans peut être, mais à notre époque, même des paysans comme nous ont une certaine exigence de qualité! (On a l'ADSL, tout de même ;) ) Le cirque ça devrait être une passion, un amour du spectacle, du travail bien fait, du public… évidemment, avec 20 spectateurs, c’est dur de créer une ambiance… et pour le public, taper dans les mains en rythme pendant une heure, c’est moyennement motivant, surtout quand on est pas du tout enthousiasmé par ce qu’on voit ! J’ai bloqué les zygomatiques en position « Waouh » pendant une heure pour ne pas perturber les pitchouns, mais clairement ça ne valait pas 30€.

Au final, vu ce que ça doit rapporter, les contraintes que ça doit poser et l’arnaque qu’est ce spectacle, je ne peux pas m'empêcher de penser qu’ils feraient tous mieux de changer de métier. Et je trouve ça triste parce que je suis souvent partante pour soutenir les « petits » (artistes, commerçants, artisans…) et ne pas toujours succomber aux attraits des « grands »...

vendredi 31 août 2007

Zoo de Lille

A une époque, le zoo de Lille était symbolique… à part quelques animaux prêtés, il s’agissait surtout d’héberger les animaux exotiques récupérés à la douane et confisqués pour cause d’importation illégale. Et le zoo s’est agrandi et professionnalisé sous la direction de Frank Haelewyn, pour intégrer les programmes d’élevage des espèces en danger. En 1994, j’avais choisi le zoo comme thème de mon premier article pour le quotidien La Voix du Nord… essai transformé.

zébre zoo de lille
Zébre

Le zoo a bien changé, et il va encore changer, des projets pour son agrandissement étant dans les cartons de la ville. Mais en attendant, même s’il y a encore des grilles et des cages, les animaux sont néanmoins bien installés.

salle tropicale zoo de lille
Salle tropicale

Aucune espèce hors du commun, mais pour un zoo gratuit au cœur d’une ville, il y a quand même pas mal de choses à voir en termes de petits animaux, et c’est d’autant plus agréable qu’on les voit de prés. Je pense aux suricates, aux chiens de prairie, aux mangoustes, aux porc-épic, aux chouettes variées franchement pas farouches, et à toutes les espèces de la salle tropicale.

suricate zoo de lille
Suricate

En bref, une agréable promenade dans un site bien aménagé, niché entre la Deûle et la Citadelle de Vauban… autour d’une allée un clown sculptait pour les enfants des ballons, et remportait ainsi un large succès.

paon et son poussin zoo de lille
Paon et son poussin

Billets « photos » du Zoo de Lille
Panda Roux
Mangoustes


jeudi 23 août 2007

Zoo de Branféré

Bon, autant le dire tout de suite, je n'ai pas été convaincue par ce parc qui se veut à la fois botanique et animalier.

Visiter le parc d'un château, j'aime bien. Voir les lieux tels que les voyaient les nobles un ou deux siècles plus tôt, admirer les essences d'arbres, l'agencement des jardins, les coins discrets, les terrasses, imaginer les réceptions fastueuses...

Visiter un zoo, j'aime bien également. Voir les espèces dans des cadres naturels différents, les plus proches possibles de leur milieu d'origine, pouvoir les approcher au plus près derrière des vitres pour ne pas les stresser, apprécier la taille de leurs espaces réservés, voir le moins possible de cages ou de barreaux...

Par contre, visiter un zoo avec une variété d'animaux limitée, tous présentés dans l'ancien parc d'un château, donc sans grande variété non plus d'environnement, je dois avouer que cela ne m'a pas beaucoup inspirée. Pas d'espèces dangereuses, donc pas mal d'animaux sont présentés derrière de l'eau, sans clôtures, ou tout simplement derrière les cordes qui cantonnent les visiteurs aux allées. Dans le premier cas les animaux ne sont visibles que de loin, et dans le second, d'encore plus loin. Parce qu'évidemment, aucun animal ne se trouve juste derrière les cordes... ils sont tous réfugiés au bout de leur parc, le plus loin possible de l'allée... En bref, les jumelles seraient bien utiles, et j'ai plusieurs fois utilisé mon zoom de 300mm pour identifier une bestiole. Et ça, c'est pas mon idéal de zoo.

antilope cervicapre zoo branféré
A fond de 300mm (à l'oeil nu on devine vaguement des cervidés)

antilope cervicapre zoo branféré
Antilope cervicapre

Les animaux présentés sont communs à tous les autres parcs zoologiques des environs, je n'ai pas repéré d'espèce "rare"... Dans l'ensemble, pas d'animaux impressionnants...aucun félins, et la grande attraction de la plaine d'Afrique, ce sont tout simplement les girafes. Le vrai point fort de Branféré, c'est la présentation des oiseaux en vol... outre trois rapaces, les soigneurs font voler des perroquets, des hérons garde-boeufs, des pélicans, et finalement un petit groupe de cigognes... et c'est vrai que si on voit souvent des pélicans ou des cigognes dans un parc, on les voit rarement voler. Sacré envergures. (Voir mon billet avec des photos.)

Pour le plaisir, une photo des chiens de prairie...

chiens de prairie zoo branféré

Autre point intéressant en théorie, les espaces de contact... un avec des Wallabies, libres d'entrer et de sortir de cet espace à leur guise... lorsque nous y sommes passé, il y en avait deux, dont un qui s'est laissé bien volontiers caresser. Second espace, clôt celui-là, avec les incontournables chèvres naines, mais également des alpagas et des ânes. Les alpagas n'étaient pas tous très amiteux (à moins que les oreilles couchées vers l'arrière dés qu'une main s'approche ne signifient pas la même chose que chez les chevaux), les ânes un peu blasés par les caresses, quant aux chèvres... on a pu caresser un chevreau, mais globalement les chèvres ne pensent qu'à manger le pop-corn. C'est évident, mais c'est pénible. Si vous n'avez rien, vous n'êtes pas intéressant. Mais par contre, le moindre bruit de sachet, ou pire, la vue d'un popcorn fait débouler sur vous entre 5 et 10 chèvres, qui n'hésitent pas à vous grimper dessus. Je ne parlerai pas du bouc dont en plus j'ai gardé l'odeur le reste de la journée... On a vu plusieurs gamins (gamme 7 - 10 ans) se faire littéralement jeter par terre et piétiner dés le portillon passé, et sur le coup, je peux vous dire qu'ils ne trouvaient pas ça drôle du tout. Un panneau bien clair à l'entrée pour prévenir les parents de ne pas laisser le sachet de pop corn à leurs enfants, et idéalement de le cacher, ce ne serait pas du luxe. Il y a un espace contact (lapins et autres rongeurs) réservé aux 4-7 ans à 3 horaires dans la journée, mais on ne l'a pas testé.

Point de vue botanique, le fait d'être cantonné aux allées (et de chercher les animaux!) ne permet pas de perspective sur les arbres (platane, séquoia, charmes...) et c'est dommage... sur les berges des plans d'eau on découvre régulièrement de magnifiques gunneras, et les nénuphars sont en fleurs... à part ça et deux ou trois arbres taillés... pas grand chose de remarquable.

fleur nénuphar zoo de branféré
Fleur de nénuphar

chateau façade arrière zoo de branféré
Façade arrière du château de Branféré

Autres billets relatifs au Zoo de Branféré:
Oiseaux en Vol
La Plaine d'Afrique

Pour terminer, on a visité ce parc en complèment du Parc de Préhistoire (voir mon billet) qui est à proximité... à noter également que l'Ecole Nicolas Hulot qui organise des séjours etc. est partenaire de ce parc. Et inversement.

Site officiel: http://www.branfere.com/

lundi 20 août 2007

Parc de Préhistoire de Bretagne

Le Parc de Préhistoire de Bretagne (site internet) faisait la quatrième de couverture du Courrier de l'Ouest il y a quelques jours... direction Rochefort en Terre, donc, pour aller voir ça de plus prés. Les petiots ont plusieurs bouquins sur le préhistoire (voir mon billet Imageries Thème Préhistoire), et avec une petite révision la veille, ils sont mûrs pour la visite. La pression monte dans la voiture, avec des "mais les faux qu'on va voir, ils sont vrais, ou pas?" et arrivés sur place, les Pitchouns ne se font pas prier pour donner la main. Disons qu'ils avancent prudemment!

stégosaure parc préhistoire morbihan
Stégosaure

Le Parc se décompose en deux grandes parties: une partie dinosaures (ère primaire et secondaire) et une partie hommes préhistoriques (du paléolithique inférieur au néolithique, 5 époques en tout).

Dinosaures

Impression un peu mitigée... certains des dinosaures sont très réussis, mais d'autres ont des couleurs un peu vives à mon goût... évidemment j'ai une culture très "Jurassic Parc" en ce qui concerne les dinosaures, mais voir un T-Rex orange c'était quand même une drôle de surprise.

tyrannosaure parc préhistoire morbihan

Tyrannosaure

La taille est là, la morphologie également, mais je suis quand même un peu déçue. Je m'attendais à plus de foisonnement, en fait, à part les prénocéphales (qui sont deux face à face), chaque scène se compose d'un seul dinosaure posé dans la nature. Je ne m'attendais pas à ce qu'ils bougent (!), mais j'aurais préféré les voir figés en train de faire quelque chose.

prénocéphales parc préhistoire morbihan
Prénocéphales

Sinon, la véritable erreur c'est quand même de commencer le parcours par le brachiosaure de 23m... c'est le troisième des 10 dinosaures présentés, et évidemment, le plus grand... et donc une fois passé le plus impressionnant, ben les autres, ils font un peu... petits.

brachiosaure parc préhistoire morbihan
Brachiosaure

Homme préhistoriques

Là, pour le coup, pas de scènes statiques, au contraire... des scènes de la vie quotidienne ou spirituelle, et un vrai accent sur les scènes de chasses: au renne, à l'ours, au cheval, au sanglier, au mammouth... c'est pas mal du tout, mais là encore il manque parfois un petit quelque chose. De la musique pour la scène de la danse, par exemple. Plus de chasseurs d'une manière générale. Et surtout plus de précision dans les armes... montrer des armes sophistiquées sur les panneaux et mettre a contrario de simples lances dans les mains des chasseurs, c'est dommage. Ce serait bien d'exposer des outils et des armes, des répliques, évidemment, pour qu'on les voit de prés. Je conçois que ce site n'a pas la prétention d'être un musée, mais quand les choses sont faites à moitié, c'est frustrant. Pourquoi pas également organiser des scènes vivantes en invitant des artistes disposés à travailler de la même manière qu'à l'époque?

chasse cheval parc préhistoire morbihan
Chasser le cheval

chasse mammouth parc préhistoire morbihan
Chasser le mammouth

La période m'est familière grâce à la saga de Jean Auel "Les Enfants de la Terre" (Children of the Earth) dont je vous recommande d'ailleurs vivement la lecture (voir mon billet Saga Jean Auel)... idéale pour en savoir plus sur les techniques et la vie de l'homme de Néanderthal et de l'homme de Cro-Magnon. Romancée, évidemment, mais très juste.

pêche parc préhistoire morbihan
Scène de pêche

Le Parc en général

Le site est splendide... de la lande bretonne envahie par des bruyères roses, jaunes, mauves, blanches... de la forêt, des falaises abruptes, du rocher, d'anciennes carrières remplies d'eau de couleur bleu ou verte qui m'ont rappelé les cénotes du Yucatan. On trouve des abris anti-pluie à intervalles réguliers sur le parcours, et les panneaux explicatifs multilingues sont bien faits. Le magasin qui clôt la visite présente autant des jouets pour les petiots que des minéraux, des fossiles et des bijoux... il est d'ailleurs accessible même sans payer l'accés au parc.

parc préhistoire morbihan

lundi 23 juillet 2007

Papéa-City (Le Mans)

Pour être honnête, je n’ai pas vu ce parc dans des conditions idéales… déjà, on a fait pas mal de route (1h30) pour y aller…et je dois avouer que j’avais plus envie de rester à la maison pour lire mon Harry Potter que d’aller trainer dans un parc d’attractions à thème western.

L’argument principal en faveur de Papéa, c’est son prix. Parce que le calcul est vite fait… 10€ par adulte, 9€ par enfant, gratuit pour les moins de 3 ans, c’est très rapidement amorti sur les manèges par rapport à n’importe quelle fête foraine. Evidemment les manèges sont anciens, il y a un carrousel des années 1900, et un autre manège plus récent (sans être moderne, donc pas d’avions qui montent ou de lumières qui clignotent dans tous les sens) mais pouvoir essayer tous les véhicules sans que Papa ou Maman ne râle à cause des sous, c’est plutôt sympa.

Le troisième manège de type forain, c’est un roller-coaster… pas de tête en bas, pas de marche arrière, pas de secousses dans les cervicales, mais des sensations bien sympathiques et accessibles à tous. Mes pitchouns ont adoré, moi aussi je dois dire… ça a été le fil rouge de la journée, on y est revenus régulièrement. Le souci c’est qu’ensuite, les autres attractions sont un peu ternes.





On trouve également un circuit avec des voitures 1900, et un autre circuit à faire sur un cheval qui se balance d’avant en arrière… rien d’extraordinaire, disons que ça manque de décor autour pour être dépaysé. Le décor sans les sensations, c’est OK. Les sensations sans le décor, c’est OK aussi. Mais ni sensations, ni décor, c’est un peu triste. Les petiots ont encore bien aimé les bateaux tamponneurs, même si ça manquait de requins dans l’eau (!)…

Parmi les autres attractions du parc, un petit train qui en fait le tour et qui est régulièrement attaqué par des indiens… pour être honnête, c’est un peu cheap… quand on connaît un parc comme le Puy du Fou, dont les spectacles sont à couper le souffle, c’est un peu dur d’y croire. Mais évidemment, ce n’est pas le même budget, et je ne veux pas jeter la pierre au parc, parce que comme je l’ai dit, l’entrée est bon marché et c'est plein de bonne volonté.

A part ça, on peut faire du pédalo sur un lac, déambuler dans une rue western, voir un camp Indien, mais il ne faut pas regarder de trop près. En fait, s’il y a une bonne raison pour avoir mis un micro-ondes et une télé dans un tipi, je suis preneuse de la réponse. Le totem est grotesque… Quant au cimetière, j'avoue que l'humour premier degré et un peu gras, c'est pas mon truc…



Je n’ai pas grand-chose à dire sur le reste des attractions, certaines qui avaient l‘air sympathiques, mais pas adaptées à l’âge de mes petiots (sortes de quads à pédales, trampolines, karts à moteur, espace aquatique avec toboggans et pataugeoire...) et d’autres jeux… qui sont visiblement de la récupération. Certains m’ont rappelé des souvenirs, je suis persuadée avoir usé mes fonds de culotte dessus quand j’étais petite, avant qu’on remplace tout le métal par du bois dans les jardins publics.



Et enfin, pour terminer, l’autre point fort du parc, c’est que le pique-nique y est autorisé, et ça, c’est relativement rare. Ceci dit, on a mangé très correctement malgré la cuisine minuscule, mais la carte est réduite à sa plus simple expression.

En résumé, même si je ne suis pas enthousiaste, je dois bien reconnaître que c’est une bonne sortie pour défouler les petiots… surtout s’ils ont l’âge d’aller seuls sur les attractions !

Papéa-City

dimanche 24 juin 2007

Zoo d'Amnéville

Très beau zoo... déjà, il présente:

- des animaux que l'on a pas l'habitude de voir; chat des sables, plusieurs variétés de porc-épic (ourson coquau), chat sylvestre, chiens de prairie, surricate, cervidés variés, crocodiles, lycaon...
- une superbe collection de félins (ils sont tous là!),
- la savane africaine (hippopotames, rhinocèros, éléphants, girafes...),
- et un vivarium très complet également.

Certains décors sont particulièrement soignés, d'autres parcs sont tout bonnement immenses (celui des orang-outans, une nouveauté, est certainement en partie responsable du prix d'entrée!). Et ce qui est également intéressant, c'est que l'on peut voir l'envers du décor... pénétrer dans les maisons des grands animaux d'Afrique, constater l'ingéniosité de la distribution du foin, la taille des boxes et le diamètre des barreaux. Point de vue marin, on voit l'envers du décor du bassin des otaries, un bon coup d'oeil sur les pompes et les filtres qui remplissent une pièce aux dimensions impressionnantes.

Pour ma part, coup de coeur pour les petiots du parc...

Louveteau

Loup Louveteau Zoo Amnéville

Bébés tigres
(autres photos ici)

Bébés Tigres Zoo Amnéville

Bébés Tigres Zoo Amnéville

Je rajoute juste le prix des entrées, qui revient régulièrement en requête:
Adulte = 22€
Enfant (à partir de 3 ans): 17€
Compter 3 heures pour la visite en elle même, plus les spectacles (otaries, perroquets...)


vendredi 22 juin 2007

Salon du Bourget: Aéro 2007

Bon, Aéro 2007, le Bourget, c’est quand même très bien. Le souci, c’est la région parisienne, avec ses sempiternels embouteillages. Le second souci, c’est que non, on ne peut pas ne pas avoir de problèmes de circulation quand on organise une manifestation pareille et que toutes les routes d’accès débouchent sur un seul rond-point, même pris en charge par les forces de l’ordre. Et oui, perdre une heure à rouler en première jusqu’à ma place de parking à environ douze kilomètres (OK, j’exagère) de l’entrée du Salon, ça m’énerve. Beaucoup. Et perdre autant de temps au retour, c’est super agaçant également. Le pire, c’est que bon, vu la file d’attente qui souhaitait reprendre une navette vers le métro, je ne suis pas persuadée que les transports en commun soient une solution idéale.

Néanmoins, ça en vaut le coup d’œil. Premio, y’a plein d’avions, d’hélicoptères, et pas des moindres. Et deuxio, les démonstrations en vol sont à couper le souffle. Vraiment. Je suppose que les spécialistes de l’aéronautique peuvent être un peu déçus, mais pour les gens comme moi, qui sont tout simplement émerveillés lorsqu’un avion de chasse les survole ou lorsqu’ils voient atterrir un avion de ligne… c’est extraordinaire. Pour les enfants également.

Je voulais aussi tirer un grand coup de chapeau à tous ces pilotes qui prennent des risques. Parce voler comme ils l’ont fait, parfois sous la pluie torrentielle, avec un plafond à 600 mètres, commencer les figures dés que les roues ont quitté le tarmac, ou presque, c’est du grand art. Et ils m’ont fait rêver.

Et dans une moindre mesure, saluer également les visiteurs de ce vendredi… malgré les averses monumentales, « les draches », comme on dit par chez moi, je n’ai vu que des sourires et de la bonne humeur. J’ai été agréablement surprise de voir toute la philosophie déployée lorsque l’on ouvre pour la mille et une ième fois le parapluie, et lorsque dans la tribune vous manquez d’être éborgné ou noyé par un des 4 parapluies qui vous encadre, et inversement. J’ai même surpris des gens en train d’inviter leur voisin d’infortune à partager un bout de parapluie, et ça franchement, ça fait plaisir à voir.

Mes petits bonhommes ont été adorables, ils ont marché des kilomètres sans jamais se plaindre, fait sans vergogne du charme aux hôtesses pour récupèrer des pin's et des casquettes, et Pitchoun #2, jamais avare de contacts, a accosté des tas de gens sur le mode "regarde, y'a un rôôô n'avion, là... l'est gros, hein?".

Photos "statiques" ci-dessous... rendez-vous en rubrique "Photographiés" pour les photos en vol!

Airbus Zéro G

Airbus Zéro G
L'Airbus Zéro G qui permet 22 secondes d'apesanteur au pic de sa parabolique.

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .